(Montréal) Il y a d’abord eu le cas positif de COVID-19 de Laïla Beaudoin, puis la défaite par K.-O. de Steven Butler. Non, le dernier week-end mexicain d’Eye of the Tiger Management n’a pas été facile.

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

« Disons que ça ne s’est pas déroulé comme nous l’espérions », a admis le président d’EOTTM, Camille Estephan lundi.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Camille Estephan

Dans le cadre d’une pandémie mondiale le résultat positif de Beaudoin n’est pas surprenant. La contre-performance de Butler, par contre, l’est.

Le boxeur de 25 ans en était à un premier combat en 13 mois. Sa dernière sortie, en combat de championnat du monde des moyens de la World Boxing Association face au Japonais Ryota Murota, s’était terminée par un K.-O. au cinquième round.

Samedi, face à Jose de Jesus Macias, un adversaire que le clan Butler avait choisi pour le replacer dans les classements mondiaux grâce aux trois ceintures mineures qu’Estephan avait pu faire sanctionner pour ce duel, Butler s’est aussi fait passer le K.-O. au cinquième assaut.

« Tout allait bien jusqu’à ce qu’il ne se blesse à la main droite (au troisième round), a argué Estephan. Sa main est complètement bleue, elle n’est pas belle à voir. Après, c’est comme si un château de cartes s’était effondré. »

Estephan ne cherche pas à défendre outre-mesure son boxeur, mais il veut avoir une sérieuse discussion avec lui. D’abord, il veut s’assurer que Butler est physiquement apte à remonter dans le ring.

« La première chose, ce sera de faire voir sa main. Il se pourrait bien que ce soit fracturé, a laissé tomber Estephan. Mais ensuite, je veux qu’il voit un spécialiste pour son œil gauche. »

Son œil gauche l’ennuyait depuis 2019 et face à Murata, il avait du mal à voir venir les droites du champion japonais. C’est d’ailleurs un puissant crochet de droite qui avait signalé le début de la fin pour Butler face à Murata.

Samedi, c’est aussi une droite de Jesus Macias qui a ébranlé le Montréalais.

Butler a été opéré en juin dernier pour corriger le tir. Estephan veut s’assurer que sa vision est parfaite.

« Je veux savoir si son champ de vision de l’œil gauche est correct, je veux qu’il soit assez bon pour lui permettre de faire de la boxe professionnelle. »

Si la réponse est positive, Estephan s’assoira avec Butler et son entourage. Le pugiliste risque de ne pas aimer la teneur de cette discussion, même s’il en connaît de grands pans déjà.

« J’ai commencé à jaser avec lui déjà : il sait que s’il veut continuer, il y aura des sacrifices à faire des deux côtés. On ne le fera pas boxer en finale ou en demi-finale de gala, les bourses ne seront pas les mêmes. On va lui faire faire des huit rounds. On va le remonter tranquillement. Ce sera long. Il faudra qu’il soit prêt pour ça. »

Beaudoin toujours au Mexique

PHOTO VINCENT ETHIER PHOTOGRAPHIE

La boxeuse Leïla Beaudoin

Quant à Leïla Beaudoin, son combat a été annulé en début de soirée samedi après qu’elle eut reçu un test de détection de la COVID-19 positif, bien que la jeune boxeuse de 24 ans ne présentait aucun symptôme.

« C’est la preuve que les protocoles et les bulles que l’on a mis en place fonctionnent, a noté Estephan. Maintenant, Leïla doit effectuer une quarantaine de 14 jours au Mexique avant de revenir. »

Estephan voulait prendre connaissance des nouvelles règles canadiennes avant de se prononcer sur une quarantaine en hôtel pour Beaudoin à son retour.

Une chose est certaine : l’arrêt des vols vers les destinations soleil en provenance du Québec pour les prochains mois a forcé le promoteur à annuler ses deux prochains galas prévus à Cuernavaca, soit le 20 février et à la fin de mars.