Appel aux dons: Dieudonné condamné à 6000 euros d'amende

Dans une vidéo fin décembre 2013, Dieudonné évoquait... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Dans une vidéo fin décembre 2013, Dieudonné évoquait notamment sa condamnation à 28 000 euros (environ 38 850 $) d'amende pour diffamation, injure et provocation à la haine et à la discrimination raciale pour des propos et une chanson, «Shoah nanas», dans deux vidéos diffusées sur internet.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

L'humoriste français controversé Dieudonné a été condamné vendredi par le tribunal correctionnel de Paris à 6000 euros (environ 8330 $) d'amende pour avoir lancé un appel aux dons fin 2013 sur internet afin de payer de précédentes amendes.

Condamné à plusieurs reprises pour des propos antisémites, il est actuellement poursuivi pour «apologie du terrorisme» pour un message écrit après les attaques de la semaine dernière à Paris.

Dans une vidéo fin décembre 2013, Dieudonné évoquait notamment sa condamnation à 28 000 euros (environ 38 850 $) d'amende pour diffamation, injure et provocation à la haine et à la discrimination raciale pour des propos et une chanson, «Shoah nanas», dans deux vidéos diffusées sur internet.

Il lançait alors aux internautes «continuez à donner», «c'est pas de l'argent perdu».

La loi française punit le fait d'ouvrir ou d'annoncer publiquement des souscriptions ayant pour objet d'indemniser des amendes prononcées par des condamnations judiciaires.

Ses avocats ont assuré qu'il ne s'agissait pas d'un appel aux dons en sa faveur, mais en celle de sa société de production.

Dieudonné M'bala M'bala, 48 ans, est encore sous le coup de plusieurs procédures judiciaires. La dernière, pour apologie du terrorisme, lui vaut d'être convoqué devant le tribunal correctionnel de Paris le 4 février. En cause, un message posté sur le réseau social Facebook après les attentats à Paris qui ont fait 17 morts, dans lequel il écrivait: «Je me sens Charlie Coulibaly».

Deux jours après le massacre dans les locaux du journal satirique Charlie Hebdo par deux autres jihadistes français, Amédy Coulibaly a tué quatre juifs lors d'une fusillade et prise d'otages dans un magasin casher de la capitale.

Il avait abattu la veille une policière près de Paris.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer