Messmer: pour ou contre

L'automne de l'hypnotiseur Messmer est chargé, et c'est... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, archives LA PRESSE)

Agrandir

L'automne de l'hypnotiseur Messmer est chargé, et c'est peu dire.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'automne de l'hypnotiseur Messmer est chargé, et c'est peu dire. Première montréalaise de son nouveau spectacle, Hypersensoriel, le 17 octobre au Théâtre St-Denis, covedette avec Charles Lafortune de l'émission Lâchés lousses à TVA, tournage de la série L'expérience Messmer pour TVA et des émissions spéciales Stars sous hypnose à TF1. Et suite de la tournée européenne du spectacle Intemporel...

Les magiciens qui disent avoir des superpouvoirs

Pour

«Les gens comprennent que c'est un personnage qui est joué sur scène, qui n'a pas de réels pouvoirs. Les gens vont voir un show pour rêver et sortir de la routine. On sait que la magie est truquée, mais, en hypnose, il n'y a pas de trucage, pas de pouvoir; ce sont des techniques. Dans mon spectacle, je garde le mystère, mais j'explique aussi. J'essaie de garder un équilibre.»

Les personnes qui révèlent les trucs sur l'internet

Contre

«À l'époque, j'étais un fan de [David] Copperfield, et j'avoue que j'aurais vraiment voulu savoir comment il faisait ses tours. Aujourd'hui, sur YouTube, tu regardes les vidéos qui expliquent tout, et une fois que tu le sais, tu te dis: ‟Ah, c'est juste ça..." Il faut garder cette part de mystère. C'est comme si tu disais toujours la fin d'un film ou d'un livre à tes amis. J'aimerais mieux que les gens gardent ça pour eux et laissent vivre le côté imaginaire.»

L'utilisation de l'hypnose en thérapie

Pour

«Je fais justement ce métier sur scène pour ouvrir l'esprit des gens. En étant à la télé, je peux rejoindre une quantité phénoménale de personnes qui vont par la suite se renseigner et peut-être consulter des thérapeutes. J'étais thérapeute à l'époque, et je trouvais qu'il y avait un manque d'information sur l'hypnose. Avec le show, j'essaie de démocratiser l'hypnose, et ça marche! Il y a maintenant des médecins qui se servent de l'hypnose parce qu'il y a une demande du public.»

Prétendre pouvoir entrer en contact avec les morts

Contre

«Je pense que tout ce qui entoure les gens qui prétendent pouvoir parler aux défunts relève de l'imaginaire. La personne sous hypnose connaît bien la personne [morte], alors c'est facile pour elle de créer elle-même un dialogue. Prétendre pouvoir parler aux défunts avec l'hypnose, je pense que c'est une technique de vente pour escroquer les gens qui veulent vivre cette expérience. Toutefois, je ne suis pas fermé à l'idée qu'il est possible de parler aux défunts, mais je ne me suis jamais rendu là avec les personnes que j'ai hypnotisées.»

Les nouvelles technologies en hypnose

Pour

«Ça nous aide à renforcer le côté fantastique et à stimuler l'imaginaire des gens. Dans mon show, je me sers de la réalité virtuelle pour endormir une personne, et ce n'est même plus moi qui la dirige. Elle vit l'aventure dans le casque, et c'est la première fois que ça se fait au monde. En plus, le public a la chance de voir sur des écrans géants ce que la personne vit. La technologie me permet donc de me rapprocher encore plus du public et de la personne qui vit l'expérience.»

L'hypnose pratiquée dans la rue

Contre 

«Il y a des risques à pratiquer l'hypnose sur des gens qu'on ne connaît pas. Il faut être un bon hypnotiseur de spectacle ou même thérapeute pour déceler des signes avant-coureurs de psychose sur une personne qu'on croise dans la rue. Quand je le fais sur scène, on est dans un cadre restreint et je peux déceler si une personne a des problèmes qui pourraient s'étaler sous hypnose. Je trouve ça dangereux de faire de l'hypnose dans la rue, où ce n'est pas du tout encadré.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer