Une cinéaste de Moncton présente son film à Cannes

Une cinéaste du Nouveau-Brunswick a foulé le tapis rouge du Festival de Cannes,... (PHOTO AFP)

Agrandir

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Cannes

Une cinéaste du Nouveau-Brunswick a foulé le tapis rouge du Festival de Cannes, lundi, pour y présenter son court métrage intitulé Le fils du capitaine.

Le film qu'Emmanuelle Landry, de Moncton, a coréalisé avec John Hogg (alias John Jerome) et Pierre Blanchard (alias Albénie Delacôte), compte parmi les 29 productions sélectionnées par Téléfilm Canada dans le cadre de son initiative Talent tout court, qui vise à faire connaître la relève du 7e art canadien.

Le fils du capitaine a été projeté en début d'après-midi, lundi, dans le cadre du Marché du film, qui se présente comme «le rendez-vous le plus important de l'année pour l'industrie» avec près de 12 000 participants.

«Le fils du capitaine, c'est le personnage principal, mais il meurt au début du film, donc on ne le voit jamais. C'est le narrateur de l'histoire», explique Emmanuelle Landry en entrevue téléphonique depuis Cannes.

«Le film, c'est une semaine dans la vie de sa fille qui découvre l'appartement d'un père qu'elle n'a jamais connu», poursuit Mme Landry.

«Elle apprend à connaître son père à travers son appartement et ce qu'il a laissé derrière lui.»

Un film de 14 minutes qui plonge le spectateur «dans le loufoque et le surréel».

Emmanuelle Landry dit avoir tout de suite compris la «psychologie du personnage», disant n'avoir elle-même jamais connu son père.

«J'ai seulement connecté avec ma famille lorsque j'étais dans la vingtaine. J'en ai appris un peu plus sur la vie de mon père une fois adulte. (...) Ce sentiment d'avoir un nouveau parent, mais à 22 ans, c'est assez particulier, donc c'était assez l'fun de pouvoir connecter avec le personnage de cette façon-là», explique-t-elle.

Emmanuelle Landry effectuait son premier séjour sur la Croisette. «Je suis comme une enfant dans un magasin de bonbons», laisse-t-elle tomber au bout du fil, visiblement fébrile.

Pour John Jerome et Albénie Delacôte, il s'agissait d'un deuxième passage sur la Croisette, puisqu'ils s'étaient déjà envolés vers la Côte d'Azur en 2015 grâce à la sélection d'un autre de leurs films.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer