Evelyne de la Chenelière: qui a peur de Virginia Woolf?

L'auteure Evelyne de la Chenelière devait être de... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

L'auteure Evelyne de la Chenelière devait être de la distribution de la pièce Lumières, lumières, lumière. Elle a préféré concentrer ses énergies sur l'écriture.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Mario Cloutier

Un nouveau texte d'Evelyne de la Chenelière, mis en scène par Denis Marleau, joué par Anne-Marie Cadieux et Évelyne Rompré. Attendu, dites-vous? La dramaturge, de son côté, n'a pas eu peur de Virginia Woolf. Elle lui a même volé deux personnages, la mère accomplie, Mme Ramsay, et la peintre Lily Briscoe, du roman Vers le phare, pour mettre en lumière ses propres préoccupations sur la vision, le temps et les relations humaines. Deux femmes complexes et fascinantes. La femme étant, comme chacun sait, le futur de l'homme.

Vous deviez, au départ, jouer Lily. Vous continuerez de travailler le texte jusqu'à la première. Les deux, c'était un peu trop?

J'avais vraiment besoin de me concentrer pour pouvoir mener cette écriture jusqu'au bout, pour qu'elle soit la plus forte et complète possible. Le metteur en scène et l'auteure peuvent enrichir le processus de création de leur dialogue et je n'ai pas envie d'en priver le spectacle. La rencontre avec Denis Marleau s'est faite d'une manière belle et profonde.

Comment le roman de Virginia Woolf a-t-il influencé le processus de création?

Mon écriture est le fruit de tout ce qui s'est déposé du roman, d'une espèce de lie qui a été le point de départ d'une écriture à part entière. C'est un roman sur l'idée du temps qu'on cherche à arrêter, retenir, retrouver ou à s'y précipiter, vers l'avenir. J'ai choisi de l'aborder de façon très concrète par les personnages. Ce qui permet aussi de poser un regard sur la représentation elle-même et le langage.

Les trois actes possèdent leur propre temps: le présent de l'indicatif, le futur antérieur et le conditionnel. Pourquoi?

Les personnages vont littéralement conjuguer le temps de différentes manières pour que le langage représente leur vérité. C'est quelque chose qui a structuré l'écriture de la pièce. Chez les deux femmes, il est question de chercher à maîtriser le réel, de ne pas simplement subir l'expérience, de ne pas être que traversée par les êtres et les choses. Avoir une emprise, fabriquer, choisir...

En lisant la pièce, on se rend compte que Lily et Mme Ramsay sont un peu comme les deux faces d'une même entité. Il y a un effet miroir entre les deux.

Ces deux femmes représentaient, à mes yeux, un alter ego de Virginia Woolf, scindé en deux personnes qui luttent. C'était son déchirement intérieur. Même s'il n'en est pas question directement dans ce que j'ai écrit, j'étais habitée par le fait que Virginia Woolf était dans un tel inconfort qu'elle a mis fin à ses jours.

Il s'agit de deux personnages très complets, très complexes finalement.

L'oeuvre de Virginia Woolf me parle et me provoque. Le tragique quotidien de l'existence, qui est cet épuisement à trouver un sens, est accompagné aussi d'une charge caustique très amusée. Le tragique et le comique dansent ensemble. Il y a quelque chose de désespérément comique dans l'orgueil mâle de vouloir durer, qui peut être aussi vécu par des femmes, comme dans la vanité des mères de famille qui ont l'impression de régler le sort du monde par leurs petits gestes amoureux.

On sent votre réflexion dans ce qu'elles disent sur les relations hommes-femmes, les enfants, la vie en général.

Les deux femmes ne se contentent pas de subir le réel. Elles veulent l'arrêter pour assurer leur vision et le fabriquer à nouveau, que ce soit à travers la peinture ou un regard qui rééquilibre la maisonnée. Elles ne sont pas que traversées, elles s'arrêtent pour se demander ce que cela signifie. C'est là qu'on a accès à des réflexions complexes, fertiles et, parfois, tourmentées.

C'est la force de Woolf que vous faites vôtre, cette présence de femmes qui réfléchissent, mais ce n'est pas une pièce philosophique pour autant?

C'est ce que dit Denis Marleau. Je suis contente qu'il ait ce désir-là. Il a choisi comme metteur en scène de mettre en lumière les enjeux humains et dramatiques entre les personnages. C'est la chair qu'on veut voir, ce n'est pas un véhicule à idées, une pièce de théâtre.

Difficile de trouver mieux que Denis Marleau pour mettre en scène votre propos, non?

Je le sens très inspiré. Son rapport à l'humanité de cette proposition me touche beaucoup. C'est quelqu'un capable de mettre en lumière de manière limpide le coeur du texte sans pour autant le simplifier.

____________________________________________

Lumières, lumières, lumières est présenté à Espace Go du 11 novembre au 6 décembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer