L'écrivaine australienne Colleen McCullough s'est éteinte

Colleen McCullough... (Photo Archives AP)

Agrandir

Colleen McCullough

Photo Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
SYDNEY

L'écrivaine australienne, Colleen McCullough, dont le roman Les oiseaux se cachent pour mourir s'est vendu à plus de 30 millions d'exemplaires dans le monde, est morte jeudi à l'âge de 77 ans, a annoncé sa maison d'édition.

L'auteure est décédée dans un hôpital de Norfolk Island, une île éloignée au large de la côte est de l'Australie, a indiqué son éditeur dans un communiqué.

La directrice de la maison d'édition HarperCollins Australia, Shona Martyn, a précisé que Colleen McCullough avait fait face ces dernières années à des ennuis de santé et des problèmes de vue, contrainte de dicter ses oeuvres.

«Esprit vif et direct, nous attendions avec impatience ses visites depuis Norfolk Island et l'arrivée de chaque manuscrit en version papier, envoyé dans des boîtes bordeau faites sur mesure et libellées de son nom», s'est-elle souvenu.

Colleen McCullough a signé 25 romans, son premier, Tim a inspiré en 1979 un film avec Mel Gibson. Son dernier livre, Bittersweet, est paru en 2013.

Les oiseaux se cachent pour mourir, dont l'intrigue se déroule dans le désert australien, a été adapté en une série télévisuelle de qualité, avec Richard Chamberlain en prêtre.

Collen McCullough est aussi l'auteure de la série Les maîtres de Rome, sept romans sur la Rome antique.

Colleen McCullough a également mené une brillante carrière de scientifique, fondant le département de neurophysiologie du Royal North Shore Hospital de Sydney et ayant passé dix ans comme chercheuse à l'école de médecine de Yale, aux États-Unis.

Les hommages ont été nombreux pour l'un des auteurs australiens les plus connus au monde qui laisse derrière elle son mari, Ric Robinson.

Le premier ministre australien, Tony Abbott, l'a décrite comme «une personnalité australienne unique».

Sa compatriote, l'écrivaine Tara Moss, a salué sur Twitter une femme «acharnée, drôle et d'un grand soutien pour les autres écrivains. Irremplaçable. RIP Colleen».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer