La ferme et son État : l'agriculture au Québec ***1/2

La PresseVéronique Lauzon 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Véronique Lauzon 
La Presse

Pendant un an et demi, Marc Séguin est allé à la rencontre de personnes clés de l'industrie agroalimentaire pour expliquer l'état des lieux de notre agriculture actuelle, et également montrer ce que nous pourrions faire de différent. Le résultat est un documentaire fort intéressant, La ferme et son État.

Il y en a, de l'information, dans ce documentaire de l'artiste Marc Séguin. D'abord, beaucoup d'agriculteurs expriment leur désir de voir un assouplissement de la politique agricole au Québec, notamment pour leur permettre de réaliser une agriculture différente, écologique et à échelle humaine. Ce sont souvent de petits producteurs, qui ont comme ambition de nourrir leur famille et de vendre des aliments localement. Sauf que les contraintes et les normes au Québec ne rendent pas les choses faciles. Plusieurs protagonistes disent d'ailleurs que notre agriculture est conservatrice et que l'innovation est bloquée.

Parmi les personnages les plus marquants du documentaire, il y a l'Américain Joël Salatin, une référence dans le milieu. Il a d'ailleurs été nommé un des plus grands agriculteurs innovateurs au monde par le magazine Time. Sa vision du métier et ses méthodes de travail sont la preuve qu'il est possible de faire autrement. Cet homme est très inspirant. Marc Séguin a aussi donné la parole au DMartin Juneau, à l'agriculteur et écrivain Jean-Martin Fortier, à l'homme d'affaires André Desmarais, au président de l'Union des producteurs agricoles Marcel Groleau, à l'ancien président de la Commission sur l'avenir de l'agriculture et de l'agroalimentaire québécois Jean Pronovost et à plusieurs autres.

Pour mieux témoigner de ce que nous pourrions faire, le réalisateur s'est rendu en Scandinavie - où le climat est comparable au nôtre - pour voir à quoi ressemblent les politiques agricoles. Les produits bios y sont partout, notamment dans les épiceries. Selon des personnes interviewées sur place, si les politiciens ne font pas d'efforts dans ce sens, le changement ne peut pas arriver. Sans leur bon vouloir, l'avancée n'est pas possible.

Pendant un an et demi, Marc Séguin est... (Image fournie par K-Films Amérique) - image 2.0

Agrandir

Image fournie par K-Films Amérique

Place au changement

Il y a aussi les consommateurs qui doivent avoir envie de ce changement. En ce moment, seulement un tiers des produits alimentaires consommés par les Québécois viennent de nos terres. Pourrait-on augmenter un peu cette part?

Les personnes interrogées espèrent qu'un changement aura lieu bientôt. Elles ne veulent pas d'une autre recherche du ministère de l'Agriculture ou d'une autre table ronde sur le sujet; elles souhaitent des actions concrètes. Une politique agricole qui a du sens pour tous les agriculteurs.

La ferme et son État, film de deux heures, traîne un peu en longueur. Il aurait été possible de le raccourcir sans que nous perdions l'essentiel du message. Côté technique, la caméra de Claudine Sauvé est souvent instable, ce qui est assez agaçant pour l'oeil. Reste que ce documentaire est pertinent, important à bien des égards et qu'il permet un éclairage sur une réalité peu connue du public.

* * * 1/2

La ferme et son État. Documentaire de Marc Séguin. 1 h 56.

Consultez l'horaire du film




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer