• Accueil > 
  • Affaires > 
  • PME 
  • > Vertal: composteur sans odeur pour les institutions 

Vertal: composteur sans odeur pour les institutions

Claude Beaulé, directeur technologique, et Julie Deslauriers, présidente... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Claude Beaulé, directeur technologique, et Julie Deslauriers, présidente de Vertal, une entreprise qui conçoit et fabrique des composteurs commerciaux et institutionnels sans odeur.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

Si l'argent n'a pas d'odeur, la société Vertal entend, elle, faire beaucoup d'argent avec son composteur sans odeur Citypod. Ce produit transforme sur place en compost les déchets organiques de clients institutionnels situés en milieu urbain.

Pour ses actionnaires fondateurs, Julie Deslauriers et son mari Claude Beaulé, l'heure de vérité a sonné. Un premier Citypod a été vendu à une université canadienne. Vertal a répondu à un appel d'offres des services correctionnels de l'Ohio.

«On attend la manne», dit Mme Deslauriers, confiante. Elle prévoit vendre 20 composteurs au Canada et 20 autres aux États-Unis en 2014. Leur prix varie de 35 000 à 120 000$ l'unité, selon la longueur du composteur, qui peut aller jusqu'à 20 pi.

D'où vient cet optimisme? Le Québec, à l'instar d'autres provinces ou États, interdira à compter de 2020 l'enfouissement des matières organiques. En février dernier, le gouvernement provincial a d'ailleurs dévoilé un programme d'aide destiné aux petites municipalités, qui finance jusqu'à 80% de la valeur d'un composteur.

Outre les municipalités, Vertal cible les clients commerciaux et institutionnels qui génèrent une quantité considérable de déchets organiques sans nécessairement avoir besoin de se doter d'un centre de compostage, comme envisage de le faire la Ville de Montréal.

De distributeur à fabricant

Ingénieur de profession, M. Beaulé a découvert le composteur suédois Big Hanna en 2006 dans le cadre d'un projet minier isolé en Afrique. Il cherchait une solution pour traiter sur place des résidus alimentaires de la cafétéria, y compris les viandes et les produits laitiers.

«Comme il n'était pas distribué, j'ai suggéré à Julie de mettre sur pied une distribution nord-américaine du produit», explique M. Beaulé, 52 ans, ancien ingénieur de SNC-Lavalin.

Vertal a vu le jour en 2008.

Comme distributeur du Big Hanna, la jeune entreprise n'a pas eu le choix de prendre le bâton du pèlerin pour faire connaître une technologie inconnue en Amérique du Nord. Sans surprise, les résultats se sont fait attendre.

Vertal n'a vendu que dix appareils en cinq ans, essentiellement à des clients sensibles aux questions environnementales. Par exemple, un composteur a été vendu à l'Université McGill et un autre pour la cafétéria du centre de distribution de la Société des alcools à Québec.

«On s'est dit que, si on voulait vendre plus de dix machines en cinq ans, il fallait vraiment adapter l'appareil aux besoins du marché nord-américain qui sont différents de ceux de l'Europe», dit Julie Deslauriers, 51 ans, qui a travaillé en marketing dans le passé pour la pharmaceutique Wyeth.

Par exemple, le contrôle total des odeurs est essentiel en Amérique du Nord; en Europe, cela porte moins à conséquence, dit-elle.

Autre obstacle, le souci de la fabrication locale revenait souvent dans les discussions avec les clients institutionnels ciblés par Vertal. Mais les Suédois ne voulaient rien savoir de faire de la fabrication de ce côté-ci de l'Atlantique.

Contrôle complet des odeurs

Dans ce contexte, Vertal a pris la décision stratégique de passer du statut de distributeur à celui de fabricant. Un fabricant réseau, pourrait-on dire, puisque Vertal a recours à un réseau de sous-traitants au Canada et aux États-Unis pour la fabrication modulaire de son composteur. En agissant ainsi, l'entreprise n'a pas à soutenir d'inventaire. Sa masse salariale est aussi réduite au minimum. Seul l'assemblage final se fera aux installations de Vertal à Dorval.

Version améliorée

Son Citypod se veut une version améliorée du Big Hanna. «Avec le nombre d'innovations technologiques et les demandes de brevet en cours, c'est clair que c'est unique, ce qu'on a comme technologie à l'intérieur de l'appareil», soutient M. Beaulé.

Parmi les améliorations, il y a le contrôle complet des odeurs rendu possible grâce à Norasystem, une molécule qui cristallise le polluant olfactif en le transformant en un sel microscopique. Vertal a obtenu la distribution exclusive de ce produit conçu par la française Laboratoires Phodé. Le système d'alimentation du composteur a aussi été modifié, et des processus de contrôle de température et d'humidité ont été ajoutés.

Les dirigeants de Vertal finalisent actuellement un emprunt de 85 000$ auprès d'un partenaire privé et du CLD de l'Ouest-de-l'Île.

---------------

VERTAL EN UN COUP D'OEIL

Création: 2008

Emplacement: Dorval

Conception, fabrication et distribution de composteurs commerciaux et institutionnels sans odeur

Actionnaires majoritaires: Claude Beaulé et Julie Deslauriers

40

Objectif de ventes de composteurs en 2014




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer