Une étude questionne les bienfaits du lait chez les adultes

Les chercheurs ont cherché à savoir un lien... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

Les chercheurs ont cherché à savoir un lien statistique pouvait être établi entre la quantité de lait et de produits laitiers consommés et la survenue de fractures, en particulier de la hanche, ainsi que la survenue de décès.

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Mariette LE ROUX
Agence France-Presse
PARIS

Le lait serait-il néfaste lorsque bu en grande quantité par des personnes vieillissantes? Une étude suédoise jette le trouble sur ses bienfaits couramment vantés pour les adultes, mais les auteurs appellent à accueillir leurs observations avec «prudence».

«Nos résultats pourraient remettre en cause la validité des recommandations» à consommer du lait pour prévenir les fractures liées à l'ostéoporose - maladie à l'origine d'une fragilisation osseuse chez les personnes âgées - relèvent les chercheurs de l'université d'Uppsala, en Suède, qui signent ces travaux.

Cette étude doit toutefois «être interprétée avec prudence», car il s'agit essentiellement d'un travail «d'observation» qui mériterait d'être confirmé, soulignent-ils.

Publiée dans la revue médicale britannique The BMJ, elle se base sur l'analyse des données recueillies dans le cadre de deux «cohortes» à savoir le suivi d'un groupe large d'individus sur plusieurs années.

L'une portait sur environ 60 000 femmes de 39 à 74 ans, questionnées sur les habitudes alimentaires et de vie dans le cadre d'une campagne de dépistage du cancer du sein. L'autre cohorte concernait un groupe de 45 000 hommes de 45 à 79 ans.

Les quantités de lait bu quotidiennement ont été compilées: entre moins d'un verre, un à deux verres, deux à trois verres et plus de trois verres. Les quantités de lait fermenté (comme le yaourt) et de fromage consommés ont également été prises en compte.

Les chercheurs ont cherché à savoir si pouvait être établi un lien statistique entre la quantité de lait et de produits laitiers consommés et la survenue de fractures, en particulier de la hanche, ainsi que la survenue de décès.

Le résultat, en apparence contradictoire avec l'image bienfaitrice du lait, est que les femmes absorbant plus de trois verres de lait par jour paraissent plus enclines à souffrir de fractures et à décéder.

Lactose et D-galactose

Les femmes qui consomment trois verres ou plus de lait par jour ont un risque relatif de décès «de 90% plus élevé» et un risque de fracture de la hanche «de 60% plus élevé» par rapport à celles qui boivent moins d'un verre par jour, explique à l'AFP, le Pr Karl Michaelsson principal signataire de l'étude.

Pour les hommes, le lien statistique entre grande quantité de lait consommé et risque de décès est également observé, mais «de manière moins prononcée» tandis qu'aucun lien n'est observé pour les fractures.

L'analyse concernant les produits laitiers - lait fermenté et fromage - montre également un lien statistique avec fractures et décès, mais «dans le sens inverse».

«Les femmes qui consomment beaucoup de fromage et produits à base de lait fermenté ont un taux de mortalité et fracture plus faible que celles qui en prennent peu», observent les chercheurs.

L'analyse tient de l'observation et aucune relation de cause à effet n'a été formellement démontrée.

Mais les scientifiques suédois avancent une hypothèse pour expliquer l'éventuel effet néfaste du lait à haute dose chez les adultes: la présence en quantité importante de sucres spécifiques, lactose et D-galactose, qui sont peu présent dans les produits fermentés.

Le D-galactose pourrait jouer un rôle dans le «stress oxydant» des cellules et l'inflammation des tissus: des expériences ont montré que ce produit injecté chez des souris accélérait le vieillissement.

«Il pourrait y avoir un lien avec le lactose et galactose contenus dans le lait (...), mais une telle relation de cause à effet doit encore être l'objet d'expérimentations», souligne l'équipe suédoise.

«Il s'agit d'une étude intéressante, bien conçue, mais, comme disent les auteurs, la prudence est de mise», commente la diététicienne et nutritionniste britannique Gaynor Bussell.

«On ne peut pas tirer une conclusion sur une relation de cause à effet, car il se peut qu'il y ait un autre facteur difficile à identifier qui va de pair avec la consommation de lait et qui provoque mortalité accrue et fractures», explique-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer