Restaurant Mile Ex: une France d'ici dans le Mile-Ex

Le décor est simple, rafistolé de façon sympathique... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Le décor est simple, rafistolé de façon sympathique comme c'est tant la mode. Il y a l'éclairage constitué d'ampoules nues mais au style recherché et les chaises et tabourets de métal, les tables hautes.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Ouvert il y a maintenant près de deux ans sous la houlette d'un jeune chef d'origine française appelé Grégory Paul, le restaurant Mile-Ex demeure un secret bien gardé de ce nouveau quartier éponyme qui s'embourgeoise et se transforme.

On parle ici du secteur qui se glisse entre le Mile End et Parc-Extension, au sud-ouest de la Petite Italie. Là où il y a le Dépanneur le Pick Up, le bar Alexandraplatz ainsi que le restaurant Manitoba (qui aurait d'ailleurs dû, en passant, être sur la liste des meilleurs nouveaux restaurants canadiens du magazine En Route paru la semaine dernière).

Le restaurant Mile-Ex n'est pas le long d'une artère achalandée - Jeanne-Mance au nord de Beaubien, au sud de Saint-Zotique. Il faut donc le chercher pour le trouver. On n'y va pas par hasard.

Mais une fois installé à table, devant une assiette de raie ou un plat de champignons sauvages, on se dit qu'on va revenir.

Le décor est simple, rafistolé de façon sympathique comme c'est tant la mode. Il y a l'éclairage constitué d'ampoules nues mais au style recherché. Les chaises et tabourets de métal, les tables hautes. Un mur de morceaux de bois agencés un peu comme une courtepointe. Il y a la cuisine ouverte, minuscule, où le système d'aération ne réussit pas toujours à diriger les odeurs de cuisine vers l'extérieur. Il y a une atmosphère de quartier résolument sympathique. Des gens qui s'assoient ensemble parce qu'ils habitent dans le coin et que le lieu est leur cantine.

Écrit à l'ardoise, le menu fluctue. On garde des valeurs sûres et on ajoute des créations du jour.

La cuisine du soir est plus recherchée, travaillée et plus française, très brasserie, que celle du midi, plus «cuisine de rue».

Un jeudi soir récent, nous avons commencé le repas par des accras de morue réconfortants, moelleux à l'intérieur, légèrement croustillants à l'extérieur lorsqu'encore chauds. Rien de spectaculaire, du moins lorsqu'on les compare à l'autre entrée que l'on a commandée: une poêlée de calamars avec noisettes et chou-fleur, relevé par une touche piquante de jalapeño. Là, le plat se démarquait magistralement.

Riche, inusité, ce plat combine le croquant des avelines à celui de la crucifère, le tout pour venir trancher contre l'élasticité tendre du fruit de mer. Le jalapeño pimente le tout avec sa force parfumée. Cette rencontre terre-mer revisitée fonctionne, dans le même ordre d'idée que, par exemple, une truite amandine.

Le ventre de porc avec une fricassée de girolles et de chanterelles et quelques grosses gousses d'ail confites - cuites longuement au four - est aussi réussi. Très automnal, savoureux, riche, bien approfondi par le goût à la fois marqué et presque parfumé des champignons sauvages.

Sur le menu on le propose comme une entrée, mais nous avons pris l'os à moelle en plat principal. Et c'est bien assez costaud pour cela! Imaginez. Un gros os tranché sur la longueur. Des palourdes dans leur coquille. Le tout sur une bonne tranche de pain de campagne grillée. Un classique des brasseries françaises bien interprété, bien préparé.

La raie à la grenobloise est aussi intéressante avec sa sauce aux câpres, au citron et à la mie de pain. Là encore, on est en France, puisqu'il s'agit bien d'un plat traditionnel chouchou, mais en plus costaud, plus poussé, puisque le poisson est déposé sur des légumes racines grillés offerts en abondance: rabioles, panais, carottes...

Ceux qui préfèrent les menus américains seront en outre heureux de savoir que le Mile-Ex propose aussi des classiques d'ici, comme ce hamburger tout simple mais parfaitement exécuté, avec de la viande de qualité, des frites maison, des cornichons sucrés artisanaux en guise de relish, des oignons fondus, le tout sur du pain au lait bien mou, qui englobe la viande comme un gros coussin.

Pour le dessert, nous avons essayé la spoum, cette glace allégée à la meringue italienne, bien sucrée et parfumée, dans notre cas, à la framboise. Une jolie invention qui n'est pas catégoriquement différente de la glace traditionnelle mais dont le goût est soutenu et la consistance légèrement plus élastique. En automne, on préférera toutefois les macarons, dont nous avons pris un assortiment. Certains étaient parfaits, d'autres un peu durs, maladresse toutefois vite oubliée puisque le reste du repas était franchement réussi.

Mile-Ex

6631, rue Jeanne-Mance

Montréal

514 272-7919

mileex.ca

> Prix: Grosso modo, les entrées sont entre 7,50$ et 18$ et les plats entre 13,50$ et 28,50$, mais plusieurs entrées peuvent être des plats principaux.

> Vins: Superbe petite carte de vins, à l'ardoise, soigneusement choisie, avec parti pris clair pour les vins naturels.

> Service: Service courtois et décontracté, mais très professionnel, notamment côté vins. On sait répondre aux questions, faire de bonnes suggestions.

> Atmosphère: Restaurant réconfortant, absolument convivial, pour clientèle d'un quartier en pleine transformation.

(+) L'atmosphère chaleureuse et la cuisine française traditionnelle bien réinterprétée ici, avec des ingrédients locaux.

(-) Les desserts.

On y retourne? Oui.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer