(Montréal) Eye of the Tiger Management espère convaincre le World Boxing Council (WBC) d’opposer David Lemieux au Turc Avni Yildirim pour le titre vacant des super-moyens, une ceinture qui ne semble pas vouloir rester autour de la même taille bien longtemps depuis quelques années.

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

C’est ce qu’a confirmé vendredi à La Presse Canadienne Camille Estephan, président d’EOTTM.

La ceinture est vacante depuis que son ex-détenteur, David Benavidez, n’a pas fait le poids pour sa défense de titre contre Roamer Alexis Angulo en août dernier.

Avec une ardoise vierge, le WBC a souhaité attiré Saul « Canelo » Alvarez dans son giron en organisant un appel d’offres pour opposer la méga star mexicaine à Yildirim (21-2, 12 K. -O.), aspirant no 2 de l’organisme. Alvarez, super champion de la World Boxing Association, a plutôt opté pour affronter Callum Smith pour le titre de la WBA le 19 décembre prochain.

Entrent en scène EOTTM et Lemieux.

« David est classé troisième aspirant au WBC, a expliqué Estephan. C’est pourquoi nous demandons à son président, Mauricio Suleiman, d’entériner un combat de championnat du monde entre Yildirim et David. »

La proposition sera présentée au conseil d’administration du WBC et une décision sera prise sous peu.

Lemieux (42-4, 35 K. -O.), aussi classé troisième à la WBA et cinquième à la World Boxing Organization (WBO), en serait à son troisième combat chez les 168 livres, après des victoires par décision partagée contre Maksym Bursak et par K. -O. contre Francy Ntetu, le 10 octobre dernier.

Estephan sera appuyé par Golden Boy Promotion dans sa démarche auprès du WBC. Il ne pouvait pas dire pour l’instant quel endroit serait privilégié pour la tenue du duel, qui devrait être présenté à huis clos. Golden Boy a présenté quelques évènements en Californie depuis le début de la pandémie, tandis qu’EOTTM a jusqu’ici présenté deux galas, à Shawinigan et Rimouski, les deux fois à huis clos.

Yildirim est originaire de Turquie, mais est maintenant basé en Allemagne. Un combat en Europe n’est pas exclu.

Une ceinture qui voyage

Le titre a plusieurs fois changé de mains au cours des dernières années, un peu par la faute de Benavidez.

L’Américain est devenu champion en septembre 2017 en battant Ronald Gavril par décision partagée. Il a confirmé cette victoire cinq mois plus tard, battant cette fois-ci Gavril par décision unanime.

Benavidez devait livrer une défense obligatoire face à l’ex-champion de l’organisme Anthony Dirrell à l’automne 2018, mais il a subi un test antidopage positif en septembre à la benzoylecgonine, principal métabolite de la cocaïne. Le WBC lui a alors retiré son titre.

Dirrell, champion d’août 2014 à avril 2015, a alors repris la ceinture vacante face à Yildirim, en février 2019, avant de le perdre de nouveau aux mains de Benavidez, quand le WBC lui a offert une nouvelle occasion de redevenir champion, en septembre 2019.

Malgré tous les ennuis qu’ont pu causer les frasques de Benavidez, sa fiche de 23-0 et ses 20 K. -O. lui permettent toujours d’occuper la position d’aspirant no 1 du WBC et devrait sûrement obtenir une nouvelle chance d’affronter le champion dans les prochains mois.