L'écrivain russe Fazil Iskander est mort à 87 ans

Vladimir Poutine et Fazil Iskander, en 2014.... (PHOTO ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Vladimir Poutine et Fazil Iskander, en 2014.

PHOTO ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Moscou

L'écrivain russe Fazil Iskander, connu pour ses descriptions pleines d'humour de la vie quotidienne dans son Caucase natal et son regard satirique sur la société soviétique, est mort dimanche à l'âge de 87 ans, ont rapporté les agences russes en citant sa famille.

Bien qu'il ne se soit jamais considéré comme un dissident, Iskander a décrit dans ses oeuvres les festins alcoolisés de Staline ou les absurdités de la vie soviétique, ce qui lui a valu parfois d'être censuré.

Né en 1929 dans le port de Soukhoumi en Abkhazie, aujourd'hui une région séparatiste de Géorgie soutenue par la Russie, Iskander a été élevé par sa mère après l'expulsion de son père, Iranien, vers son pays en 1938.

Après des études de littérature au prestigieux Institut Gorki à Moscou et un début de carrière comme journaliste en province, il a vécu une grande partie de sa vie dans la capitale.

Il a remporté un certain succès auprès du public avec son humour, sa compassion et ses descriptions de la Russie rurale, sans cacher son dégoût pour les bureaucrates soviétiques et les atrocités du stalinisme.

«Mon objectif littéraire était de remonter le moral de mes compatriotes déprimés», a-t-il écrit dans la préface de l'un de ses livres. «Et il y a avait de nombreuses raisons d'être déprimé».

L'un de ses principaux romans, Sandro de Cheguem, dépeint la vie dans le village abkhaze de Cheguem où des personnages excentriques sont confrontés avec le quotidien soviétique surréaliste.

L'ouvrage, censuré à l'époque soviétique, a parfois été comparé aux livres de Mark Twain ou William Faulkner.

Certains de ses ouvrages ont été traduits en français comme Le buffle Front Large, Les lapins et les boas ou encore La Constellation du chèvraurochs.

Après s'être brièvement impliqué dans la vie politique au moment de la Perestroïka, il s'exprimait rarement sur l'actualité et avait cessé d'écrire ces dernières années.

Dans un communiqué publié par le Kremlin, Vladimir Poutine a exprimé ses «profondes condoléances» à sa famille.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer