La super-mi-moyenne Marie-Ève Dicaire aura l’occasion de gagner une nouvelle ceinture de championne du monde dès son prochain combat.

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

L’ex-championne de l’International Boxing Federation (IBF) des 154 lb pourrait mettre la main sur le titre du World Boxing Council (WBC), le 18 juin prochain, contre la Suédoise Patricia Berghult (14-0, 3 K. -O.).

Le combat sera présenté en demi-finale du premier combat de championnat du monde des super-lourds-légers du WBC opposant le Colombien Óscar Rivas (27-1, 19 K. -O.) à l’Américain Bryant Jennings (24-4, 14 K. -O.).

Groupe Yvon Michel compte présenter ce gala à Montréal, a confirmé son président, Yvon Michel, dans un échange de messages textes avec La Presse Canadienne.

Malgré la troisième vague de COVID-19 qui frappe actuellement le Québec, Michel a bon espoir d’être en mesure de présenter ce gala sur le sol québécois. La soirée serait offerte à la télé à la carte au Canada et sur les ondes d’ESPN aux États-Unis.

PHOTO TIRÉE DU COMPTE TWITTER @NFNBOXING

Patricia Berghult

Il assure que Top Rank, coorganisateur de l’évènement, ne met pas de pression pour déménager le gala au sud de la frontière, où plusieurs États autorisent la présence de spectateurs pour les évènements sportifs intérieurs. Michel préférerait retarder le combat afin de respecter les mesures sanitaires en place s’il est impossible de le faire en juin au Québec.

Dicaire (17-1) a perdu sa ceinture par décision unanime dans un combat d’unification contre la championne du WBC et de la World Boxing Organization (WBO), l’Américaine Claressa Shields, le mois dernier. La World Boxing Association (WBA) avait également mis à l’enjeu son titre vacant de super championne pour ne pas demeurer en reste.

Afin de pouvoir se battre pour le titre du WBC, Dicaire et Berghult devront toutefois attendre que Shields abandonne cette ceinture, ce qui serait fait « très bientôt », selon ce qu’a affirmé le gérant de la championne, Mark Taffet, à Yvon Michel.