Clubs de lecture nouveau genre

On trouve maintenant au Québec des clubs de... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

On trouve maintenant au Québec des clubs de lecture pour tous les types de livres. Par exemple, un club consacré aux romans graphiques se tient à la librairie Drawn and Quarterly.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Catherine Perreault-Lessard
La Presse

Plus que jamais, les clubs de lecture ont la cote. Et ils prennent maintenant toutes les formes possibles et imaginables. Adieu, les rencontres coincées autour d'une théière d'Earl Grey et d'une assiette de biscuits secs. Bonjour, les brunchs entre amis, les potlucks et les soirées alcoolisées dans les librairies de quartier.

Aux États-Unis, on estime que plus de 5 millions de personnes font partie d'un club de lecture. Même si de tels chiffres ne sont pas encore disponibles au Québec, tout porte à croire que le phénomène - ancré depuis longtemps dans les traditions de nos voisins du Sud - a bel et bien traversé la frontière canado-américaine.

On trouve maintenant dans la province des clubs consacrés à tous les types de livres: des polars aux briques européennes, des romans graphiques aux essais d'affaires. Et pas seulement dans les bibliothèques, mais aussi dans les maisons, les bars, les cafés et les restos. C'est sans parler des nombreux groupes Facebook dans lesquels les lecteurs partagent leurs coups de coeur. Et des clubs d'émissions de télé comme Marina et Bazzo.TV. Mais d'où vient cet engouement?

Comme un million de gens

Natalie Brown est membre du Superwomen Book Club, un club privé réservé aux femmes, qu'elle a fondé il y a quelques années avec ses copines. Selon elle, si les cercles de lecture ont de plus en plus la cote au Québec, c'est directement lié à la popularité de l'Oprah's Book Club, un projet en ligne de la grande papesse de la télé américaine. «C'est elle qui a amené les cercles de lecture dans la culture populaire», croit Natalie Brown.

L'avocate de profession compare les clubs de lecture actuels à une version nouveau genre des fameux partys Tupperware. Mais en plus cool. Et en plus intello. 

«Ça démontre aussi que les besoins et les sujets de conversation des femmes ont évolué au fil des ans. Elles ont envie d'être stimulées intellectuellement et de parler d'autre chose que de rouge à lèvres!»

Marie-Anne Poggi supervise la programmation d'une dizaine de clubs par mois. Depuis qu'elle a commencé, en 1982, l'animatrice assure que le nombre de membres dans ses clubs ne fait qu'augmenter. Pour participer à certains cercles, il faut même mettre son nom sur une liste d'attente!

D'après elle, si les lecteurs se déplacent tous les mois, beau temps mauvais temps, pour discuter pendant deux heures d'un livre imposé, c'est d'abord parce qu'ils ont besoin de s'exprimer. Mais aussi parce qu'ils sont curieux. «Les gens reviennent d'une fois à l'autre parce qu'ils ont l'impression d'avoir appris quelque chose, dit-elle. Le club se situe à mi-chemin entre la lecture universitaire et celle qu'on fait seul chez soi pour le plaisir.»

Carole Lamoureux anime également une dizaine de clubs de lecture à Montréal et à Laval. Pour elle, c'est la formule décomplexée et conviviale qui interpelle les lecteurs dans les clubs de lecture nouveau genre. «Parler d'un livre autour d'un verre de vin, c'est joindre l'utile à l'agréable.»

N'empêche, croit-elle, ce que les membres viennent chercher, c'est quand même plus qu'un verre de merlot: «L'acte de lecture, ce n'est pas simplement lire un livre. Quand on lit, on se met en scène et on s'identifie, on découvre des traits de notre personnalité.»

Seul dans la foule

Pour la présidente-directrice du festival littéraire Metropolis bleu William St-Hilaire, impossible de dissocier l'engouement que suscitent les clubs de lecture de l'avènement des réseaux sociaux. 

«Même si les gens communiquent énormément, ils se sentent seuls. Le club est une réponse naturelle à leur besoin de socialiser.»

Oui, d'accord. Mais pourquoi choisir de s'inscrire à un club de lecture, plutôt qu'à un club de cartes ou de quilles, par exemple? Contrairement aux autres loisirs, la lecture de romans favorise le développement de l'empathie, croit William St-Hilaire: «Quand on écoute quelqu'un parler d'un livre, on élargit ses horizons.»

Le club permet effectivement de donner une profondeur à sa propre lecture, ajoute l'auteure et éditrice Marie-Andrée Lamontagne. Membre du cercle de lecture du premier roman de la librairie Gallimard, elle estime qu'échanger sur un roman oblige à préciser sa pensée: «Quand on fait partie d'un club de lecture, on se sent plus intelligent!»

Plus que jamais, les clubs de lecture ont la... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Démarrez votre club de lecture en six étapes faciles

1. Recrutez vos membres

Proposez à vos amis d'en faire partie et, si possible, entourez-vous aussi de personnes qui évoluent dans d'autres milieux que le vôtre. Plus la faune de votre club est éclectique, plus les discussions sont riches. Maximum de membres: 15.

2. Trouvez le bon moment

Le plus facile, c'est de déterminer un rendez-vous mensuel qui ne change pas (exemple: le premier mardi de chaque mois). Si ce n'est pas possible, organisez la rencontre en utilisant des logiciels de planification comme Doodle ou créez un groupe privé sur Facebook pour recueillir les disponibilités de tous.

3. Choisissez votre formule

Est-ce que tous les membres lisent le même livre? Ou un livre du même auteur? Ou un ouvrage de leur choix? Le meilleur moyen pour le déterminer, c'est de leur demander ouvertement ce qu'ils préfèrent et ce qu'ils viennent chercher dans le club. Tout dépendant de leur personnalité, vous pourriez aussi vous concentrer autour d'un style en particulier, comme les polars, les essais... ou la littérature russe du XIXe siècle.

4. Trouvez le lieu parfait

À la maison, à la bibliothèque, dans un café, un salon de thé, un bar, la salle privée d'un resto... Peu importe. L'important, c'est que les membres puissent s'entendre parler et se voir durant la discussion. Placez les chaises en rond ou autour d'une table rectangulaire... et prévoyez quelque chose à boire!

5. Préparez la discussion

L'idéal, c'est de désigner un animateur. En plus de prévoir une série de questions et de présenter brièvement l'auteur, celui-ci s'assure que tout le monde puisse s'exprimer. Durée maximum de la discussion: deux heures.

6. Lâchez prise

Certains membres vont annuler à la dernière minute. D'autres n'auront pas fini le livre. Ou parleront de leur vie personnelle pendant 15 minutes. Qu'importe. Rappelez-vous que l'important, rendu là, c'est d'avoir du plaisir.

Quelques exemples de clubs de lecture

Le Superwomen Book Club (groupe fermé)

• Langue: français

• Formule: souper entre amies

• Lieu: dans la salle privée d'un resto

• Durée: environ 3 heures

• Fréquence: une fois par trimestre

• Nombre de membres: 14

• Profil des membres: des femmes de différents milieux (avocate, médecin, comédienne, éditrice de magazines, etc.).

• Types de lecture: très varié, en fonction des choix de l'organisatrice désignée (Soumission de Michel Houellebecq, The Perks of Being a Wallflower de Stephen Chbosky, Between the World an Me de Ta-Nehisi Coates)

Club Lisez l'Europe (groupe ouvert)

• Langue: français

• Formule: discussion en cercle

• Lieu: dans les locaux de différentes institutions culturelles comme le Goethe-Institut et l'Institut culturel italien de Montréal.

• Durée: maximum 1h30

• Fréquence: chaque 2e mercredi du mois

• Nombre de membres: une trentaine par club

• Profil des membres: beaucoup de retraités, mais aussi des universitaires et de jeunes travailleurs.

• Types de lecture: des livres européens (Italie, Allemagne, Espagne, etc.), peu importe le style. Chaque club met en vedette une région différente d'Europe.

Club de lecture de l'Atelier (groupe fermé)

• Langue: français

• Formule: potluck ou brunch

• Lieu: chez l'un des membres

• Durée: environ 3 heures

• Fréquence: une fois par mois

• Nombre de membres: 22

• Profil des membres: beaucoup de travailleurs autonomes de l'industrie culturelle

• Types de lecture: aucune lecture imposée, mais il y a un grand pourcentage de livres québécois. Chaque membre présente aux autres un livre qu'il a lu durant le mois.

D+Q Graphic Novel book club (groupe ouvert)

• Langue: anglais, mais aussi parfois en français

• Formule: discussion en cercle autour d'une canette de bière (les artistes sont parfois présents)

• Lieu: à la librairie Drawn & Quarterly (211, avenue Bernard Ouest)

• Durée: entre 1h30 et 2h

• Fréquence: une fois par mois

• Nombre de membres: 8 à 20, tout dépendant du livre

• Profil des membres: des passionnés de BD de tous les âges.

• Types de lecture: des romans graphiques et des bandes dessinées

Club de lecture pour emporter de la Bibliothèque de Québec (groupe ouvert)

• Langue: français

• Formule: la Bibliothèque de Québec fournit une trousse de Club de lecture à emporter. On y trouve cinq exemplaires du même livre, une dizaine de questions spécifiques à chacun des romans, des informations sur l'auteur et de brèves suggestions pour démarrer un club à la maison.

• Durée: les emprunteurs ont six semaines (plutôt que trois) pour lire les livres.

• Types de lecture: très varié, mais beaucoup de romans québécois (Ru de Kim Thuy, Au beau milieu, la fin de Denise Boucher, Rue Deschambault de Gabrielle Roy).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer