Les 7 doigts à la rescousse de Peter Pan!

Nouveau scénario, nouvelle musique, nouvelle distribution, nouvelles chorégraphies,... (IMAGE TIRÉE D'UNE VIDÉO)

Agrandir

Nouveau scénario, nouvelle musique, nouvelle distribution, nouvelles chorégraphies, incluant des scènes aériennes: Peter Pan a été entièrement repensé.

IMAGE TIRÉE D'UNE VIDÉO

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Peter Pan, The Boy Who Wouldn't Grow Up a d'abord été créé en 2009 à Kensington Gardens, à Londres, dans un chapiteau de 1500 places, The Threesixty Theatre. Mais le producteur Norton Herrick n'était pas satisfait du résultat. Il a contacté les 7 doigts de la main l'an dernier pour revoir la pièce qui sera présentée dans sa nouvelle mouture le 24 juin en banlieue de Washington, D.C.

C'est la cofondatrice des 7 doigts de la main, Gypsy Snider, qui a entre autres participé à la création de la comédie musicale Pippin à Broadway en 2013, qui est venue à la rescousse de Peter Pan. Avec le metteur en scène anglais Thom Southerland, elle a revu la pièce de A à Z.

« Le spectacle a été monté dans un chapiteau, sur une scène circulaire, avec des projections à 360 degrés, mais la facture de la pièce était assez classique, explique Gypsy Snider. Au fond, l'idée était de revoir le scénario, la mise en scène et les chorégraphies afin de profiter pleinement de cette configuration. »

Entièrement repensé 

Nouveau scénario, nouvelle musique, nouvelle distribution, nouvelles chorégraphies, incluant des scènes aériennes: Peter Pan a été entièrement repensé. « C'est du théâtre physique, il fallait que ça bouge », précise Gypsy Snider, qui a notamment travaillé avec le scénographe québécois Guillaume Lord.

Pourtant, aucun des 20 interprètes n'est issu du milieu du cirque, même si trois d'entre eux ont une formation acrobatique. Cela dit, la chorégraphe des 7 doigts n'était pas mécontente de travailler avec des acteurs professionnels, en fondant son travail chorégraphique sur le texte de J.M. Barrie.

« Pour moi, c'est assez nouveau, mais j'ai beaucoup de plaisir. Je trouve ça très stimulant de chorégraphier des scènes qui ne sont pas interprétées par des artistes de cirque. D'abord, c'est beaucoup moins dangereux et ça va plus vite, parce qu'en cirque, le processus créatif est constamment ralenti par la performance. »

N'empêche, lorsque Peter Pan survolera la ville de Londres avec Wendy pour se rendre à Neverland, il la survolera littéralement, sur fond d'images de synthèse.

«C'est un spectacle qui exige une préparation physique très intense. Sans être du cirque, ça demeure très athlétique.»

Gypsy Snider,
cofondatrice des 7 doigts de la main

Peter Pan, The Boy Who Wouldn't Grow Up n'est pas une comédie musicale, insiste Gypsy Snider, qui a d'ailleurs travaillé pendant trois mois à la création du « musical » Finding Neverland, actuellement présenté à Broadway. « J'aurais pu continuer plus longtemps, mais j'ai senti que ça m'éloignait des 7 doigts », a-t-elle reconnu.

Les répétitions de Peter Pan, The Boy Who Wouldn't Grow Up ont commencé à New York la semaine dernière. Elles se transporteront au Threesixty Theatre le 7 juin. Le spectacle va ensuite entamer une tournée aux États-Unis et peut-être même au Canada. Les détails de la tournée seront dévoilés dans quelques semaines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer