Les États-Unis au menu de Prana

Des collations bios de Prana.... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

Des collations bios de Prana.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Théroux
La Presse

Prana célèbre son dixième anniversaire en faisant son entrée aux États-Unis. Après avoir fait les délices d'un nombre croissant de consommateurs du Québec et du reste du pays, l'entreprise montréalaise qui se spécialise dans la transformation de noix, fruits secs et collations biologiques entend maintenant faire sa marque au sud de la frontière.

«La concurrence est forte, autant dans les produits bios que conventionnels, mais on est capables de faire notre place», assure Marie-Josée Richer, confiante devant ce nouveau défi qui attend l'entreprise fondée en 2005 avec son copain Alon Farber. L'entreprise, dont les produits seront offerts dans des chaînes d'alimentation américaines au cours des prochaines semaines, estime même que les États-Unis devraient générer plus de 10% de ses revenus d'ici un an. «Le potentiel est immense. Les chaînes d'alimentation ont des milliers de points de vente et l'engouement pour les produits bios est encore plus grand qu'ici», fait valoir M. Farber.

L'entreprise, qui importe des abricots et figues de la Turquie, des amandes d'Espagne, des ananas du Mexique ou encore des graines de chia d'Australie, tirera doublement profit du dollar américain. «La faiblesse de la devise canadienne nous avantage, mais comme nos achats se font en dollars américains, ça nous permettra aussi d'avoir des revenus dans la même monnaie», souligne M. Farber.

Un courtier américain

Prana y prépare son expansion depuis deux ans déjà alors qu'elle s'est d'abord fait connaître en participant à plusieurs salons et foires commerciales pour sonder le terrain. Elle a aussi conclu une entente avec un courtier américain qui l'appuie dans ses activités de démarchage auprès de distributeurs et grands détaillants. «Il fallait absolument quelqu'un sur le terrain qui connaît beaucoup mieux que nous le marché, les habitudes de consommation», explique Mme Richer.

La PME vise d'abord la région de la Nouvelle-Angleterre. À cause de la proximité de ces États voisins du Québec, mais aussi d'une offre plus restreinte de produits. «Quand on pense bio, on pense automatiquement à la Californie, mais il y a déjà de très gros acteurs et ce serait plus difficile de percer. Mais on y sera un jour», souligne Mme Richer.

Prana arrive aux États-Unis en misant sur deux nouveautés: le ProactivChia, un mélange de probiotiques et de graines de chia, et des croustilles de noix de coco, qui font aussi leur entrée sur les tablettes des détaillants québécois ces jours-ci. «Nous sommes les leaders au Canada pour le chia et ce nouveau produit, qui combine les bienfaits du chia et des probiotiques, va nous faire connaître et nous ouvrir les portes du marché américain», affirme Mme Richer. L'entreprise, qui transforme et vend environ 150 produits, y offrira aussi quelques-uns de ses produits-vedettes, notamment les noix à l'érable, les carrés de sésame et sa gamme de mélanges randonnée.

Prana ne délaisse pas pour autant le marché canadien qui, avec ses 4000 points de vente, offre encore des possibilités de croissance. «On va élargir la gamme de produits et les offrir dans des présentoirs de Prana», indique Mme Richer. L'entreprise, dont les produits sont offerts dans les chaînes Sobeys-IGA et Metro, en plus de centaines d'autres magasins d'aliments naturels, a aussi fait son entrée chez Loblaws et Costco au cours de la dernière année. Elle mise aussi sur la croissance des ventes en ligne, qui totalisent 1,2 million cette année, en hausse de 55% par rapport à 2014, et devraient s'élever à 2,3 millions l'an prochain.

«Énergie vitale»

Prana, dont le nom signifie «énergie vitale» en sanskrit, a enregistré des revenus de 10 millions de dollars lors de l'exercice 2015 terminé le 31 août, comparativement à 100 000$ à chacune de ses trois premières années d'existence. Ses effectifs ont doublé à 70 employés depuis 2013. Sa croissance est telle que, deux ans à peine après avoir quitté le Mile End, son quartier d'origine, pour s'établir dans une usine de 30 000 pieds carrés de l'arrondissement de Saint-Laurent, Prana pourrait de nouveau devoir changer d'adresse.

Fondation: 2005

Entreprise de transformation de noix, fruits secs et collations biologiques

Fondateurs: Marie-Josée Richer, Alon Farber

Nombre d'employés: 70




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer