(Montréal) Décidément, le passage de David Lemieux chez les 168 livres ne se fait pas sans heurt. Cette fois-ci, il n’est toutefois pas à blâmer pour l’annulation de son combat du 21 février prochain, contre le Polonais Robert Talarek.

Frédéric Daigle
La Presse canadienne

Lemieux (41-4, 34 K. -O.) a chuté sur une plaque de glace lors d’une séance de jogging il y a quelques semaines. Son entraîneur, Marc Ramsay, a donc décidé de mettre la pédale douce à l’entraînement afin de lui permettre de récupérer, mais à moins de trois semaines du duel, Ramsay a été contraint de retirer son boxeur de ce combat.

« On voulait être patient avec David, mais on n’est pas capable de s’entraîner adéquatement présentement, a expliqué Ramsay. On est au point du camp où il faudrait être à 100 % dans tout ce qu’on fait, mais David n’est pas capable d’ouvrir la machine.

« Ce n’est pas majeur, mais je ne le ferai pas monter dans un ring s’il n’est pas à 100 %. On ne peut tout simplement pas faire cela à ce stade-ci de sa carrière », a-t-il ajouté.

Lemieux sera d’ailleurs au repos forcé pour deux à trois semaines, le temps que les spasmes au dos s’estompent. S’il peut reprendre l’entraînement à la fin février, Ramsay souhaiterait le voir dans le ring à la fin de mars ou au début d’avril.

Le gala prévu à Rimouski aura tout de même lieu, comme prévu. En l’absence de Lemieux en finale, c’est le Trifluvien Simon Kean (18-1, 17 K. -O.) qui viendra en relève. Le poids lourd fera face à l’Américain Daniel Martz (19-8-1, 16 K. -O.). En demi-finale de l’événement, Erik Bazinyan (24-0, 18 K. -O.) aura rendez-vous avec le Finlandais Timo Laine (27-12, 11 K. -O.).

À son premier combat chez les super-moyens, Lemieux avait offert une prestation difficile, visitant notamment deux fois le canevas, face à l’Ukrainien Maksym Bursak, qu’il a finalement battu par décision partagée, le 7 décembre dernier.

Feu vert pour Beterbiev

PHOTO IVANOH DERMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Artur Beterbiev

Par ailleurs, Ramsay a confirmé que la date du 28 mars est toujours encerclée sur son calendrier pour le prochain combat de son champion des mi-lourds Artur Beterbiev.

Beterbiev (15-0, 15 K. -O.) doit défendre ses titres du World Boxing Council (WBC) et de l’International Boxing Federation (IBF) face au Chinois Fanlong Meng (16-0, 10 K. -O.), son aspirant obligatoire à l’IBF.

Le combat, qui doit avoir lieu au Centre Vidéotron, n’a toujours pas été officiellement ajouté à la liste d’événements du promoteur de Beterbiev, Top Rank. Groupe Yvon Michel a toutefois réservé cette date et du côté de la Régie des alcools, des courses et des jeux, on se prépare en ce sens.

« Tout roule pour le 28 mars, a assuré Ramsay. On nous a dit qu’on se battait ce soir-là, et notre camp est planifié en conséquence. »