Les Américains sont imaginatifs quand ils font l'amour, révèle une enquête nationale publiée lundi, qui dénombre un répertoire d'au moins 40 pratiques sexuelles différentes auxquelles ils se livrent régulièrement.

Publié le 4 oct. 2010
Jean-Louis Santini AGENCE FRANCE-PRESSE

L'étude montre «une énorme variété dans les répertoires sexuels des adultes aux États-Unis aujourd'hui», soulignent les auteurs du Centre de promotion de la santé sexuelle (CSHP) de l'Université d'Indiana (nord).

Les Américains, hommes et femmes, se livrent rarement à un seul acte sexuel quand ils font l'amour, précisent-ils.

Si la pénétration vaginale reste le rapport le plus fréquent, de nombreux rapports sexuels ne comprennent pas cet acte mais une masturbation entre les partenaires ou la fellation.

Cette pratique est très répandue, si l'on en croit l'enquête menée auprès de 5865 adolescents et adultes âgés de 14 à 94 ans.

Ainsi, 78% des hommes de 30 à 39 ans disent avoir bénéficié d'une fellation de la part de leur partenaire féminine. Côté femmes, 59% dans la même tranche d'âge avouent avoir reçu de telles caresses de leur partenaire homme.

Selon l'enquête, 85% des hommes affirment que leur partenaire a eu un orgasme lors de leur dernier rapport mais seules 64% des femmes disent dans le même temps en avoir effectivement eu un la dernière fois qu'elles ont fait l'amour.

Cette recherche montre que la plupart des hommes interrogés ont plus souvent un orgasme si les actes sexuels comprennent une pénétration vaginale. Quant aux femmes, elles ont souvent besoin d'une combinaison d'actes sexuels dont des caresses buccales et une pénétration pour atteindre l'extase.

L'étude indique que seulement 7% environ des répondants hommes et femmes se sont identifiés comme «autre qu'hétérosexuels». Mais une proportion nettement plus grande a reconnu avoir eu des relations sexuelles avec des personnes du même sexe.

À titre d'exemple, parmi les femmes dans la trentaine, 14% ont dit avoir fait des caresses sexuelles buccales à une autre femme à un moment de leur vie. Pour les hommes de plus de 40 ans, la proportion était de 13%.

Les résultats de l'enquête, la plus étendue sur la sexualité des Américains menée depuis 1992, sont publiés dans un numéro spécial de la revue médicale The Journal of Sexual Medicine daté du 1er octobre.

Les ados plus responsables que les adultes avec le préservatif

L'enquête révèle en outre que les adolescents américains recourent beaucoup plus souvent aux préservatifs dans leurs rapports sexuels que les plus de 40 ans ayant des relations occasionnelles.

Ainsi, la grande majorité des 14-17 ans sexuellement actifs disent utiliser des préservatifs, (80% des garçons et 69% des filles).

En comparaison, moins de 50% des plus de 40 ans ayant des relations occasionnelles se servent d'un préservatif.

Au total, un acte hétérosexuel sur quatre comportant une pénétration vaginale est protégé par un préservatif aux États-Unis (un sur trois parmi les célibataires).

Les résultats de l'étude indiquent enfin que la masturbation solitaire est également très fréquente, même chez les plus de 70 ans: 45% des hommes et 33% des femmes disent se livrer à cette pratique dans cette tranche d'âge.

«Cette enquête est l'une des plus étendues jamais effectuée au niveau national sur les comportements sexuels et l'usage des préservatifs avec un éventail d'âges s'étendant sur 80 ans au total», souligne Michael Reece, directeur du Centre de promotion de la santé sexuelle, un des principaux auteurs de ces travaux.

«Les résultats et données produits par cette étude manquaient cruellement aux médecins et responsables de politiques de santé publique en première ligne pour combattre le sida et autres infections sexuellement transmissibles», ajoute-t-il.

L'enquête a été financée par la firme Church & Dwight Co, fabricant des préservatifs Trojan.