On l’a vu le 7 décembre dernier : David Lemieux a drôlement besoin de se faire la main chez les 168 livres. Eye of the Tiger Management n’a donc pas voulu prendre de risque en lui opposant un boxeur polonais qui n’a pas livré de combat prévu pour plus de huit rounds en plus de deux ans.

Frédéric Daigle
La Presse canadienne

Pour cette sortie du 21 février à Rimouski, Lemieux (41-4, 34 K.-O.) affrontera le vétéran Robert Talarek (24-13-3, 16 K.-O.). À ses six dernières confrontations, Talarek a une fiche de 4-1-1 avec 3 K.-O. Tous ces combats ont eu lieu à des limites négociées (« catch weight »), tous pour huit rounds, sauf un, pour quatre seulement. L’affrontement contre Lemieux aura lieu à 168 livres.

Il faut dire que Lemieux a en quelque sorte raté son entrée en matière, face à Maksym Bursak, le 7 décembre, une victoire remportée par décision partagée même s’il a visité le tapis deux fois, contre une seule pour Bursak (35-6-2, 16 K.-O.).

L’Ukrainien avait surpris Lemieux dès le premier round, l’envoyant au tapis une fois en plus de voir le Québécois être sauvé par les câbles en une autre occasion. Lemieux a de nouveau été envoyé au canevas au cinquième.

On peut comprendre le promoteur de vouloir y aller progressivement chez les super-mi-moyens avec ce qui a longtemps été son joyau, mais il est difficile de comprendre ce qu’un boxeur de la trempe de Talarek va apporter à Lemieux, qui souhaite poursuivre sa carrière dans cette division.

« Même si les amateurs de boxe ont bien aimé son dernier combat, d’un point de vue technique, c’était loin d’être satisfaisant, a expliqué son entraîneur, Marc Ramsay. David doit stabiliser ses performances à 168 livres avant de pouvoir passer à autre chose. On a choisi Talarek parce qu’il est endurant et nous donnera des rounds. »

En demi-finale du gala de Rimouski, le poids lourd Simon Kean (18-1, 17 K.-O.) affrontera l’Américain Daniel Martz (19-8-1, 16 K.-O.). Le colosse de six pieds sept pouces connaît toutefois des ennuis depuis un certain temps : à ses huit derniers combats, il a perdu quatre fois K.-O., dont trois fois au premier ou deuxième round.

Erik Bazinyan (24-0, 18 K.-O.) fera quant à lui face au Finlandais Timo Laine (27-12, 11 K.-O.). Artem Oganesyan (11-0, 9 K.-O.) fera face au Français Fouad El Massoudi (17-12, 2 K.-O.) dans un duel prévu pour 10 rounds chez les super-mi-moyens. El Massoudi s’est battu une fois au Québec, une défaite par décision majoritaire face à Kevin Bizier, en 2015.

Nurzat Sabirov (10-0, 9 K.-O.), Avery Martin-Duval (4-0, 3 K. -O.), Leila Beaudoin (4-1, 2 K.-O.), Sébastien Roy (8-0, 1 K.-O.), Hubert Poulin (1-0) et Mathieu Duguay, qui effectuera ses débuts professionnels, seront également en action face à des adversaires qui seront dévoilés prochainement.