La suite de Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur enfin publiée

Certaines librairies avaient ouvert dès minuit, les commandes affluées sur... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jennie Matthew
Agence France-Presse
New York

Certaines librairies avaient ouvert dès minuit, les commandes affluées sur internet: 55 ans après la sortie du classique de la littérature américaine Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, sa suite inespérée et déjà controversée est sortie mardi en anglais, assurée de devenir un best-seller.

Dans la petite ville de son auteure Harper Lee, à Monroeville (Alabama), la seule librairie Ol' Curiosities & Book Shoppe avait ouvert dès minuit, après avoir enregistré 7000 commandes, plus que les 6300 habitants de la ville. D'autres librairies aux États-Unis ou au Royaume-Uni avaient aussi avancé leurs horaires, pour répondre à la demande.

À New York, ils étaient déjà à 7h une poignée de passionnés, devant la librairie Barnes & Noble d'Union Square, impatients de pouvoir se plonger dans Go Set a Watchman, dont le premier chapitre avait été publié en ligne vendredi dernier.

«Je suis un passionné de livres, et je ferais n'importe quoi pour soutenir les écrivains et des grands livres comme celui-ci. Cela fait partie de l'histoire de ce pays, le racisme, la ségrégation. J'ai lu l'Oiseau moqueur au lycée et je l'ai relu en avril. Je n'y croyais pas quand ils ont annoncé avoir découvert une suite», explique à l'AFP Mekdad Muthana, un étudiant yéménite de 25 ans.

Le jeune homme dit espérer qu'un troisième tome verra le jour, comme l'a évoqué l'avocate d'Harper Lee, Tonya Carter, dans une contribution au Wall Street Journal.

L'annonce de l'existence de Go Set a Watchman en février avait bouleversé le monde de l'édition, persuadé pendant 55 ans que le célèbre Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur était le seul roman jamais écrit par l'Américaine Harper Lee, qui à 89 ans vit quasi-recluse dans une maison de retraite de Monroeville.

Cet ouvrage, vendu à plus de 30 millions d'exemplaires et traduit en plus de 40 langues, lui avait valu en 1961 le prix Pulitzer.

Go Set a Watchman qui met en scène les mêmes personnages mais 20 ans plus tard, a de fait été écrit dans les années 50, avant Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur.

À l'époque, son éditeur avait demandé à une jeune Harper Lee débutante de revoir sa copie. «Mon éditeur, qui était fasciné par les flashbacks sur l'enfance de Scout (la narratrice du roman, ndlr), m'a persuadée d'écrire un roman sur le point de vue de la jeune Scout. C'était mon premier livre, j'ai fait ce qu'on me demandait», avait expliqué en février Harper Lee dans un communiqué.

Le manuscrit de Watchman a été redécouvert l'été dernier par son avocate dans un coffre-fort contenant des documents appartenant à Harper Lee.

Tonya Carter a précisé ce week-end que des experts «dirigés» par l'auteure allaient authentifier tous les documents encore présents dans ce coffre, y compris des pages inconnues trouvées la semaine dernière.

Un troisième roman?

«Etait-ce un premier jet de Watchman ou de L'oiseau moqueur, ou même, comme une correspondance ancienne l'indique, un troisième livre faisant le lien entre les deux? Je ne sais pas», a ajouté l'avocate dans sa contribution au Wall Street Journal.

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur mettait en scène Atticus Finch, un avocat blanc défendant un Noir accusé de viol durant la Grande dépression des années 30, dans une ville fictive et raciste de l'Alabama. La narratrice du roman est sa fille, surnommée Scout.

Le livre a été adapté au cinéma en 1962, avec Gregory Peck dans le rôle d'Atticus, sous le titre français Du silence et des ombres.

Dans Go Set a Watchman, qui sortira en français le 7 octobre sous le titre Va et poste une sentinelle, Scout adulte vit à New York. Le premier chapitre la décrit retournant pour une visite chez elle, dans la ville fictive de Maycomb, où son père de 72 ans, gagné par l'arthrose n'a pas pu venir la chercher.

Certains lecteurs ont été déçus: ils ont trouvé Atticus raciste et hypocrite, choqués de voir ainsi déboulonnée une de leurs idoles. D'autres ont préféré y voir une description fidèle à l'histoire d'une époque.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer