Rénover vert sans s'endetter

Rénover sa maison pour la rendre plus écoénergétique... (Photo Thinkstock)

Agrandir

Rénover sa maison pour la rendre plus écoénergétique est rentable, surtout à Varennes, Verchères et Plessisville, qui participent au programme de financement FIME. Ces municipalités fourniront des prêts pour réaliser des travaux qui entraîneront de réelles économies sur la facture d'énergie (calfeutrer des fenêtres, souffler de la cellulose dans le grenier pour mieux l'isoler, etc.).

Photo Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un programme de financement original permettra à certains propriétaires de rendre leur maison moins énergivore sans devoir quémander de l'argent à la banque. Il est offert pour l'instant aux citoyens de Varennes, Verchères et Plessisville dans le cadre d'un projet-pilote.

Le fonctionnement du programme de Financement innovateur pour des municipalités efficaces (FIME) est relativement simple: le propriétaire contracte un emprunt auprès de sa municipalité, à faible taux d'intérêt, pour rendre sa maison moins énergivore. Il rembourse par la suite le prêt à même la taxe foncière. Le prêt est attaché à la propriété et non au propriétaire. Il continuera donc d'être payé en cas de vente de l'habitation. Autre avantage: les économies d'énergie réalisées permettront de couvrir une bonne partie du prêt à rembourser.

«Nous pensons motiver les propriétaires à passer à l'action», indique Mathieu Gillet, vice-président, développement, de l'Association québécoise pour la maîtrise de l'énergie (AQME), qui a mis sur pied et pilote le programme FIME.

Bon nombre de municipalités ont entrepris une démarche pour réduire les émissions de gaz à effet de serre sur leur territoire, explique-t-il. Encourager la rénovation écoénergétique de maisons vieillissantes est une excellente façon d'y parvenir et présente un potentiel énorme, fait-il remarquer.

Accompagnement

Au cours du processus, les propriétaires seront accompagnés par des professionnels de la rénovation écoénergétique. Dans un premier temps, ils devront s'inscrire au programme Rénoclimat et faire faire l'évaluation énergétique de leur habitation (ce qui inclut un test d'infiltrométrie). Une fois le rapport en main, les experts de l'organisme Écohabitation entreront en jeu et prendront le temps d'expliquer quelles stratégies privilégier pour optimiser les résultats.

«Les maisons sont rarement améliorées comme elles devraient l'être, déplore Emmanuel Cosgrove, directeur général d'Écohabitation. Plusieurs propriétaires se disent que ce ne sera pas rentable de dépenser 10 000 $ pour rendre leur maison plus écoénergétique, parce qu'ils comptent déménager dans un an ou deux. Ils ne font donc pas les travaux. Le programme FIME ouvre la voie à un changement de mentalité.»

Partenaire dans l'aventure, Écohabitation s'assurera que les travaux réalisés se traduiront par de réelles économies sur la facture d'énergie. «Calfeutrer des fenêtres, condamner une vieille cheminée ou souffler de la cellulose dans le grenier pour mieux l'isoler donnent de meilleurs résultats que changer les fenêtres, à moindre coût, précise M. Cosgrove. Si un propriétaire doit rembourser 50 $ par mois, par exemple, on va suggérer des mesures pour atteindre des économies d'énergie du même ordre et faire en sorte qu'au bout du compte, cela ne lui coûte rien.»

Aux États-Unis, le populaire programme d'aide financière PACE (Property Assessed Clean Energy) fonctionne selon le même principe: les municipalités financent l'installation de panneaux solaires photovoltaïques pour améliorer l'efficacité énergétique des habitations et se font rembourser par l'entremise du compte de taxation.

Le programme FIME, qui s'en inspire, a été adapté à la réalité québécoise, où le grand nombre de maisons vieillissantes entraîne un gaspillage élevé d'énergie. À Verchères, le prêt maximal accordé sera de 10 000 $. Il sera de 20 000 $ à Varennes et à Plessisville. Au cours de la prochaine année, le démarrage de 10 chantiers dans chacune des municipalités est visé, ainsi que la participation de 2 autres villes. Le programme est rendu possible grâce à l'appui financier de Ressources naturelles Canada et du Fonds municipal vert de la Fédération canadienne des municipalités.

Une habitation écolo, c'est payant

La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) a bonifié son programme Maison écolo. Le remboursement de la prime, pour ceux qui contractent un prêt assuré par la SCHL afin d'acheter ou faire construire une habitation écoénergétique de moins de 1 million de dollars, peut dorénavant atteindre jusqu'à 25 %. Idem pour les maisons rénovées en vue de réduire la consommation d'énergie. Une hausse de 10 points de la cote ÉnerGuide entraîne un remboursement de 15 % de la prime. Il sera de 25 % pour une augmentation de 20 points. L'achat d'un condo dans un immeuble en copropriété construit selon la norme LEED ou d'une maison certifiée LEED ou Novoclimat donne droit automatiquement à un remboursement de prime de 15 %.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer