Tu tueras l'ange: sur la piste de l'ange de la mort ***

Après Tu tueras le père, consacré meilleur thriller de... (Image fournie par Robert Laffont)

Agrandir

Image fournie par Robert Laffont

La PresseNorbert Sphener, collaboration spéciale 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Norbert Sphener

collaboration spéciale

La Presse

Après Tu tueras le père, consacré meilleur thriller de l'année en Italie en 2014, Sandrone Dazieri nous revient avec Tu tueras l'ange, un récit qui commence de manière spectaculaire: lorsque le train rapide Milan-Rome arrive en gare, les autorités découvrent que tous les passagers de la classe Affaires sont morts.

L'enquête est confiée à la commissaire adjointe Colomba Caselli qui ne croit pas à la thèse de l'attentat terroriste. Avec la collaboration du mystérieux Dante Torre, un expert en disparition de personnes au passé nébuleux, elle découvre que ce massacre n'est qu'un épisode d'une longue série de tueries dont serait responsable une femme aussi étrange qu'insaisissable.

La traque commence: elle sera périlleuse, parsemée de cadavres! On aura compris que pour apprécier cette histoire rondement menée, riche en péripéties et rebondissements spectaculaires, le lecteur devra faire fi de la vraisemblance et mettre son jugement critique entre parenthèses.

Avec ses personnages excentriques, atypiques et son intrigue riche en action, ce thriller est un pur divertissement!

* * *

Tu tueras l'ange. Sandrone Sandieri. Robert Laffont. 598 pages.

«Extrait

« Dante resta derrière le volant jusqu'à ce que le véhicule s'écrase contre le rideau. Il avait imaginé s'éjecter par la portière juste une seconde avant le choc, à la manière de Jason Statham, mais la terreur l'avait empêché ne serait-ce que d'essayer. Il se contenta de glisser le long du siège, à demi inconscient, et de se protéger la tête avec les mains. Le rideau était vieux et rouillé, et quand l'avant de la voiture le percuta à quarante kilomètres à l'heure, il se plia brutalement, défonçant la vitrine qu'il occultait. Il emboutit aussi le pare-brise de la voiture, dont la moitié avait pénétré dans le magasin et avait fait tomber une étagère chargée de DVD : celle-ci se renversa sur l'ordinateur - le même qui leur avait servi à espionner - et brisa l'écran. Dante fut comprimé par l'airbag, recouvert d'éclats de verre et un morceau de fer gros comme une balle de tennis l'atteignit de biais à la tête, lui déchirant le cuir chevelu. »»





À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer