(Miami) L’UFC, plus importante ligue professionnelle d’arts martiaux mixtes (MMA), a repris à huis clos samedi soir à Jacksonville, en Floride, malgré le test positif au coronavirus d’un des combattants au programme et alors que tous les autres sports sont à l’arrêt dans le pays.  

Agence France-Presse

Le cas d’infection à la COVID-19 du Brésilien Ronaldo Jacare Souza, annoncé vendredi soir par le diffuseur ESPN, et l’annulation de son combat, n’ont pas empêché l’Ultimate Fighting Championship de reprendre ses droits, à la grande satisfaction de son patron Dana White.  

« Ça a bien marché », s’est félicité le président de l’UFC, qui avait obtenu le feu vert des médecins de boxe et de MMA pour reprendre, à condition de respecter des précautions face au coronavirus.

La soirée a été marquée par le triomphe de l’Américain Justin Gaethje, qui s’est adjugé le titre intérimaire des poids légers aux dépens de son compatriote Tony Ferguson. « The Highlight » s’est imposé par K.O. technique lors du cinquième round.

L’ambitieux Gaethje, 31 ans, peut maintenant revendiquer un combat face au roi de la catégorie, le Russe invaincu Khabib Nurmagomedov, pour tenter de s’emparer du titre régulier des légers. La star russe de MMA avait renoncé début avril à affronter Ferguson lors de l’UFC 249 en raison de la pandémie de coronavirus.

Dans la catégorie des poids lourds, le Franco-Camerounais Francis Ngannou n’a lui eu besoin que de 20 secondes pour terrasser le Surinamien Jairzinho Rozenstruick.  

Onze combats étaient au programme de l’UFC 249, organisé au Veterans Memorial Stadium (15 000 places) qui sonnait creux en l’absence de spectateurs.

PHOTO JOHN RAOUX, ASSOCIATED PRESS

Alors que le sport est quasi paralysé dans le monde, que la NBA et la NHL, entre autres, sont suspendues en raison de la pandémie, l’UFC est la première grande instance sportive américaine à renouer avec ses compétitions, après avoir été critiquée pour avoir tenté de le faire, en vain, il y a trois semaines en Californie.

Un pas vers la normalité

Dans un message enregistré et diffusé durant la soirée, le président des États-Unis Donald Trump a félicité Dana White pour le retour de l’UFC.  

« Remettez les ligues sportives en marche. Jouons », a dit le président américain. « Vous faites la distanciation sociale et tout ce que vous avez d’autre à faire, mais nous avons besoin de sports. Nous voulons le retour de nos sports », a ajouté Donald Trump.  

White a minimisé l’impact négatif du test positif de Souza et a insisté pour montrer que la situation était sous contrôle.

« De toute évidence, le système que nous avons mis en place fonctionne. Nous avons découvert qu’il était positif et tous les autres tests étaient négatifs », a déclaré le patron de l’UFC.  

PHOTO JOHN RAOUX, ASSOCIATED PRESS

Il a annoncé la tenue, la semaine prochaine, de « deux combats », toujours à Jacksonville, même s’il s’attend à d’autres tests positifs à la COVID-19. « Nous ferons plus de 1100 tests », a-t-il indiqué.

White a jugé le retour de l’UFC comme un pas vers le retour à la normale et une aubaine pour les fans de son sport.

Les entrevues d’après-combat ont été menées à l’intérieur du ring sans masque. En dehors de l’Octogone, de nombreux membres du personnel — mais pas tous — portaient un équipement de protection.