Charlie Chaplin aux Écuries!

Passionné de Charlie Chaplin, Pierre Mayer a étudié... (Photo: Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

Passionné de Charlie Chaplin, Pierre Mayer a étudié depuis 25 ans chacun de ses gestes et chacune de ses mimiques. Il a obtenu de la famille Chaplin le droit de créer du nouveau matériel basé sur le personnage.

Photo: Olivier Pontbriand, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le comédien Pierre Mayer est sur le point de réaliser son rêve: incarner sur scène le légendaire Charles Spencer Chaplin. Depuis l'an dernier, il est le seul artiste canadien à être autorisé par la famille Chaplin à utiliser la musique et à interpréter le personnage de Charlot dans de nouvelles aventures.

Son atelier est situé dans le jubé de l'église Fatima de Longueuil. Ça ne s'invente pas. C'est là que le comédien Pierre Mayer a créé Charlot et mademoiselle Cello avec la violoncelliste Julie Hereish. Un hommage au génie comique de Charlie Chaplin, qu'il espère présenter en Europe d'ici l'an prochain.

Depuis 25 ans, ce passionné de Charlot a étudié chacun de ses gestes et chacune de ses mimiques. En 2011, il a réalisé un court métrage, Charlot au resto, qui a émerveillé Victoria Chaplin, fille de Charlie Chaplin et Oona O'Neill.

L'an dernier, il a interprété une scène du film Le Cirque à la demande d'Eugene Chaplin. Le cinquième enfant de Charlot et Oona O'Neill, qui est l'un des ambassadeurs du Festival international de cirque Vaudreuil-Dorion, ne tarit pas d'éloges à son égard. «Il lui ressemble tant, c'est de la folie! Pierre n'est pas le sosie de Charlot, c'est son clone», a confié Eugene Chaplin à VIVA Média.

La passion de Pierre Mayer remonte à sa formation théâtrale au cégep de Saint-Hyacinthe. «J'ai toujours été attiré par le jeu physique; j'admirais déjà des comédiens comme Jerry Lewis, Peter Sellers ou Louis de Funès. Je voulais être un comique comme eux. Plus tard, quand j'ai découvert Chaplin, ça a été le coup de foudre!

«Il avait un visage classique comme moi. Il n'était pas nécessairement drôle, mais il s'est mis en valeur avec Charlot. J'ai eu envie de m'approprier ce personnage-là pour comprendre sa mécanique. J'ai tout vu et tout lu sur Chaplin!», ajoute-t-il.

Humour au troisième degré

L'aspect le plus marquant de Chaplin, selon Pierre Mayer, c'est son humour tridimensionnel. «Chaque fois que je voyais le punch arriver, il me déroutait. Chaplin n'a pas un humour au deuxième degré comme les grands comiques: il a un humour au troisième degré.» Son génie est là.

L'humour verbal est incapable d'accéder à ce troisième degré, juge Pierre Mayer. «Le pantomime est sans doute la seule façon d'y arriver», estime-t-il. Le comédien, qui s'est fait remarquer dans les pubs de Ritz, où il portait la queue de pie et le chapeau haut de forme, a peaufiné son personnage de Charlot jusqu'à l'épuisement.

Il faut dire que les deux hommes se ressemblent. Ils ont à peu près le même gabarit, le même faciès. Une fois maquillé, difficile de faire la différence... Au fil des ans, Pierre Mayer a écrit plusieurs numéros «à la manière de Charlot», en rêvant au jour où il créerait un spectacle entièrement consacré à son idole.

Comme Martin Fontaine, qui a personnifié Elvis à Las Vegas il y a quelques semaines, Pierre Mayer, a toujours su qu'il finirait par y arriver.

«La différence avec Martin, c'est qu'il ne peut pas créer du nouveau Elvis, tandis que les huit enfants de Charlie Chaplin me donnent le droit de créer du nouveau matériel en Charlot, nuance Pierre Mayer. C'est un vote de confiance extraordinaire.»

Le coup de pouce est venu de Victoria Chaplin. Quand elle a vu son film Charlot au resto, réalisé en 2011, elle lui a écrit que «le travail sur la gestuelle, les expressions et tout l'entourage de Charlot [était] remarquable». C'est à la suite de ce projet qu'il a obtenu les droits de Bourne Co pour utiliser la musique créée par Charlie Chaplin.

Faire connaître Chaplin

L'objectif de Pierre Mayer, qui a créé Charlot et mademoiselle Cello avec les Jeunesses musicales du Canada, est de présenter ce spectacle dans les écoles et les Maisons de la culture pour faire connaître le personnage. «Je veux maintenant créer du nouveau Charlot», nous dit le comédien.

Le scénario est assez simple. Nous sommes dans un parc londonien. Charlot est un compositeur déchu renié par ses pairs, contraint de poser des affiches. Il fait la rencontre d'une musicienne qui rate son audition dans un orchestre de burlesque. En quelque 50 minutes, ils vont s'aider et reprendre goût à leur art.

Pierre Mayer veut présenter Charlot et mademoiselle Cello en Europe, où Chaplin est vénéré, mais il rêve surtout de le présenter le printemps prochain à l'inauguration du Musée Chaplin, dans le manoir de Ban, à Corsier-sur-Vevey, en Suisse, là où Charlot a passé les 25 dernières années de sa vie.

Le Québécois Yves Durand est l'un des concepteurs de ce musée. «Je suis en contact avec lui et j'espère que ça se réalisera», dit Pierre Mayer.

Faire rire et émouvoir, voilà le souhait de Pierre Mayer. «Je couvre tout le caractère de Chaplin dans ce spectacle, nous dit-il: sa fantaisie, sa poésie, le drame. C'est un hommage global. D'ailleurs, si je ne fais pas pleurer les gens un peu, je n'aurai pas joué Chaplin à la hauteur de mes attentes.»

____________________________________________________________________________

Aux Écuries du 11 au 13 juin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer