Deux films québécois en compétition au FNC

L'acteur Martin Dubreuil dans le long-métrage Félix et Meira, de Maxime... (Photo Julie Landreville, FunFilm)

Agrandir

L'acteur Martin Dubreuil dans le long-métrage Félix et Meira, de Maxime Giroux.

Photo Julie Landreville, FunFilm

La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Deux films québécois seront en compétition officielle lors de la 43e édition du Festival du nouveau cinéma (FNC), qui s'ouvrira dans deux semaines à Montréal.

Félix et Meira, de Maxime Giroux (Jo pour Jonathan), et L'Amour au temps de la guerre civile, de Rodrigue Jean (Yellowknife), feront face à 13 autres films venus d'ailleurs, dont sept premiers longs métrages, pour obtenir la Louve d'or. On présentera aussi en compétition, notamment, «Mange tes morts - Tu ne diras point», de Jean-Charles Hue, une fiction très «film d'action» dans le monde des Roms, qui vient de prendre l'affiche en France.

Mais le FNC, c'est aussi des dizaines de films et événements présentés pendant 11 jours dans diverses sections. Hors compétition, parmi les films attendus par les cinéphiles: l'Adieu au langage de Jean-Luc Godard (Prix du jury à Cannes ex-aequo avec Mommy de Xavier Dolan), Wild de Jean-Marc Vallée (États-Unis), Ana Arabia d'Amos Gitai, Baal de Volker Schlöndorff, Boychoir de François Girard (États-Unis), Love Project de Carole Laure, Maps to the Stars de David Cronenberg (prix d'interprétation féminine à Cannes pour Julianne Moore), Métamorphoses, de Christophe Honoré (France), Ouïghours, prisonniers de l'absurde de Patricio Henriquez (Québec), P'tit Quinquin de Bruno Dumont (France), ou L'Enlèvement de Michel Houellebecq et Guillaume Nicloux (France).

Pour la «relève cinéphile», le FNC propose plusieurs films «pour jeunes et moins jeunes», dont des courts de Frédéric Back, le classique Le Roi et l'Oiseau de Paul Grimault, ou Jumanji de Joe Johnston, coup de chapeau à l'acteur américain Robin Williams, mort en août dernier. Le festival rendra aussi hommage à l'actrice américaine Lauren Bacall et au producteur québécois Pierre Patry, aussi décédés cette année.

Par ailleurs, vu le succès de la projection de Léolo de Jean-Claude Lauzon à Cannes Classics cette année, l'organisme Éléphant présentera au FNC cinq films restaurés: Parlez-nous d'amour (1976) de Jean-Claude Lord, Tit-Coq (1953) de Gratien Gélinas et René Delacroix, The Big Red One: The Reconstruction (2004) de Samuel Fuller, Le jour se lève (1939) de Marcel Carné, et Liste noire (1995), premier long métrage de Jean-Marc Vallée.

Le FNC avait déjà annoncé qu'il s'ouvrira cette année avec le premier film américain de Philippe Falardeau, The Good Lie, avec Reese Witherspoon, présenté en première mondiale au TIFF de Toronto en septembre.

La soirée de clôture, le 18 octobre, est réservée à un ami du festival, Wim Wenders, qui viendra présenter son long métrage documentaire Le Sel de la terre, réalisé avec Juliano Ribeiro Salgado, sur la vie et l'oeuvre du photographe brésilien Sebastiao Salgado. Le film a déjà reçu à Cannes le Prix spécial du jury dans la section Un Certain Regard, et une mention spéciale du jury oecuménique.

Les billets seront en vente dès le samedi 4 octobre.




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer