Toit plat: il faut le voir pour y voir

Le nettoyage d'un toit plat s'impose, qu'il s'agisse... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Le nettoyage d'un toit plat s'impose, qu'il s'agisse d'une membrane en élastomère, en asphalte et gravier ou autre, pour éviter que le drain ne soit obstrué.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Loin des yeux, loin du coeur. Voilà un proverbe qui sied particulièrement bien au toit plat, ce grand invisible qu'on a tendance à oublier, jusqu'au jour où il nous rappelle son existence de déplaisante façon. Si l'on ne veut pas en arriver là, une visite régulière de courtoisie s'impose.

Idéalement, il faudrait inspecter son toit deux fois par année, disent les maîtres couvreurs, soit au printemps et à l'automne. La visite d'automne est particulièrement importante. «Après la chute des feuilles», précise Maurice Lelièvre, PDG d'Émile Lelièvre couvreur ferblantier.

Ce qu'il faut d'abord vérifier, c'est le drain.

«Un drain bloqué, c'est la bête noire des toitures. Il faut nettoyer la toiture pour s'assurer que le drain pluvial est dégagé», explique Maurice Lelièvre, PDG d'Émile Lelièvre couvreur ferblantier.

On enlève donc les feuilles, les branches et les autres objets qui sont tombés sur le toit. «Si on ne le fait pas, il va, à terme, y avoir des problèmes. Le drain va se boucher, et avec une grosse pluie, l'eau va s'accumuler sur le toit. Ça va faire comme une piscine et, aussitôt que l'eau va arriver au-dessus des murets, ça va couler à l'intérieur. Si ça reste comme ça à l'automne, cette eau va se changer en glace, elle va faire une pression sur les murets et va fendre la membrane.»

Le nettoyage s'impose, qu'il s'agisse d'une membrane en élastomère, en asphalte et gravier ou autre, assure M. Lelièvre. Il faut aussi vérifier les joints des solins.

Vertiges

Inspecter son toit, c'est vite dit, mais quand il s'agit d'un duplex ou d'un triplex, c'est haut en... titi. Certaines habitations disposent d'une trappe pour accéder au toit, soit sur le toit lui-même ou à partir d'un balcon. Mais ce n'est pas toujours le cas, convient M. Lelièvre.

Il faut alors grimper dans une échelle, à partir du sol. Rien qu'à y penser, on a le vertige.

«Quand c'est rendu là, ils nous appellent, lance M. Lelièvre. Mieux vaut faire affaire avec des professionnels plutôt que de risquer de se blesser. Une inspection, avec le nettoyage et l'entretien, ça coûte environ 385 $. Ça ne vaut pas la peine de se blesser pour 385 $. Ça inclut de refaire les joints endommagés (des solins), le remplacement de la crépine du drain, le gravier (si besoin). Un toit plat n'a pas de gouttières normalement, mais s'il y en a pour le toit du balcon, on les nettoie aussi.»

Pour ceux qui voudraient mordicus aller voir eux-mêmes ce qui se passe là-haut, il y a moyen de faire installer un accès.

Certains immeubles disposent d'une échelle fixe qui donne... (Photo Ivanoh Demers, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Certains immeubles disposent d'une échelle fixe qui donne accès au toit. Les échelles à crinoline, avec leur armature qui entoure l'échelle, s'avèrent plus sécuritaires.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

La trappe de toit

Il est toujours possible de faire installer une trappe d'accès au toit, mais mieux vaut le faire au moment où l'on fait la réfection de la toiture, conseille M. Lelièvre, car autrement, il y a risque d'endommager la structure. L'installation d'une trappe au moment de la réfection de la toiture ajoutera entre 350 et 500 $ à la facture, évalue-t-il.

Une autre solution consiste à installer une trappe d'accès sur un toit de balcon, pour un coût variant entre 800 et 1500 $, indique M. Lelièvre.

Échelle d'accès fixe

Certains immeubles disposent d'une échelle fixe qui donne accès au toit. Elle est souvent faite de fer forgé. Mais il ne faut pas avoir le vertige, signale M. Lelièvre, car ces échelles sont droites, sans aucune inclinaison.

Les échelles à crinoline, avec leur armature qui entoure l'échelle, s'avèrent plus sécuritaires, car elles ne bougent pas et donnent plus de prise, mais l'extrême prudence s'impose toujours.

Nouveau venu

Un nouveau venu, L'Échelle européenne, a fait son apparition au Québec au cours des dernières années dans le paysage de la sécurité pour travail en hauteur, incluant les échelles à crinoline. Leur échelle est faite d'aluminium et on peut la configurer en fonction des lieux. Comme son nom l'indique, ce produit vient d'Europe. «En Europe, ça fait des années que c'est implanté. Nos échelles sont faites en France avec les normes canadiennes», signale Patrick Assénat, propriétaire d'une franchise de L'Échelle européenne, à Laval.

Ces échelles doivent être fixées à un mur de l'immeuble. Elles dépassent du toit de 42 pouces, et ont un dégagement du mur de 8 pouces. On peut compter environ 975 $ pour une échelle de 12 pieds, avant l'installation. Ce genre d'échelle convient bien à des commerces, mais il arrive que des particuliers décident d'en installer chez eux, admet M. Assénat.

C'est le cas d'un couple qui en a fait installer une à l'arrière de son duplex d'Ahuntsic. «Ça évite d'avoir à sortir la grande échelle chaque fois, et on se sent plus en sécurité, dit Julie. Ici à Ahuntsic, il y a beaucoup d'arbres, et on va sur le toit deux ou trois fois par année, pour s'assurer que le drain n'est pas obstrué. C'est plus facile comme ça.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer