• Accueil > 
  • Cinéma 
  • > Orlando Bloom aimerait tourner avec Jacques Audiard 

Orlando Bloom aimerait tourner avec Jacques Audiard

Orlando Bloom... (Photo CHARLY TRIBALLEAU, AFP)

Agrandir

Orlando Bloom

Photo CHARLY TRIBALLEAU, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
DEAUVILLE

L'acteur britannique Orlando Bloom, figure emblématique de «blockbusters» et «grand admirateur» du cinéma français, a affirmé dimanche qu'il aimerait tourner avec le réalisateur Jacques Audiard, lors d'une conférence de presse au festival du cinéma américain de Deauville.

«Je suis un grand admirateur du cinéma français, des réalisateurs français, des acteurs», a souligné Orlando Bloom, 38 ans, qui devait recevoir dans la soirée à Deauville un hommage pour sa carrière. «J'ai entendu que Jacques Audiard allait tourner son prochain film en anglais», a-t-il poursuivi, en lui lançant un appel, même pour un «petit rôle».

Après Dheepan, Palme d'Or à Cannes, Jacques Audiard a annoncé en août son intention de tourner un western se déroulant à l'époque de la ruée vers l'or. L'acteur américain John C. Reilly (Gangs of New York, Chicago, Aviator, Carnage...) devrait y tenir l'un des rôles principaux.

Orlando Bloom, formé au théâtre et qu'on a pu voir dans des films comme La chute du faucon noir (2001), Troie (2004), Kingdom of Heaven (2005) ou Les trois mousquetaires (2011), est surtout connu pour son incarnation de l'elfe Legolas dans les trilogies du Seigneur des anneaux et du Hobbit. Il a participé à la très lucrative saga Pirates des Caraïbes, aux côtés de Johnny Depp.

L'acteur britannique, qui s'est dit «très intéressé par le cinéma indépendant», a également incarné un détective en proie à l'alcool et à la violence dans Zulu (2013), un film du réalisateur français Jérôme Salle. «Travailler sur ce film avec Jérôme a vraiment été l'une de mes expériences préférées», a souligné Orlando Bloom.

Une cabine de plage à son nom devait être inaugurée dimanche sur le sable de Deauville. «Je vais me trouver un sac de couchage et y rester» pour les prochaines nuits, a-t-il plaisanté. «Quand j'étais petit, on avait une cabine de plage dans le Kent, où j'ai grandi, c'est super de savoir que maintenant j'en ai une aussi à Deauville».

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer