• Accueil > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • > Rentrée littéraire québécoise: pour traverser l'hiver 

Rentrée littéraire québécoise: pour traverser l'hiver

Le mois d'avril sera certainement dominé par la... (Photo Ivanoh Demers, archives La Presse)

Agrandir

Le mois d'avril sera certainement dominé par la très populaire Kim Thuy, qui lancera enfin son nouveau roman, Rouma.

Photo Ivanoh Demers, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Différente de la cohue automnale, la rentrée littéraire hivernale est peut-être plus calme, mais tout aussi riche. Survol de ce qui a attiré notre attention dans la très généreuse offre des maisons d'éditions québécoises.

Dany Laferrière publiera en janvier chez Mémoire d'encrier... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Dany Laferrière publiera en janvier chez Mémoire d'encrier Notes à un écrivain en pyjama.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

JANVIER

Boréal lance sa saison avec trois écrivains, Gilles Archambault (Lorsque le coeur est sombre), Ying Chen (La rive est loin) et Stéfani Meunier (On ne rentre jamais à la maison). Chez Leméac, un titre intrigue: Euchariste Moisan du cinéaste Denys Arcand, qui s'est inspiré du classique québécois Trente arpents de Ringuet. Chez VLB, le cycle collectif L'Orphéon se poursuit avec les créations de Patrick Sénécal (Quinze minutes) et Véronique Marcotte (Coïts). Le prolifique Sergio Kokis est de retour avec un recueil de nouvelles, Culs-de-sac, chez Lévesque Éditeur, tandis que Dany Laferrière publiera chez Mémoire d'encrier Notes à un écrivain en pyjama.

Mentionnons aussi chez Mémoire d'encrier un roman érotique amérindien (!) intitulé L'amant du lac, de Virginia Pésémapéo Bordeleau. Chez Alto, on surveille La manière Barrow de Hélène Vachon et chez XYZ, on attend Deux poids deux mesures de Sophie Jacmin et Le voyage d'Ulysse d'Yvon Paré. Geneviève Damas, Prix des cinq continents 2012, publie Si tu passes la rivière aux éditions Luce Wilquin, et chez Québec Amérique, Guillaume McNeil Arneau scrute la célébrité instantanée avec Les vies publiques, tandis que Stéphane Dompierre publie ses très amusantes chroniques de Fâché noir.

De son côté, Le Quartanier propose De très loin de Franz Schurch et Mattel de Samuel Rochery. Chez Triptyque, Ticket pour l'éternité de Pierre Yves Pépin, et l'unique roman du regretté comédien Mazouz OuldAbderrahmane, Le café maure.

Chez Leméac, un titre qui sera lancé ce... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, archives LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Chez Leméac, un titre qui sera lancé ce mois-ci intrigue: Euchariste Moisan du cinéaste Denys Arcand.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, archives LA PRESSE

FÉVRIER

Aux Herbes Rouges, on aura droit à un nouveau Jean-Simon Desrochers, Demain sera sans rêves, tandis que Marchand de feuilles propose Gabriel et Juliette de David Fitoussi.

Chez Alto, on promet un livre qui «redonne foi en la littérature», Encyclopédie du monde visible de Diane Schoemperlen, réédition traduite par Dominique Fortier. Chez Boréal, on aura Jamais je ne t'oublierai de Miriam Toews et L'enfant qui savait parler la langue des chiens, un premier roman de Joanna Gruda.

Aux Éditions de l'Homme, on retrouve Denise Bombardier, qui publie Vieillir avec grâce. Chez Leméac, on attend Le calepin d'Érasme de Jean Paré, Un vent prodigue de Simone Chaput et Dix jours en cargo d'Isabelle Miron. En février, une nouvelle maison d'édition voit le jour, les Éditions Y, pilotée par Sylvain Raymond, qui publiera un polar, Sara (h) bande. Chez XYZ, on retrouve Claude Jasmin avec Anita, une fille numérotée et François Hébert avec De Mumbai à Madurai.

La toute jeune maison d'édition Tête première, qui a acheté les éditions Coups de tête, publie un roman d'Alain Ulysse Tremblay, La vieille à pitou, et chez Coups de tête, un premier roman de Jonathan Brassard, Les chaînes de Léviathan. Enfin, la petite maison Hamac publie Passagers de la tourmente d'Anne Peyrouse et dans sa collection Carnets, Détails et dédales de Catherine Voyer-Léger, tandis que Lévesque Éditeur publie le premier roman de la nouvelliste Claude-Emmanuelle Yance, La mort est un coucher de soleil, et que chez Sémaphore, on publie les écrits d'un ancien prisonnier, Barbelés de Pierre Ouellet.

Maxime-Olivier Moutier... (Photo: Robert Skinner, archives La Presse) - image 3.0

Agrandir

Maxime-Olivier Moutier

Photo: Robert Skinner, archives La Presse

MARS

Maxime Olivier Moutier ne propose pas la suite de sa série La gestion des produits, mais une pièce, Rita tout court, chez Marchand de feuilles. Chez Boréal, on attend avec impatience le récit autobiographique de Madeleine Gagnon, Depuis toujours, et Les portes closes de Lori Saint-Martin. Chez Alto, le curieux Tous mes amis sont des supers héros d'Andrew Kaufman, au Quartanier, la réédition de Les effets pervers de Martin Gagnon, et aux Herbes Rouges, le nouveau roman de Pierre Samson, La maison des pluies.

Chez Québec Amérique, on publie le troisième et dernier volet de Pour les sans-voix de Micheline Duff, Une place au soleil. Camille Bouchard lancera L'homme de partout à L'Hexagone et Jean-Claude Germain, Sur le chemin de la Roche Percée chez Hurtubise. Aux Éditions Druide, on attire l'attention sur deux titres: Le deuxième train de la nuit de Gérald Tougas (ancien lauréat du Prix du gouverneur général et du prix Alfred-Desrochers) et L'oreille absolue de Mathieu Boutin.

Chez XYZ, un roman d'anticipation, 2054 d'Alexandre Delong et Conspiration autour d'une chanson d'amour d'Émilie Andrewes. Chez Lévesque éditeur, L'invention de Louis de Nicolas Tremblay, qui nous avait donné Une estafette chez Artaud. Enfin, soulignons en février la parution d'essais qui devraient faire jaser: Démocratie, histoire politique d'un mot de Francis Dupuis-Déri (Lux), Histoire du Parti libéral du Québec de Michel Lévesque (Septentrion), Pourquoi moi? - Ma vie chez les juifs hassidiques de Lise Ravary (Libre Expression), À brûle pourpoing de Normand Lester (Les Intouchables), Une idée de l'université - propositions d'un professeur militant de Michel Seymour (Boréal) et la traduction du Journal du massacre de Columbine (éditions Inculte)...

Les Éditions Alto feront paraître Traders, hippies et... (Photo fournie par les Éditions Alto) - image 4.0

Agrandir

Les Éditions Alto feront paraître Traders, hippies et hamsters, de Marina Lewycka, au mois d'avril.

Photo fournie par les Éditions Alto

AVRIL

Le mois sera certainement dominé par la très populaire Kim Thuy, qui lancera enfin son nouveau roman, Rouma, et Georges-Hébert Germain, qui s'inspire de sa famille dans Jadis, si je me souviens, tous deux à Libre Expression. Les Éditions Tête première et Coups de tête feront renaître l'oeuvre d'Emmanuel Cocke, mort prématurément en 1973, en rééditant Louve Storée et Va voir au ciel si j'y suis, et François Barcelo y poursuit ses détestations avec J'haïs les vieux.

Chez Boréal, on attend un essai littéraire de Robert Lévesque, Digressions, et un autre politique: La bataille de Londres - la Grande-Bretagne et les secrets du rapatriement de la constitution de Frédéric Bastien. Chez Lux, l'enquête de la journaliste canadienne Linda McQuaig, Les milliardaires, qui devrait déboulonner des mythes. Chez Alto, Traders, hippies et hamsters de Marina Lewycka et Remèdes pour la faim de Deni Y Béchard, tandis que chez Marchand de feuilles, on lancera le tome 2 de la série Les villages assoupis, L'île aux naufrages d'Ariane Gélinas. L'Instant même publie le nouveau François Blais, La classe de Madame Valérie. Deux titres à surveiller chez XYZ: Nouvelles nordiques de Lucie Lachapelle et Elvis et Dolores d'André Pronovost.

À La Peuplade, des fictions de Mylène Bouchard (Ciel mon mari), au Quartanier, Chanson française de Sophie Létourneau et chez La Mèche, une curiosité illustrée, dans le genre science-fiction: Le compteur intelligent de Daniel Sylvestre. Enfin, les mois de mai et de juin seront plus calmes, mais soulignons la parution du deuxième tome de Lit double de Janette Bertrand (Libre Expression), Les deux saisons du faubourg de Mylène Gilbert-Dumas (VLB) et le Dictionnaire des grands oubliés du sport au Québec (1850-1950), un travail paraît-il titanesque dirigé par Gilles Janson (chez Septentrion).

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Rentrée 2013: littérature française et traductions

    Livres

    Rentrée 2013: littérature française et traductions

    La production sera tout aussi foisonnante du côté de la littérature française et étrangère. Plus de 525 titres sont lancés dès janvier, ce qui donne... »

  • Le lecteur assiégé

    Chantal Guy

    Le lecteur assiégé

    Le temps des Fêtes est propice au magasinage et au glandage. Il suffit d'une semaine de vacance à se laisser aller à toutes les tentations technos,... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer