Échos de scène: Éric-Emmanuel Schmitt et Pol Pelletier

Dans Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran,... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse)

Agrandir

Dans Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, l'auteur Éric-Emmanuel Schmitt incarne lui-même Momo devenu adulte; le père distant; Monsieur Ibrahim; et tous les personnages qui gravitent autour.

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Tous les mardis, La Presse présente les actualités de la semaine dans le monde du théâtre et de la danse. Premières, coups de coeur, spectacles en tournée et pièces à voir. La scène se passe ici et maintenant.

On dit qu'il est «l'auteur chouchou des Québécois». Inversement, Éric‑Emmanuel Schmitt est amoureux fou du Québec ! Un an après sa tournée québécoise, l'auteur français est de retour, dès demain, sur la scène du Théâtre du Nouveau Monde, avec l'adaptation théâtrale de son roman Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran. «Un hymne à l'amitié et un conte d'une profonde humanité qui n'est pas sans rappeler La vie devant soi de Romain Gary», a écrit dans nos pages le collègue Jean Siag, en février 2016.

Le récit raconte l'enfance de Momo, un garçon juif de 12 ans. Après la séparation de ses parents, l'enfant vit seul chez son père dans un quartier défavorisé de Paris. Il va fraterniser avec M. Ibrahim, l'épicier du coin. Le vieil homme lui transmettra, entre autres, des valeurs d'amour et de tolérance.

«Nous vivons dans une zone de turbulence et de haine encore plus forte que lorsque ce texte fut créé, en 1999», estime l'auteur, dans son mot au programme du TNM. «L'islamophobie s'est développée sans complexe, l'ignorance de l'autre n'apparaît plus comme un défaut, on se replie sur son identité comme on se cache dans une armure.»

L'auteur incarne lui-même Momo devenu adulte; le père distant; Monsieur Ibrahim; et tous les personnages qui gravitent autour. Rappelons que la pièce de M. Schmitt remplace Novecento d'Alessandro Baricco, annulée en décembre dernier, en raison d'une blessure subie par André Dussollier.

Au TNM, du 22 février au 4 mars.

Hommage: Pol Pelletier à l'honneur

Créatrice, interprète et «pionnière du féminisme québécois», Pol Pelletier est un oiseau rare dans le paysage théâtral québécois. Plusieurs personnalités du milieu des arts et lettres lui rendront hommage, le 5 mars. La rencontre aura lieu à l'auditorium de la BAnQ Vieux-Montréal (535, avenue Viger Est). Parmi les invités, mentionnons France Castel, Yann Perreau, Pauline Harvey, Louise Dupré, Michel Faubert et Gregory Hlady.

Reprise: Une recréation pour Steve Gagnon

Créée en 2013 par le Théâtre de la Manufacture à La Licorne, la pièce poético-tragique de Steve Gagnon, En dessous de vos corps, je trouverai ce qui est immense et qui ne s'arrête pas, connaît une seconde vie en France. Vincent Goethals, directeur du Théâtre du Peuple à Bussang, dans les Vosges, l'a programmée pour sa saison estivale. La comédienne québécoise Violette Chauveau fait partie de la distribution.

Steve Gagnon est actuellement dans les Vosges pour assister à la «pré-création» de son texte et participer à des ateliers d'écriture. Après les représentations à Bussang, la pièce partira en tournée à l'automne et devrait être à l'affiche du Festival des Francophonies de Limoges, en septembre.

Auditions libres: Entrez dans la danse

La compagnie Sylvain Émard Danse est à la recherche de 375 danseurs amateurs pour participer au Super Méga Continental qui se tiendra en septembre sur la place des Festivals. Les gens souhaitant se joindre à la méga-distribution peuvent maintenant s'inscrire aux auditions, du 28 février au 2 mars. À noter: il n'est pas nécessaire de détenir une expérience en danse pour faire partie du spectacle. Toutefois, on demande un engagement et une bonne disponibilité pour les répétitions.

À Circuit-Est (2022, rue Sherbrooke Est), du 28 février au 2 mars.

Danse: Prochain arrêt

Tangente et LA SERRE - arts vivants invitent le public à assister à l'installation chorégraphique Waltz de Jacques Poulin-Denis sur le quai du métro Place-des-Arts, de 17 h 30 à 20 h 30. Le chorégraphe jette un regard sur notre transport collectif et ses utilisateurs. Avec la collaboration des danseurs de l'École de danse contemporaine de Montréal.

Aussi à l'affiche

Ne m'oublie pas de Tom Holloway. Mise en scène: Frédéric Dubois. Chez Duceppe, jusqu'au 25 mars.

L'enfance de l'art de Marc Favreau. Adaptation et mise en scène: Nicolas Gendron. À la salle Fred-Barry, jusqu'au 11 mars.

La cantatrice chauve (suivie de) La leçon d'Eugène Ionesco. Mise en scène: Normand Chouinard. Au Rideau Vert, jusqu'au 4 mars.

Don Juan revient de la guerre d'Odön von Horváth. Mise en scène: Florent Siaud. Avec Maxim Gaudette et six actrices. Au théâtre Prospero, du 28 février au 25 mars.

Dans la tête de Proust. Mise en scène: Sylvie Moreau. À Espace Libre, du 21 février au 18 mars.

Le déclin de l'empire américain. Adaptation: Alain Farah. Mise en scène: Patrice Dubois. À Espace GO, du 28 février au 1er avril.

Gamètes de Rébecca Déraspe. Mise en scène: Sophie Cadieux. À La Licorne, du 27 février au 24 mars.

Lear de Young Jean Lee. Production des finissants de la section anglaise de l'École nationale. Au Monument-National, du 27 février au 4 mars.

Méphisto d'Ariane Mnouchkine. Mise en scène: Lorraine Côté. Par les finissants du Conservatoire d'art dramatique de Québec. Au Théâtre du Conservatoire, à Québec, du 26 février au 5 mars.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer