Les charcuteries naturelles sont-elles saines?

Les Viandes biologiques de Charlevoix transforment leurs porcs... (Photo: fournie par les viandes biologiques de Charlevoix)

Agrandir

Les Viandes biologiques de Charlevoix transforment leurs porcs en charcuteries depuis 2008.

Photo: fournie par les viandes biologiques de Charlevoix

«Enfin, des ingrédients qu'on connaît!» se dit-on devant les charcuteries naturelles offertes depuis peu dans les supermarchés. Qu'elles soient des gammes Natural Selections de Maple Leaf, Country Naturals de Schneiders ou des Viandes biologiques de Charlevoix, ces salaisons contiennent du sel de mer, du vinaigre, du sucre de canne et de l'extrait de céleri. Pas mal plus rassurant que le propylèneglycol ou les nitrites de sodium ajoutés aux jambons ordinaires.

«C'est trompeur, parce que ça peut laisser croire aux gens que, puisque c'est naturel, c'est sain, dit pourtant Geneviève Nadeau, nutritionniste et auteure de Bien manger pendant et après un cancer, paru aux éditions La Semaine. Mais toutes les charcuteries sont des aliments à réserver aux occasions spéciales, même les naturelles. Il ne faut pas les mettre au menu toutes les semaines et surtout pas tous les jours.»

Les nitrites, ajoutés aux salaisons comme agents de conservation et pour donner couleur et saveur, font peur. Dans l'estomac humain, ces nitrites se transforment en composés N-nitrosés. «Certains de ces composés sont de puissants carcinogènes chez l'animal et ils le sont donc, sans doute, aussi chez l'humain», prévient Santé Canada.

Avec ou sans nitrite?

«Sans nitrite ajouté», lit-on avec soulagement sur le paquet de jambonneau fumé des Viandes biologiques de Charlevoix. C'est vrai... même si ce jambon contient, en fait, lui aussi des nitrites. Le sel de mer et la poudre de céleri ajoutés au porc sont des sources naturelles de nitrites, employées pour contrôler la croissance des spores dans les charcuteries dites naturelles.

«On travaille très, très fort pour avoir le moins de nitrites possible dans nos charcuteries, le minimum pour assurer une coloration et une conservation acceptable, a assuré Damien Girard, copropriétaire des Viandes biologiques de Charlevoix. La preuve: laissez notre produit sur votre comptoir et vous verrez qu'il ne restera pas beau longtemps, contrairement au jambon ordinaire!»

Protégez-Vous a testé, à la rentrée, 91 variétés de jambon tranché. Selon cette analyse, le jambon blanc des Viandes biologiques de Charlevoix contenait 7,1 parties par million (ppm) de nitrites de sodium, contre 26 ppm pour le jambon cuit à l'ancienne de Paysan, un produit ordinaire. Soit presque quatre fois moins de nitrites par portion. «Pour quelqu'un qui veut consommer le moins de nitrites possible, nos produits sont intéressants», a plaidé M. Girard.

La différence entre la teneur en nitrites des deux jambons «est certainement significative», a indiqué Christian Baron, directeur du département de biochimie de l'Université de Montréal, qui a précisé ne pas être expert en nutrition. Mais il reste qu'on est loin du maximum permis (200 ppm) au Canada, dans les deux cas. «Mise dans le contexte d'une alimentation équilibrée, la différence entre les jambons n'est pas très importante», a nuancé Paul Angers, directeur du programme en sciences et technologies des aliments de l'Université Laval.

Ottawa examine la question

Pour plus de transparence, les Viandes biologiques de Charlevoix vont peut-être ajouter la mention «Contient des nitrites naturels» sur leurs produits, a avancé M. Girard. L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) songe aussi à serrer la vis à l'industrie de la charcuterie naturelle. L'ACIA «fait actuellement l'examen de certaines allégations utilisées sur les étiquettes de produits de viande dans lesquels on emploie du sel de céleri de culture ou modifié», a indiqué Alice d'Anjou, porte-parole de l'ACIA.

Maple Leaf ne semble pas convaincu. «Je crois que les recherches disant que les viandes transformées sont mauvaises pour la santé sont très faibles», a affirmé récemment Randall Huffman, directeur de la salubrité alimentaire des Aliments Maple Leaf, à The Globe and Mail.

«Ça reste des aliments très salés et très gras, indépendamment de la présence de nitrites et nitrates», a rappelé la nutritionniste Geneviève Nadeau. Selon Protégez-Vous, le jambon blanc des Viandes biologiques de Charlevoix se démarque avec un taux de sel assez bas pour respecter les critères du programme Visez Santé. D'autres produits sont aussi jugés peu salés, dont le jambon rôti sur pierre Le Choix du président et le jambon fumé forêt noire Kirkland Signature, qui ne sont pas des charcuteries dites naturelles.

Teneur en nitrites de sodium des jambons

Naturels

Jambon blanc des Viandes biologiques de Charlevoix: 7,1 ppm

Jambon non traité cuit au four Natural Selections de Maple Leaf:9,3 ppm

Jambon cuit original Paysan Naturel: 12,1 ppm

Jambon cuit au four non traité Schneiders Country Naturals: 9,4 ppm

Ordinaires

Jambon fumé à l'ancienne d'Olymel: 22,6 ppm

Jambon cuit à l'ancienne de Paysan: 26 ppm

Jambon fumé à la mode d'antan de Schneiders Héritage de 1890: 5,4 ppm

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600172:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer