Le Prospero toujours à l'avant-garde

La saison du Prospero s'ouvrira le 26 septembre.... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

La saison du Prospero s'ouvrira le 26 septembre.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Prospero ne déroge pas à sa mission de nous faire découvrir des dramaturgies contemporaines et singulières, à l'avant-garde de la création occidentale. À l'affiche en 2017-2018, des auteurs qui ont pour noms Ivan Viripaev, Marius von Mayenburg, Lars Norén, Jon Fosse, Sébastien Harrisson, Édith Patenaude... Cette dernière propose Titus - une réécriture de Titus Andronicus de Shakespeare -, à l'affiche en février 2018.

La saison s'ouvrira le 26 septembre avec une production du Groupe La Veillée dans la grande salle: Je disparais d'Arne Lygre. C'est la talentueuse Catherine Vidal qui nous fera découvrir ce texte, qui est entré en elle «comme une vrille», dit-elle. «J'ai su à la première lecture que j'avais devant les yeux un texte profond qui offre un matériau riche à dévoiler.» Catherine Vidal dirigera Marie-France Lambert, Macha Limonchik, James Hyndman, Larissa Corriveau, Marie-Claude Langlois...

Autre incontournable de La Veillée, en novembre, la mise en scène des Enivrés d'Ivan Viripaev par l'archidoué et polyvalent Florent Siaud. «Un ovni de la dramaturgie actuelle», avance Siaud à propos du texte de l'éthylique auteur russe. L'affiche compte une dizaine d'acteurs-vedettes: David Boutin, Maxime Denommée, Dominique Quesnel, Maxim Gaudette, Évelyne Rompré, Marie-Ève Pelletier...

Quelques pièces

La compagnie Les Deux Mondes s'associe au Rideau de Bruxelles pour produire une nouvelle oeuvre de Sébastien Harrisson, Warda, avec entre autres la pétillante Violette Chauveau. Sur scène du 16 janvier au 3 février. En avril, on ne ratera pas Le nom de l'incontournable Jon Fosse, un huis clos familial mis en scène par Dominique Leduc, avec Simon Beaulé-Bulman, Alex Bergeron, Annick Bergeron...

À signaler dans la Salle intime, dès le 21 novembre, le retour du Théâtre Bistouri avec une comédie noire signée et dirigée par Marc-André Thibault, Mazal Tov. L'excellent Jean-François Casabonne fait partie de la distribution. En janvier, on pourra aussi voir dans cette salle la nouvelle pièce d'Olivier Sylvestre, Le désert, et Mélanie sans extasy d'Édith Paquet, mise en scène par l'éclectique Nicolas Gendron (du 27 février au 17 mars).




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Un nouveau locataire à Espace Go

    Théâtre

    Un nouveau locataire à Espace Go

    L'été prochain, les Productions Porte Parole s'installeront au Théâtre Espace Go, à titre de compagnie en résidence. »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer