• Accueil > 
  • Affaires > 
  • PME 
  • > Morgan Schaffer se branche sur le marché américain 

Morgan Schaffer se branche sur le marché américain

Richard Bérubé, président de Morgan Schaffer.... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Richard Bérubé, président de Morgan Schaffer.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une entreprise technologique de Montréal qui grandit vite dans le marché mondial de la surveillance des gros transformateurs électriques de haute tension aura bientôt sa première filiale au sud de la frontière.

Anodin à première vue, un tel projet constitue néanmoins pour Morgan Schaffer une étape marquante d'un plan d'affaires qui, depuis 4 ans, a doublé ses revenus au-delà des 30 millions de dollars. L'effectif a aussi doublé à plus de 100 employés, constitué surtout de postes à haute teneur technologique.

En fait, du point de vue de son président et actionnaire principal, Richard Bérubé, le plus tôt cette filiale américaine sera fonctionnelle, le mieux ce sera pour Morgan Schaffer afin de rendre plus flexible la gestion de ses ambitions de croissance.

Clientèle internationale

«Notre clientèle est très largement internationale, à plus de 90% en fait. Mais notre plus gros marché demeure celui des États-Unis, avec tous les investissements qui se font pour renforcer et agrandir des grands réseaux de distribution d'électricité», explique M. Bérubé lors d'un entretien au siège social de Morgan Schaffer, dans l'arrondissement de LaSalle à Montréal.

C'est à Philadelphie que l'entreprise a choisi d'installer sa prochaine filiale américaine. La raison principale? Une localisation favorable parmi ses principaux clients aux États-Unis, c'est-à-dire les grands exploitants de réseaux de distribution d'électricité.

En fait, il y a de nombreuses années que Morgan Schaffer dessert cette clientèle avec son savoir-faire technique en surveillance préventive des transformateurs de haute tension.

Ce fut d'abord avec des services d'analyse de l'huile isolante contenue dans ses gros transformateurs, afin d'y déceler des indices chimiques d'éventuelles défaillances de ces équipements cruciaux, qui valent des millions de dollars.

Cette expertise d'origine de Morgan Schaffer date en fait d'une quarantaine d'années. Elle découle des travaux de chercheurs-entrepreneurs de l'Université McGill, James Morgan et Robert Schaffer. Ils ont développé cette technique de surveillance des transformateurs en collaboration avec Hydro-Québec, à l'époque de ses premiers grands ouvrages.

Par la suite, durant les années 90, Morgan Schaffer a lancé ses premiers appareils de surveillance sur place et en continu de l'huile des transformateurs, ce qui l'a vite amené du marché nord-américain vers une nouvelle clientèle internationale.

C'est durant cette période aussi que la Caisse de dépôt et placement du Québec a fait son premier investissement au capital de Morgan Schaffer, dont le total a depuis dépassé les 5 millions de dollars.

Ce coup de pouce financier et organisationnel a porté ses fruits.

Aujourd'hui, la gamme d'appareils de télésurveillance de gros transformateurs compte pour 85% du chiffre d'affaires de Morgan Schaffer. Sa clientèle s'est étendue parmi quelque 350 exploitants de réseau électrique de haute tension localisés sur tous les continents.

Bon an, mal an, l'entreprise fabrique et installe près de 1500 de ces «moniteurs» de transformateurs, qui s'ajoutent aux 8000 déjà en usage, explique Richard Bérubé, un ingénieur de première profession.

Diversification

Pour la suite de son plan d'affaires, Morgan Schaffer mise sur l'ajout de technologies complémentaires à ses appareils actuels, afin d'augmenter la capacité de télésurveillance des gros transformateurs par les exploitants de réseaux électriques.

La première étape de cette diversification est en cours depuis deux ans. Elle implique le développement d'une division de logiciels pour l'analyse plus complète des données de surveillance des gros transformateurs.

Le but? Proposer à ses clients une solution plus complète pour la gestion des paramètres d'exploitation et d'entretien préventif de leurs transformateurs de haute puissance. Morgan Schaffer y voit aussi un moyen de rehausser encore sa compétitivité face à des concurrents relativement costauds, comme le géant industriel américain GE.

Après deux ans de développement, le déploiement commercial de ces logiciels vient de débuter. Le président de Morgan Schaffer les prévoit en expansion rapide de marché, jusqu'à 10% au moins du chiffre d'affaires.

Effet d'entraînement

Richard Bérubé anticipe aussi un effet d'entraînement sur les ventes d'équipements de surveillance sur les transformateurs, avec l'offre de «systèmes plus intégrés».

Si cette nouvelle étape du plan d'affaires fonctionne bien, le président de Morgan Schaffer envisage d'étoffer sa prochaine ambition: étendre encore l'offre de produits et services par l'acquisition d'entreprises et de technologies qui seraient les plus complémentaires.

Mais avant d'en arriver là, souligne Richard Bérubé, il n'est pas question de négliger ce qu'il considère être ses principaux défis permanents de gestion chez Morgan Schaffer.

«L'assurance qualité et l'amélioration continue. Et ce, dans toutes les fonctions principales de l'entreprise. C'est incontournable dans le type de marché où nous sommes et compte tenu des attentes très élevées de nos clients.»

-----------------

MORGAN SCHAFFER EN UN COUP D'OEIL

Activités: technologies de surveillance des transformateurs électriques de haute tension

Marché: plus de 90% à l'exportation, dont la majorité outre-mer

Siège social: Montréal (arrondissement de LaSalle)

Chiffre d'affaires: environ 30 millions

Employés: 105

Actionnariat: Richard Bérubé (président), Caisse de dépôt et placement du Québec




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer