Castor Optique: maintenir le cap sur la R et D

Nicolas Godbout, cofondateur de Castor Optique, a préféré... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE)

Agrandir

Nicolas Godbout, cofondateur de Castor Optique, a préféré déléguer la fabrication de ses appareils pour continuer ses recherches

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Martin Primeau

Collaboration spéciale

La Presse

On développe une invention. On la brevette. Puis vient le temps de la commercialiser. Quel modèle d'affaires choisir quand tout ce qui nous intéresse vraiment, c'est de faire de la recherche? Nicolas Godbout, cofondateur de Castor Optique, a dû réfléchir à la question. Il explique quel modèle il a choisi.

Castor Optique, c'est une entreprise née du travail conjoint de deux chercheurs en génie de Polytechnique Montréal.

En réunissant leurs expertises respectives en imagerie médicale et en fibre optique, Caroline Boudoux et Nicolas Godbout ont mis au point une technologie qui améliore considérablement la résolution des images prises par «tomographie à cohérence optique», une technique d'imagerie médicale qui permet de scruter l'intérieur du corps par l'entremise d'une simple fibre optique.

«Notre invention permet d'augmenter la collecte de lumière par un facteur de 100», souligne Nicolas Godbout, cofondateur de Castor Optique, pour qu'on puisse mesurer la portée de l'appareil.

Cette innovation en poche, le duo dépose une demande de brevet en 2012, et présente sa technologie dans différents congrès.

«Les gens se sont mis à nous demander comment ils pourraient intégrer notre produit dans leur système d'imagerie, se souvient Nicolas Godbout. C'est là qu'on a compris qu'il y avait un besoin dans le marché.»

Commercialisation

Les deux ingénieurs entament alors des recherches actives en vue de commercialiser l'appareil. Leur première idée: céder le tout sous forme de licence d'exploitation du brevet.

«On a contacté des entreprises de partout dans le monde qui pouvaient être intéressées, mais aucune n'avait ce qu'il fallait pour fabriquer et mettre en marché notre équipement, raconte le cofondateur de Castor. On s'est donc convaincus avec le temps que la meilleure stratégie allait être de la commercialiser nous-mêmes, et on a incorporé Castor Optique en 2013.»

Restait tout de même à bâtir un plan et une stratégie de commercialisation. Chose certaine, Nicolas Godbout n'allait pas se lancer dans la production.

«Non seulement ç'aurait été impossible de trouver les millions nécessaires pour bâtir la chaîne de production, dit-il, mais de toute manière, ça ne nous intéressait tout simplement pas. Notre passion, c'est la recherche et l'invention, pas la manufacture.»

De connivence avec Univalor, la société de valorisation de la recherche associée à l'Université de Montréal, l'entreprise décide finalement de choisir un modèle d'affaires où elle externalise production et commercialisation. Un modèle connu dans l'industrie de l'électronique sous le vocable de «fabless».

Castor trouve son partenaire en Thorlabs. Le président de cette entreprise spécialisée en instruments de fibre optique devient même coactionnaire de l'entreprise montréalaise.

«Le produit est fabriqué et commercialisé par eux, indique Nicolas Godbout. Nous, on participe à des présentations dans des foires et on fait un peu de relation avec les clients.»

En contrepartie, Castor obtient des redevances en fonction des ventes de l'appareil.

La commercialisation a d'ailleurs débuté en mars dernier. Jusqu'ici, on a vendu plusieurs appareils à l'unité.

Maintenant, le duo d'ingénieurs peut retourner à son laboratoire et consacrer davantage de temps à la R et D.

«Notre objectif, c'est de développer la gamme de produits», souligne le cofondateur de Castor Optique. En plus du marché de l'imagerie médicale, il souhaite s'attaquer à celui des lidars, ces radars qui fonctionnent au moyen de la lumière.

L'entreprise, qui compte présentement trois employés, prévoit faire passer ce nombre à six d'ici à deux ans.

CASTOR OPTIQUE

Entreprise: Castor Optique

Année de fondation: 2013

Cofondateurs: Caroline Boudoux et Nicolas Godbout

Actionnaires: Caroline Boudoux, Nicolas Godbout, Alex Cable, Normand Brais et Univalor

Nombre d'employés: 3

Secteur: Développement de technologies d'imagerie

Le défi : Caroline Boudoux et Nicolas Godbout ne tenaient pas à se charger de la production et de la commercialisation de leur invention.

La solution : Ils ont finalement cédé la fabrication et la commercialisation de leur invention contre des redevances.

Site web: castoroptics.com




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer