Échos de scène: Steve Gagnon et Guy Nadon

Steve Gagnon signe la mise en scène de... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Steve Gagnon signe la mise en scène de sa quatrième pièce, Fendre les lacs.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Boulanger
La Presse

Tous les mardis, La Presse présente les actualités de la semaine dans le monde du théâtre à Montréal et au Québec. Premières, coups de coeur, spectacles en tournée et pièces à voir. La scène se passe ici et maintenant.

Tête d'affiche: Steve Gagnon

Engagé, Steve Gagnon l'est à sa manière créatrice et citoyenne. «Je crois qu'on peut faire du théâtre politique en faisant des récits, des fables, avec des personnages plus grands que nature», dit-il en entrevue à la veille de la première de sa quatrième pièce, Fendre les lacs, qui se tenait hier soir aux Écuries. L'auteur et comédien défend un théâtre poétique, mais accessible. 

«Quand je rencontre des étudiants dans les cégeps, ils me disent que la poésie, c'est plate... J'essaie de leur montrer qu'au contraire, la poésie peut les sortir de la banalité du quotidien.»

Fendre les lacs, c'est l'histoire de huit personnages métissés vivant dans une communauté retirée du monde, dans des cabanes au bord d'un lac. Une microsociété dont l'équilibre sera menacé par la mort soudaine d'un leader; et qui devra se rebâtir. «C'est un retour aux sources, un appel au désordre et à l'audace», conclut Steve Gagnon, qui signe aussi la mise en scène de son manifeste poétique. Avec entre autres Renaud Lacelle-Bourdon, Marie-Josée Bastien, Pierre-Luc Brillant, Véronique Côté, Marie Soleil Dion...

Aux Écuries, jusqu'au 26 mars.

Coup de chapeau à Guy Nadon!

Après l'avoir défendu sur scène pendant plus de deux ans, Guy Nadon va dire adieu à Édouard Beauchemin, ce professeur d'histoire qui perd la mémoire dans Tu te souviendras de moi. Le vétéran acteur s'est envolé hier pour Vancouver, où se termine la tournée de la production du Théâtre de la Manufacture. «Tu te souviendras de moi est la fable parfaite du Québec contemporain», estime Nadon lorsqu'on lui demande d'expliquer le succès de la pièce de François Archambault. «À mes yeux, ce texte a une résonance aussi forte que Mort d'un commis voyageur d'Arthur Miller dans l'Amérique d'après-guerre. Édouard Beauchemin est notre Willy Loman québécois...»

Et Guy Nadon est un trésor national!

Le chiffre de la semaine: 157

Nombre de représentations de la pièce de François Archambault Tu te souviendras de moi depuis sa création montréalaise, en janvier 2014 à La Licorne.

Jeune public

La pièce à succès de Suzanne Lebeau, Contes d'enfants réels, est reprise à la Maison Théâtre. «Contes d'enfants réels, ce sont des enfants et des adultes, face à face, dos à dos, dans des situations qui oscillent entre le ludique et le dramatique, l'insolite et le quotidien, le rêve et la réalité, la poésie et le théâtre...» La production du Carrousel mise en scène par Gervais Gaudreault est présentée du 9 au 19 mars. (Pour les 8 à 12 ans.)

Lancement

Lorraine Pintal lance son premier essai cette semaine. Dans De corps, de chair et de coeur - Ma vie et le théâtre, la directrice du TNM retrace plus de 40 ans d'expérience professionnelle en arts de la scène. Le livre est publié aux Presses de l'Université du Québec. En librairie le 9 mars.

Hors du 514

Ciel, mon Feydeau! Le maître du vaudeville fait son apparition pour la première fois à La Bordée. Le théâtre de Québec présente Feydeau, Adultes & adultère, un spectacle qui regroupe de courtes comédies signées par le maître du Boulevard, mises en scène par le comédien Jacques Leblanc.

Jusqu'au 26 mars, bordee.qc.ca

Aussi à l'affiche cette semaine...

Animaux de Daniel Brière et Alexis Martin, à Espace Libre jusqu'au 20 mars.

Après, de Serge Boucher, mise en scène de René Richard Cyr, au Théâtre d'Aujourd'hui jusqu'au 19 mars.

Des arbres de Duncan McMillan, mise en scène de Benoit Vermeulen, à la Petite Licorne jusqu'au 15 avril.

En attendant Godot de Beckett, mise en scène de François Girard, au TNM jusqu'au 31 mars.

Freddy d'Annabel Soutar, mise en scène de Marc Beaupré, à La Licorne jusqu'au 26 mars.

Fratrie de Marc-Antoine Cyr, mise en scène de Didier Girauldlon, à la salle Fred-Barry jusqu'au 26 mars.

Sans obligation d'achat, d'Israël Horovitz, mise en scène d'Alain Zouvi, avec Monique Spaziani et Nadine Jean, au Prospero jusqu'au 19 mars.

Saint-André-de-l'Épouvante, de Samuel Archibald, mise en scène de Patrice Dubois, à Espace Go jusqu'au 12 mars.

Race, de David Mamet, mise en scène de Martine Beaulne, chez Duceppe jusqu'au 26 mars.

Un animal (mort) - Petit guide pour se transformer tendrement, de Félix-Antoine Boutin (qui signe la mise en scène), à la salle J-C Germain du Théâtre d'Aujourd'hui jusqu'au 26 mars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer