Alimentation: qui vérifie les étiquettes?

Le nombre de tests de vérification de l'étiquetage... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Le nombre de tests de vérification de l'étiquetage nutritionnel menés dans les laboratoires de l'agence fédérale a chuté de plus de la moitié, en cinq ans.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Qui s'assure que le muffin aux carottes acheté à l'épicerie contient vraiment 350 calories? L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) fait deux fois moins de vérification de l'étiquetage en laboratoire qu'il y a cinq ans. Surveiller la justesse des tableaux de la valeur nutritive ne semble pas être une priorité, à Ottawa comme à Québec.

Vous comptez sur l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) pour vous assurer que votre sandwich contient vraiment 480 calories. Pas 100 calories de plus, comme le montrent les analyses faites par La Presse. Or, le nombre de tests de vérification de l'étiquetage nutritionnel menés dans les laboratoires de l'agence fédérale a chuté de plus de la moitié, en cinq ans.

Alors que 2721 analyses nutritionnelles avaient été faites dans les laboratoires de l'ACIA en 2009-2010, à peine 1097 analyses ont été recensées en 2013-2014. Plus inquiétant: le nombre d'analyses révélant une non-conformité - constatée quand les valeurs de l'échantillon ne correspondent pas à celles de l'étiquetage - est six fois moins important qu'avant (il est passé de 232 à 40).

>>> La première partie de ce dossier: Ce sandwich contient-il vraiment 480 calories?

Tests de vérification de la conformité de l'étiquetage nutritionnel menés par les laboratoires de l'ACIA

Année*

Analyses nutritionnelles

Analyses révélant une non-conformité

2009-2010

2 721

232

2010-2011

1707

112

2011-2012

1 075

44

2012-2013

1 094

49

2013-2014

1 097

40

2014-2015**

750

35

*Du 1er avril au 31 mars **Jusqu'au 13 février Source: Denis Schryburt, Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA).

Approche axée sur les risques 

Comment expliquer cette baisse? «Au cours des dernières années, une approche plus ciblée a été prise, où l'échantillonnage se fait surtout là où, sur la base des observations d'inspection, des non-conformités sont soupçonnées», a répondu par courriel Denis Schryburt, du service des relations avec les médias de l'ACIA.

Au total, 1427 inspections ont été réalisées à la suite d'une plainte concernant l'étiquetage, entre le 1er avril 2011 et le 31 mars 2014. La Presse n'a pas pu obtenir la liste de ces inspections. «La liste en question comprend une importante quantité de renseignements commerciaux confidentiels; elle ne peut donc pas être diffusée», a indiqué M. Schryburt.

Pas assez d'inspections 

«Est-ce que l'ACIA a la capacité de faire un suivi serré de tout ce qui sort sur le marché?, se demande Chantale Arseneau, professeure en technique de diététique au Collège de Maisonneuve. Je ne suis pas certaine de ça, surtout si on inclut les produits importés.»

«Je pense qu'il n'y a peut-être pas assez d'inspections, surtout chez les manufacturiers d'ingrédients», corrobore Carole Fournier, nutritionniste et présidente d'Étiquetage ACC, une firme d'experts en étiquetage alimentaire.

«Par le passé, on prenait la liste des ingrédients d'un produit, puis on allait vérifier si c'était vraiment ce qu'il y avait dedans, témoigne Rick Cormier, deuxième vice-président exécutif national du Syndicat de l'agriculture, qui représente les inspecteurs de l'ACIA. Les inspecteurs le font encore, mais moins souvent qu'avant. L'Agence a établi des priorités, et ce n'en est pas une. Je pense que l'étiquetage correspond à la réalité, la plupart du temps. Mais on est plus inquiets pour les importations.»

Priorité aux allergènes 

L'ACIA comptait 4639 membres du «personnel d'inspection» en mars 2014. C'est un peu moins qu'au cours des quatre années précédentes, où ce nombre a varié entre 4703 et 4898.

«La priorité lors d'une inspection est davantage la non-déclaration d'un ingrédient allergène dans la liste des ingrédients que la précision du tableau de valeur nutritive», observe Christina Blais, responsable de la formation clinique au département de nutrition de l'Université de Montréal.

Interdit d'étiqueter de manière fausse 

Apposer un tableau de valeur nutritive inexact sur un aliment est pourtant illégal. La Loi sur les aliments et drogues «interdit à quiconque d'étiqueter, d'emballer, de traiter, de préparer, de vendre ou d'annoncer un aliment de manière fausse, trompeuse ou mensongère ou susceptible de créer une fausse impression quant à sa nature, sa valeur, sa quantité, sa composition, ses avantages ou sa sûreté».

En réalité, l'ACIA laisse une bonne marge de manoeuvre aux fabricants. «Un écart de 20% est toléré par rapport à la valeur nutritive déclarée», confirme M. Schryburt. «Étant donné le grand nombre de facteurs qui influent sur la variabilité des valeurs nutritives dans les aliments et le coût élevé des analyses en laboratoire, on admet qu'il peut s'avérer difficile d'arriver à fournir des données précises concernant un produit en particulier», lit-on dans le document «Test de conformité de l'étiquetage nutritionnel» de l'ACIA.

L'industrie agroalimentaire est laissée à elle-même, déplore M. Cormier. «Avant, les fabricants appelaient les inspecteurs de l'Agence avant de faire leurs étiquettes, indique-t-il. On leur donnait notre avis, on leur expliquait quelles étaient les normes à respecter, etc. Maintenant, les gestionnaires de l'ACIA ne veulent plus qu'on fasse ça. Ils disent que c'est la responsabilité de l'industrie.»

«Il devrait y avoir plus de ressources attribuées à la surveillance de l'étiquetage, soutient Véronique Provencher, professeure au département des sciences des aliments et de nutrition de l'Université Laval. Ce sont des données qui doivent être crédibles.»

L'ACIA a demandé 104 050$ à La Presse 

Obtenir des statistiques de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a été tout un défi. Conformément à la Loi sur l'accès à l'information, La Presse a demandé des documents permettant de voir combien de vérifications de l'étiquetage avaient été faites depuis quatre ans - et combien d'infractions avaient été notées -, d'abord en août à Santé Canada, puis en octobre à l'ACIA.

Le 24 décembre, l'ACIA a demandé à La Presse de payer 104 050$ pour obtenir ces documents. L'agence fédérale a estimé «qu'il [faudrait] 10 405 heures en plus des cinq heures de recherche sans frais déjà prévues dans la Loi pour rechercher les documents demandés», a indiqué Vicky Nadon, analyste à l'accès à l'information et à la protection des renseignements personnels de l'ACIA. La Presse n'a évidemment pas déboursé cette rondelette somme.

La Presse a plutôt envoyé six nouvelles demandes à l'ACIA en février et payé 177,50$ en mars pour obtenir une longue liste de données non compilées, en anglais. La Presse a traduit et classé ces données. 

C'est finalement le service des relations avec les médias de l'ACIA qui a fourni, gratuitement, le nombre de tests de vérification de la conformité de l'étiquetage, comme le rapporte La Presse.

- Avec la collaboration de William Leclerc et Sylvain Gilbert

Combien de tests au Québec?

Qui surveille la justesse des tableaux de valeurs nutritives au Québec? Comme souvent, la réponse n'est pas simple. L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) inspecte les usines qui font du commerce interprovincial et international.

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) est, quant à lui, responsable des aliments vendus dans la Belle Province seulement. À l'exception de ceux faits dans l'île de Montréal, qui relèvent plutôt des inspecteurs de la Ville de Montréal...

Parmi les 250 inspecteurs du MAPAQ, une vingtaine ont été formés et accrédités par l'ACIA «pour effectuer les vérifications plus poussées en matière d'étiquetage des aliments», a précisé Alexandre Noël, relationniste au Ministère.

Des demandes non recensées

Malgré des demandes répétées, il a été impossible de savoir combien de tests de laboratoire sont faits par le Ministère pour vérifier si les tableaux de valeurs nutritives disent vrai. «Le MAPAQ peut effectuer l'analyse de certains éléments du tableau des valeurs nutritives ou utiliser les services d'autres laboratoires accrédités, notamment les laboratoires de l'ACIA», a indiqué M. Noël. Étonnamment, «nous ne recensons pas les demandes de support à l'ACIA», a-t-il ajouté.

Les inspecteurs québécois peuvent agir sans tests de laboratoire, notamment en comparant le tableau de valeurs nutritives d'un aliment «à celui du maître-contenant à partir duquel il y a eu portionnement, a illustré M. Noël. Dans le cas où il n'y aurait pas concordance, ou s'il y avait évidence d'une aberration dans les données indiquées au tableau des valeurs nutritives, il ne faut pas nécessairement procéder à des analyses. Il se pourrait que l'inspecteur demande à l'exploitant de fournir des preuves concernant les analyses effectuées pour en arriver à ces résultats, par exemple à quel laboratoire ou de quel consultant il a obtenu de l'aide afin de dresser ses tableaux de valeurs nutritives».

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer