Tu dors Nicole de Stéphane Lafleur rentre les mains vides de Cannes

Stéphane Lafleur... (Photo: CNW)

Agrandir

Stéphane Lafleur

Photo: CNW

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
CANNES

À la Quinzaine des Réalisateurs, section parallèle du Festival de Cannes, Les combattants de Thomas Cailley ont presque tout raflé, repartant avec le Label Europa Cinema, le Prix de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques et l'Art Cinema Award - remis par des programmateurs de cinémas indépendants.

Le réalisateur québécois Stéphane Lafleur, débarqué en France avec son Tu dors Nicole, repartira donc bredouille du festival, après avoir toutefois obtenu plusieurs critiques positives pour son film.

Le prix du court métrage a été décerné à Sem Coraçao (Heartless), de Nara Normande et Tiäo.

Du côté du volet Un Certain Regard, on a primé Feher Isten (White God), un film sur des chiens de race bâtarde devant apprendre à survivre après que la société eut déclaré que seuls les chiens de race étaient acceptés.

Son réalisateur, le Hongrois Kornel Mundruczo, a expliqué que l'oeuvre était une représentation allégorique du traitement des minorités en Europe.

De son côté, Turist, de Ruben Ostlund, est reparti avec le prix du jury, et une récompense spéciale a été remise au Sel de la terre, de Wilm Wenders et Juliano Ribeiro Salgado.

Le long métrage Party Girl a lui aussi été couronné, tandis que David Gulpilil héritait du trophée du meilleur acteur, dans Le pays de Charlie de Rolf de Heer.

Cette catégorie rassemble des films au style un peu plus décalé que ceux concourant pour la Palme d'or, qui sera remise samedi soir.

Il s'agissait de la deuxième victoire de la journée pour White God; ses vedettes canines ont reçu la Palme dog, décernée au chien le plus expressif du festival.




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer