• Accueil > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • > Kazuo Ishiguro gagne le prix Nobel de littérature 

Le romancier Kazuo Ishiguro gagne le prix Nobel de littérature

Kazuo Ishiguro... (Photo Mike Segar, REUTERS)

Agrandir

Kazuo Ishiguro

Photo Mike Segar, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Camille BAS-WOHLERT
Agence France-Presse
Stockholm

Écrivain des illusions et de la mémoire, le Britannique Kazuo Ishiguro, auteur des Vestiges du jour adapté avec succès au cinéma, a été consacré jeudi par le prix Nobel de littérature.

Kazuo Ishiguro, 62 ans, «a révélé, dans des romans d'une puissante force émotionnelle, l'abîme sous notre illusoire sentiment de confort dans le monde», a commenté la secrétaire perpétuelle de l'Académie suédoise, Sara Danius, sous les ors de la salle de la Bourse à Stockholm.

L'écrivain s'est dit «formidablement flatté» de s'être vu décerner ce prix. «C'est un honneur magnifique, principalement parce que cela signifie que je marche dans les traces des plus grands écrivains de tous les temps, c'est une reconnaissance fantastique», a-t-il déclaré à la BBC.

Qualifié de «chef-d'oeuvre» par l'Académie suédoise, son roman le plus connu, Les vestiges du jour (1989), a été porté au grand écran en 1993 par James Ivory avec Anthony Hopkins et Emma Thompson et salué par le prestigieux Man Booker Prize qui récompense une oeuvre de langue anglaise.

«Si on mêle Jane Austen et Kafka, on obtient Kazuo Ishiguro», a ajouté Sara Danius.

Né en 1954 au Japon, à Nagasaki, ville martyre rasée par la bombe H en 1945, Kazuo Ishiguro est arrivé en Grande-Bretagne en 1960 où son père, océanographe, était amené à travailler. Son oeuvre témoigne de cette double culture.

Zen nippon doublé de flegme britannique, lunettes à monture noire et pull assorti, cet auteur discret qui se rêvait en chanteur pop à textes comme Bob Dylan ou Leonard Cohen passe pour être un des meilleurs stylistes de sa génération, lui dont la langue maternelle n'était pas l'anglais.

En 1995, il expliquait être souvent ramené à l'une ou l'autre de ses identités. Ses premiers romans situés au Japon étaient en outre davantage perçus comme des reconstitutions historiques que comme des fictions universelles.

Avec Les vestiges du jour, il espérait en finir. «Je pensais que si j'écrivais un livre situé en Grande-Bretagne, comme je l'ai fait dans Les vestiges du jour, cela s'estomperait largement, mais parce que les «Vestiges du jour» fixent la Grande-Bretagne dans un moment particulier de l'Histoire, je me suis heurté aux mêmes écueils», déplorait-il dans un entretien avec l'International Herald Tribune.

Domination anglophone

Kazuo Ishiguro confirme l'écrasante domination des anglophones au palmarès du prix Nobel de littérature, avec 29 lauréats contre 14 francophones.

Son nom avait été complètement ignoré par les cercles littéraires .

«C'est totalement inattendu. Son nom a été avancé pendant longtemps, mais pas cette année», a reconnu son éditrice suédoise à la radio publique SR.

Le sacre de Bob Dylan l'an dernier avait ravi ses fans et mécontenté les gardiens du temple Nobel.

Les académiciens suédois étaient très attendus par une partie de la critique qui n'avait pas digéré le sacre de l'Américain.

Tandis que le Nobel échappe édition après édition à des écrivains ou poètes aussi établis que Philip Roth, Margaret Atwood, Claudio Magris, Adonis, Milan Kundera et Haruki Murakami, les immortels Suédois avaient stupéfié en faisant entrer le pape de la contre-culture américaine au Parnasse universel des belles lettres.

D'autant que celui-ci, avare d'apparitions publiques, avait mis plusieurs semaines avant de réagir et s'était fait représenter pour les cérémonies de remise du prix le 20 décembre à Stockholm.

Décerné pour la première fois en 1901 (à l'écrivain français Sully Prudhomme), le Nobel de littérature a récompensé, pour l'immense majorité de ses 114 récipiendaires, des romanciers, de sexe masculin (14 femmes seulement), âgés en moyenne de 65 ans.

La littérature est le quatrième des Nobel annoncés chaque année début octobre.

Le prix de médecine a été décerné lundi à trois Américains spécialistes de l'horloge biologique et celui de physique a récompensé mardi trois astrophysiciens, également américains, pour la détection en 2015 des ondes gravitationnelles dont Einstein avait prédit l'existence un siècle auparavant.

Mercredi, le Nobel de chimie était allé à un trio de biophysiciens pour la cryomicroscopie électronique qui permet d'observer des molécules sans les altérer et en 3D, une percée technologique qui a notamment fait ses preuves dans le décryptage du virus Zika et la maladie d'Alzheimer.

Suivront le prix de la paix vendredi, attribué par le comité Nobel norvégien à Oslo, et le Nobel d'économie lundi.

Cette année, chaque prix est doté de neuf millions de couronnes suédoises (1,39 million CAN).

Les 10 derniers lauréats

  • 2017 : Kazuo Ishiguro (Grande-Bretagne)
  • 2016 : Bob Dylan (États-Unis)
  • 2015 : Svetlana Alexievitch (Bélarus)
  • 2014 : Patrick Modiano (France)
  • 2013 : Alice Munro (Canada)
  • 2012 : Mo Yan (Chine)
  • 2011 : Tomas Tranströmer (Suède)
  • 2010 : Mario Vargas Llosa (Pérou/Espagne)
  • 2009 : Herta Müller (Allemagne)
  • 2008 : Jean-Marie Gustave Le Clézio (France)




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer