Les titres de la semaine

L'action du voyagiste montréalais a bondi de 20... (PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

L'action du voyagiste montréalais a bondi de 20 % jeudi dernier après la publication d'une performance de fin d'exercice qui a largement surpassé les prévisions des analystes.

PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG

Richard Dufour

Chaque dimanche, nous braquons les projecteurs sur une poignée de titres qui ont retenu notre attention, pour le meilleur ou pour le pire.

TRANSAT

L'action du voyagiste montréalais a bondi de 20 % jeudi après la publication d'une performance de fin d'exercice qui a largement surpassé les prévisions des analystes. Les prévisions de la direction pour les mois à venir étaient positives et ont également contribué à la poussée boursière. «Transat vient de boucler la deuxième meilleure saison estivale de son histoire», souligne David Tyerman, chez Canaccord. Sa collègue Mona Nazir, de la Banque Laurentienne, dit de son côté que «malgré le bond de 20 %, le titre de Transat continue de se négocier à une valeur inférieure à son évaluation comptable qui est d'environ 9 $ par action».

DOLLARAMA

Les actionnaires du détaillant montréalais n'ont pas été habitués à ça : le titre a cédé près de 15 % en deux jours cette semaine après la publication de résultats trimestriels encore une fois éclatants. La performance financière a surpassé les attentes, mais les investisseurs ont semblé ne pas apprécier les (modestes) prévisions et perspectives offertes par la direction. «Les craintes par rapport à la croissance du nombre de magasins ont fait reculer le titre, mais ces inquiétudes ne sont pas justifiées», commente Irene Nattel, chez RBC, qui croit que le repli boursier crée une occasion d'achat attrayante.

LUMENPULSE

Le titre de l'entreprise montréalaise spécialisée dans l'éclairage de haute performance a avancé de 7 % jeudi en réaction au dévoilement d'une performance trimestrielle qui a surpassé les attentes des analystes. «Lumenpulse semble avoir atteint un point d'inflexion en termes de rentabilité, commente Ben Holton, chez RBC. Les forts résultats renforcent ma confiance envers les prévisions de la direction. L'évaluation du titre devrait augmenter avec la crédibilité des dirigeants.» L'action est maintenant de retour à son niveau initial d'introduction en Bourse de l'an passé qui avait été fixé à 16 $.

DAVID'S TEA

Le titre de la chaîne montréalaise de boutiques de thé s'est rapidement apprécié de 12 % vendredi matin en réaction à la publication la veille au soir de résultats financiers conformes aux attentes du marché. La direction a cependant relevé ses prévisions pour l'exercice, ce qui plaît toujours aux investisseurs. L'action reste toutefois encore loin de sa valeur d'introduction en Bourse de 19 $ qui avait été fixée au début du mois de juin. L'analyste Kelly Bania, de la BMO, maintient sa recommandation de conserver en soulignant que l'évaluation boursière actuelle ne lui permet pas de se montrer plus «constructive» envers le titre.

BRP

Le titre du fabricant québécois de motoneiges et de motomarines a explosé de 20 % dès l'ouverture des marchés vendredi matin dans la foulée de la divulgation de revenus et de profits au-delà des attentes pour le troisième trimestre de son exercice financier. De plus, l'entreprise a bonifié ses prévisions pour les mois à venir. «Cette performance trimestrielle devrait renverser la tendance négative que le titre avait suivie récemment en Bourse», commente Benoît Poirier, chez Desjardins. Après une bonne première moitié d'année en Bourse, le titre de BRP avait reculé de 33 % depuis le début du mois de juillet.

LULULEMON

Le titre du spécialiste des vêtements de yoga a cédé 13 % mercredi après avoir raté la cible des analystes en présentant ses résultats. Surtout, les investisseurs ont semblé réagir à la révision à la baisse des prévisions de la direction. «Je reconnais que 2015 s'est transformée en difficile année de transition, mais les choses s'améliorent, dit Sam Poser, chez Sterne Agee. Les inventaires restent élevés, mais pas hors de contrôle. Si Lululemon devait se montrer agressive en réduisant ses prix, elle pourrait endommager sa marque et risquer de devenir comme Reebok, une entreprise dont les consommateurs achètent généralement les produits seulement lorsqu'ils sont en solde.»




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer