PME: du web... au commerce de détail

Alexis Miville-Deschênes, fondateur et copropriétaire de NeoMagnetic, a... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Alexis Miville-Deschênes, fondateur et copropriétaire de NeoMagnetic, a été amené à ouvrir une boutique pour vendre au détail les produits qu'il vendait déjà sur le web.

Photo Bernard Brault, La Presse

Les détaillants se tournent progressivement vers l'internet pour brasser des affaires. Alexis Miville-Deschênes, lui, a emprunté le chemin inverse. Après avoir vendu ses produits sur le web, il a dû ouvrir une vraie boutique pour satisfaire une partie de sa clientèle. Une histoire qui ne pouvait prendre forme qu'au XXIe siècle.

Il faut user de patience avant de repérer la petite boutique de NeoMagnetic, cachée au fond d'un grand immeuble commercial du quartier Saint-Henri.

Son local ne donne pas sur une rue passante. Elle ne se dresse pas non plus dans un centre commercial au milieu d'autres boutiques.

Pourtant, elle accueille chaque jour sa vingtaine de clients.

«Les gens qui viennent ici savent déjà ce qu'ils veulent», donne pour toute explication Alexis Miville-Deschênes, fondateur et principal propriétaire de NeoMagnetic.

Si ce dernier ne semble pas trop préoccupé par l'emplacement qu'il a choisi pour établir sa boutique, c'est que sa vitrine principale se trouve en fait sur le web, visible au monde entier.

C'est d'ailleurs là qu'est née NeoMagnetic en 2010. Alexis Miville-Deschênes s'était alors lancé dans l'importation de petits aimants en néodyme qu'il faisait venir de Chine. «Au début, je les vendais sur eBay, puis à la fin de l'année, j'ai créé un site web transactionnel», précise-t-il.

En l'espace de quelques mois, le passe-temps est devenu un emploi à temps partiel, puis à temps plein, raconte le technicien en électronique de formation. «Je travaillais de jour, et le soir, je remplissais des boîtes pour compléter les commandes, explique-t-il. À un moment donné, j'ai décidé de consacrer tout mon temps à l'entreprise.»

Le pari lui aura réussi. Mais un nouveau problème s'est présenté. Des clients ayant remarqué qu'il expédiait ses produits à partir de Montréal ont demandé à le rencontrer pour gagner du temps et s'éviter les frais postaux.

«On se donnait rendez-vous à différents endroits, mais à un moment donné, je me suis bien rendu compte qu'il me fallait un lieu où les rencontrer, raconte-t-il. C'est là que j'ai décidé d'ouvrir une boutique.»

Après quelques recherches, et un investissement de 30 000$, il louait un local dans le Château Saint-Ambroise, un édifice composé de lofts commerciaux. C'est là qu'il a établi son magasin de type «distribution au consommateur» de gadgets de toute sorte, surtout des produits composés de diodes luminescentes, des DEL, mais aussi des gadgets, des aimants et des jeux éducatifs.

L'employé Google

Aujourd'hui, ils sont cinq à travailler dans la boutique de NeoMagnetic, un espace qui sert aussi d'entrepôt. C'est là que sont engrangées 40% des ventes, les autres provenant de l'internet.

Malgré ce succès en boutique, Alexis Miville-Deschênes ne se fait pas d'illusions. Son succès, il le doit avant tout à sa vitrine web qui prend la forme des sites LEDMontreal.com et Neocube.ca. Des sites dont la visibilité coûte cher, et qui dépendent essentiellement d'un moteur de recherche appelé Google.

«Google, c'est l'employé le mieux payé de mon entreprise», lance-t-il pour faire image.

Pour que son site soit référencé en premier lorsqu'on utilise des mots clés comme «Montréal» et «LED», le fondateur de NeoMagnetic y a mis le paquet. «Ça nous coûte aussi cher de «Google AdWords» que de loyer, explique-t-il. Mais on n'a pas le choix, Google a créé un monstre: si on n'est pas là, c'est un concurrent qui va être là à notre place.»

Malgré le salaire commandé par cet employé virtuel, les affaires vont bien pour la petite entreprise d'importation. Suffisamment pour qu'elle envisage de faire grossir son équipe prochainement.

NeoMagnetic

LE DÉFI

Alexis Miville-Deschênes vendait sur le web des produits qu'il importait de Chine. Peu à peu, la demande locale s'est faite insistante: il lui fallait un point de vente physique.

LA SOLUTION

Le jeune entrepreneur a finalement ouvert une boutique spécialisée. Désormais, il y réalise 40% de ses ventes.

LE PORTRAIT

Entreprise: NeoMagnetic (LEDMontreal.com, Neocube.ca)

Année de fondation: 2010

Nombre d'employés: 5

Fondateur: Alexis Miville-Deschênes

Copropriétaires: Alexis Miville-Deschênes et Simon Charbonneau

Secteur: Vente au détail de produits d'éclairage à DEL, d'aimants et de gadgets




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer