CALQ: les théâtres en colère

La metteure en scène Brigitte Haentjens lève le... (PHOTO Martin Chamberland, LA PRESSE)

Agrandir

La metteure en scène Brigitte Haentjens lève le poing en l'air lors de son allocution au Théâtre de Quat'Sous.

PHOTO Martin Chamberland, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les directeurs artistiques des grands théâtres qualifient d'«insulte» la décision du ministre de la Culture, Luc Fortin, de bonifier de seulement 4 millions le budget du Conseil des arts et des lettres (CALQ) alloué à la subvention des organismes culturels.

Pour certains, cette annonce témoigne d'un «mépris» et d'une «ignorance» face aux besoins des créateurs. 

«[On] n'a même plus le budget pour produire au moins trois créations par année. Nous sommes pourtant passés maîtres dans la gestion serrées de nos dépenses, dans la diversification de nos revenus autonomes, en collectes de fonds, en troc, en échange de services », a illustré mercredi matin Ginette Noiseux, directrice générale et artistique d'Espace Go, lors d'un point de presse organisé par le Conseil québécois du théâtre (CQT) qui s'est tenu dans une atmosphère explosive au Théâtre de Quat'Sous.

«Nous sommes en train de devenir des experts de lectures publiques (...) parce qu'on n'a plus les moyens de se payer des décors», a ajouté Mme Noiseux. 

Samedi dernier, dans La Presse, Luc Fortin annonçait qu'il avait dégagé 4 millions de sa marge de manoeuvre pour l'injecter immédiatement dans le budget du CALQ, qui procède actuellement à une réévaluation nationale des montants qu'il accorde aux organismes culturels. Les artistes, qui se sont mobilisés une première fois au printemps dernier, réclamaient plutôt 40 millions. 

«Je tiens à rappeler que j'ai moi-même octroyé 1,97 millions à Espace Go et 1,5 millions à l'École nationale de théâtre du Canada pour la rénovation de leurs installations. De plus, je tiens à souligner que de recevoir 4 millions de la part des contribuables québécois - qui viennent s'ajouter aux 109 millions déjà alloués au CALQ - ne devrait jamais être considéré comme une insulte. L'aide annoncée a été déterminée en fonction de la capacité de payer des Québécois et des marges dégagées au sein du MCC tel que je m'y étais engagé », a affirmé mercredi après-midi le ministre Fortin à La Presse

Des travailleurs précaires 

«Je veux pouvoir accueillir les prochains Robert Lepage ou Dominic Champagne, que vous vous gargarisez quand ça fait votre affaire. Vous aimez bien rayonner à l'international, mais vous devez d'abord appuyer ce qui naît, ce qui pousse, ce qui veut se faire entendre, ce que sera demain. Notre culture est d'abord et beaucoup ces artistes que vous ne connaissez pas et qui travaillent aussi dans des cafés. Vous la connaissez l'histoire, vous l'avez tous vu La La Land», a affirmé avec vigueur Denis Bernard, co-directeur général et directeur artistique du Théâtre La Licorne, s'adressant au Conseil du trésor.

«Trop de monde travaille sous le seuil du salaire minimum: c'est inacceptable. Le fait d'être un artiste ne rend pas cette pauvreté plus acceptable. Nous sommes au bout du rouleau. (...) Le dicton qui dit que la nécessité est le nerf de l'invention a le dos large. Un moment donné, il faut que ça cesse», a-t-il ajouté. 

Olivier Kemeid, co-directeur général et directeur artistique du Théâtre de Quat'Sous, a pour sa part affirmé qu'un artiste de la scène faisait en moyenne 11 000 $ par année, «quand il a la chance de travailler.» 

Les gens qui travaillent en conception de costumes et de décors gagnent «deux fois moins», a-t-il dit. 

Le patrimoine «disparaît» 

Selon Ginette Noiseux, de l'Espace Go, les travailleurs de l'ombre des arts de la scène vivent également d'importantes pressions budgétaires. 

«Depuis 10 ans, c'est à une vitesse vertigineuse que nous voyons disparaître à jamais le patrimoine et le savoir des artisans. Les ateliers de décors, de fabrication de costumes ferment leurs portes les uns après les autres. Le plus grand atelier de costumes, aujourd'hui, s'appelle le Village des valeurs», a-t-elle illustré avec fracas. 

«La compagnie de théâtre des Fonds de Tiroirs [que je dirige] fête aujourd'hui même son 20e anniversaire. On est parti de rien et depuis, on a inventé notre chemin. On a fini par être soutenu, mais depuis, et ça fait 13 ans, la compagnie n'a jamais été augmentée dans son financement. Nous avons encore le financement d'une compagnie de la relève», a affirmé Frédéric Dubois, directeur artistique de la section française de l'École nationale de théâtre du Canada. 

«Ce désengagement de l'État fragilise une fois de trop un milieu déjà vulnérable. La stagnation du soutien public ralentit une relève prête à reprendre le flambeau», a pour sa part dit Marie-Ève Huot, co-directrice artistique de la compagnie de théâtre jeunesse Le Carrousel. 

À la fin de la conférence de presse, alors que les différents acteurs du milieu théâtral québécois répondaient aux questions des journalistes, le co-directeur général et directeur artistique du Festival TransAmériques (FTA), Martin Faucher, peinait à contenir sa colère. 

«Ça fait 15 ans que je suis conscient de toutes les manoeuvres politiques. Peu importe les partis, il n'y a jamais une réelle écoute de nos besoins et de la pauvreté des travailleurs culturels. [Leurs conditions sont] ignorées, on détourne les yeux et on fait comme si tout allait bien et que tout le monde peut cumuler 15 jobs par semaine pour avoir une vie décente. C'est méprisant et c'est insultant», a-t-il lancé.

Lorraine Pintal, directrice artistique du Théâtre du Nouveau Monde (TNM), qui ne pouvait être présente mercredi matin au point de presse en raison d'un conflit d'horaire, affirme pour sa part que le milieu du théâtre est solidaire et réclame à nouveau l'ajout de 40 millions au budget du CALQ.

Le CQT et ses membres souhaitent rencontrer à nouveau le ministre Luc Fortin au cours des prochains jours, mais affirment n'avoir toujours pas reçu de réponse à leur demande d'entretien.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer