Kim Thúy: processus d'écriture

Pour la première fois, Kim Thúy a travaillé... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

Pour la première fois, Kim Thúy a travaillé avec des éditrices des deux côtés de l'Atlantique, puisque son livre sera lancé en mai en France.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josée Lapointe

Kim Thúy a écrit Ru, son premier roman, les soirs chez elle, entre 23 h et 2 h du matin. Et c'est d'aéroports en chambres d'hôtel, alors qu'elle passait sa vie dans les avions pour assurer la promotion de Ru, qu'elle a écrit Mãn, son deuxième.

«Maintenant, je ne peux plus faire ni l'un ni l'autre. Je suis trop fatiguée et je m'endors partout. Alors pour celui-ci, je n'ai pas eu le choix de m'isoler pour me sauver de ma vie», dit l'hyperactive auteure, qui est aussi mère de deux enfants.

Un ami célibataire et très occupé lui a prêté les clés de sa maison. Elle a pu y travailler quelques jours par semaine, organisant ainsi sa propre résidence d'écriture qui lui permettait quand même d'être chez elle le soir. «Il n'y avait rien d'autre à faire, rien dans le frigo, je ne savais même pas comment fonctionnait la radio!»

Comme d'habitude, Kim Thúy a fait ensuite un gros travail d'élagage. 

«Je coupe beaucoup, tout le temps. À un moment donné, mon éditrice m'a dit de m'arrêter...» 

Pour la première fois, l'auteure a travaillé avec des éditrices des deux côtés de l'Atlantique, puisque son livre sera lancé en mai en France.

«J'ai toujours aimé les commentaires, même si à la fin de la journée c'est moi qui décide quoi en faire. Cette fois, non seulement c'était un miroir, mais en plus ils se répondaient. Grâce à cela, le livre est encore plus riche: si eux voient ça orange, et que les autres voient ça rouge, on mettant les deux ensemble quelle couleur ça va donner? J'ai aimé fusionner les deux visions.»

Kim Thúy en quelques chiffres

Trois: Kim Thúy est une vedette littéraire au Québec, mais aussi ailleurs: Vi est déjà assuré de sortir en France en mai, en Suède à l'automne et en Allemagne en janvier 2017.

25: C'est le nombre de langues dans lesquelles les livres de Kim Thúy sont traduits. L'auteure a visité 22 pays depuis 2009 pour assurer la promotion de ses romans. Elle est allée entre autres en Écosse, en Bulgarie, en Chine, en Inde, en Nouvelle-Zélande, au Danemark, en Colombie et un peu partout au Canada.

485 000: Nombre d'exemplaires vendus des livres Kim Thúy en carrière: 250 000 au Québec et 235 000 dans le monde.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Kim Thúy: d'ombre et de lumière

    Entrevues

    Kim Thúy: d'ombre et de lumière

    Après Ru et Mãn, Kim Thúy lance cette semaine son troisième roman, Vi, qui raconte le parcours vers la lumière d'une jeune... »

  • La carte intérieure de Kim Thúy

    Livres

    La carte intérieure de Kim Thúy

    «Si tu fais un pas, tu reviens avec un panier de connaissance», dit un dicton vietnamien. Vi est aussi une histoire de voyage et d'errance,... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer