Rentrée des théâtres: que le rideau se lève!

Alice Pascual, Fabien Cloutier, Marie-Hélène Thibault, Denis Bernard,... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Alice Pascual, Fabien Cloutier, Marie-Hélène Thibault, Denis Bernard, Christine Beaulieu et Florence Longpré

Photo Robert Skinner, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La rentrée culturelle est à nos portes. Coup d'oeil sur la programmation de trois théâtres montréalais.

La Licorne: vivant et chercheur

La Licorne est une bête à tête chercheuse, un théâtre vivant où « les spectateurs se sentent concernés par ce qui se passe dans le monde », dit son directeur Denis Bernard. L'institution de l'avenue Papineau présente 16 pièces dans sa programmation 2016-2017. En voici un aperçu.

Alice Pascual

Alice Pascual est de la distribution de Terminus, une pièce de l'auteur irlandais Mark O'Rowe. « Il s'agit de l'une des écritures les plus fulgurantes parmi les auteurs contemporains en Irlande, une écriture qui nous amène vers le fantastique », note Denis Bernard. Du 20 septembre au 29 octobre.

Fabien Cloutier

Prix littéraire du gouverneur général 2015, la pièce de Fabien Cloutier Pour réussir un poulet a été créée en 2014. L'auteur en est aussi le metteur en scène et selon Denis Bernard, « on n'a pas fini de voir cette pièce » qui fera une tournée avant et après son retour à La Licorne du 28 mars au 8 avril 2017. 

Marie-Hélène Thibault

Très prise par la télé, Marie-Hélène Thibault sera aussi sur les planches en 2016-2017. Elle sera, notamment, de la nouvelle pièce de François Archambault, Une mort accidentelle, « une comédie noire avec un personnage d'inspecteur à la Colombo », résume Denis Bernard. Du 17 janvier et 25 février 2017.

Denis Bernard

Du 1er au 19 novembre, le directeur de La Licorne mettra en scène un texte, Des promesses, des promesses, d'un auteur écossais qu'il affectionne particulièrement, Douglas Maxwell, et jouera dans deux autres productions. « Je ne me suis pas imposé, on me l'a demandé », souligne-t-il.

Christine Beaulieu

Depuis le FTA, J'aime Hydro de Christine Beaulieu « a déjà été modifié en incluant plus d'interactions avec les spectateurs », précise Denis Bernard. « La Licorne c'est ça, un lieu qui peut bousculer, poser des questions. On présente de tout, la nouvelle pièce de Larry Tremblay comme des auteurs européens et beaucoup de textes de femmes comme Julie-Anne Ranger-Beauregard, Rébecca Déraspes et Catherine Léger. » J'aime Hydro est présentée du 30 août au 10 septembre.

Florence Longpré

Du théâtre musical, Sylvie aime Maurice, par l'interprète du personnage hilarant de Gaby Gravel, Florence Longpré, et de son complice Nicolas Michon. Avec huit acteurs-chanteurs sur scène. « C'est un texte plutôt sérieux qui nous renvoie à nos préjugés, à nos façons parfois simplistes de voir les choses », décrit Denis Bernard. Sylvie aime Maurice sera présentée du 7 au 25 mars 2017.

Usine C: Femmes créatrices à l'honneur

La saison 2016-2017 de l'Usine C se déroulera sous le signe de l'indiscipline, mais fera surtout briller les femmes créatrices. Coup d'oeil sur la programmation concoctée par Danièle de Fontenay, directrice artistique de l'institution.

DANSE

La danse occupera une place de choix cette saison à l'Usine C avec notamment À la douleur que j'ai, une nouvelle création de Virginie Brunelle en collaboration avec l'Agora de la danse. « J'ai très hâte de la découvrir, car j'aime son travail très physique. Cette fois, elle travaille sur le thème de la douleur et je pense que ça va être assez bouleversant », confie Danièle de Fontenay.

Meg Stuart présentera quant à elle Hunter, son nouveau solo « à la fois intime et universel », précise la directrice artistique. Autre chorégraphe et interprète féminine à l'honneur, Clara Furey sera accompagnée du danseur d'origine slovaque Peter Jasko dans Untied Tales.

« Les hommes, les pauvres, sont en minorité terrible ! Mais ils vont bien s'en sortir ! », s'amuse Danièle de Fontenay en évoquant Alessandro Sciarroni. « C'est une étoile filante en Europe. Je l'avais vu à Bruxelles dans ce spectacle où il part d'une danse folklorique bavaroise et nous amène dans la danse contemporaine. Il s'agit d'un spectacle en mode résistance physique : il ne se termine que quand il n'y a plus de public dans la salle ! », ajoute la programmatrice à propos du chorégraphe et performeur de Folks-s.

THÉÂTRE ENGAGÉ

Le théâtre engagé ne sera pas en reste. La compagnie française Les Chiens de Navarre présentera Les armoires normandes. « C'est une meute enragée qui passe tous nos petits défauts dans le collimateur, mais avec beaucoup de tendresse. On rit et on pleure à la fois », explique Danièle de Fontenay.

Véritable coup de coeur de la programmatrice, Brigitte Poupart reprend pour sa part Glengarry Glen Ross de David Mamet. « Elle a décidé de la présenter avec une version uniquement féminine ! », lance-t-elle, enthousiaste. Au service de la démolition de la théorie des genres, l'interprète italienne au look androgyne Silvia Calderoni et la compagnie Motus présenteront MDLSX.

« Ce sera également la dernière chance pour le public de découvrir Jerk », un spectacle culte. « Jonathan Capdevielle est trop bouleversé pour continuer à jouer ce monologue de Dennis Cooper qui raconte l'histoire d'un tueur en série », met en garde la directrice artistique de l'Usine C.

PRISE 2

L'Usine C propose aussi au public de découvrir ou de redécouvrir certaines productions présentées au Festival TransAmériques cette année. C'est le cas de Mille batailles de Louise Lecavalier, de Mercurial George de Dana Michel, mais aussi en fin de saison de J'aime Hydro de Christine Beaulieu avec en primeur cette fois les deux nouveaux et derniers épisodes de sa création.

Et pour ceux qui auraient manqué l'an dernier le Macbeth d'Angela Konrad présenté à guichets fermés, ils pourront se rattraper cette saison puisque l'Usine C a décidé de le présenter à nouveau à la fin novembre.

La Chapelle: Multi, pluri, trans

Nouvelle direction à La Chapelle, mais même esprit d'exploration. « C'est un lieu où il est encore possible de prendre des risques, d'expérimenter, de faire des rencontres, des découvertes. [...] Un lieu multilingue, pluridisciplinaire et transgénérationnel ! » Voici cinq visages de la rentrée de la salle de la rue Saint-Dominique.

Daina Ashbee

Reconnue internationalement, la chorégraphe présente sa nouvelle pièce Pour, qui traite d'un sujet tabou, les menstruations. « Cela a des aspects spirituels, scientifiques, reproductifs, animaux. Ça peut être artistique ou violent. Le sang représente à la fois la douleur et la beauté », dit-elle. 

Du 26 au 30 septembre

Sarah Berthiaume

Depuis sa création en 2013, sa pièce Yukonstyle a été présentée un peu partout en plus d'être acquise pour une adaptation cinématographique. Elle sera présentée ici en anglais dans une mise en scène de Geneviève L. Blais. 

Du 12 au 29 octobre

Martin Messier

Artiste vraiment multidisciplinaire, Martin Messier signe la conception, la mise en scène et la chorégraphie de Corps mort. Le spectacle comprend quatre interprètes et une douzaine de chaises suspendues par un système de cordes et de poulies. 

Du 23 au 27 janvier 2017

Mathieu Arsenault

L'écrivain se lance en scène avec la complicité de Christian Lapointe. Dans La vie littéraire, il critique l'industrie culturelle et la société de consommation. Un plaidoyer contre l'oubli.

Du 22 au 31 mars 2017

Marc Beaupré

Seul sur scène, Marc Beaupré se fait son Hamlet... À moins que ce ne soit le personnage de Shakespeare qui soit lui-même le metteur en scène de ce Hamlet - Director's Cut. Un concept intéressant en collaboration avec François Blouin. 

Du 3 au 15 avril 2017

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer