(Montréal) Un « manque de respect », de la bisbille dans un coin : les hostilités sont bel et bien lancées en vue du gala d’Eye of the Tiger Management de samedi, à l’Hôtel Rimouski.

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

Lors de la conférence de presse lançant les activités de la semaine, lundi, Yves Ulysse fils, qui doit affronter Mathieu Germain en finale dans ce premier volet du tournoi à la ronde du Carré d’As, a décidé de ne pas y participer, prétextant une rencontre avec son psychologue sportif.

Germain n’a pas manqué de remettre en doute la force mentale de son adversaire.

« Je sais qu’il n’est pas fort mentalement et pour lui, c’est une façon d’échapper à ce genre de conférence de presse. Comme ça, il n’a pas à me parler, à me voir, à se mettre de la pression et savoir commet la gérer, a-t-il dit au cours d’une visioconférence. Ce n’est pas vrai qu’il avait une réunion : c’est une échappatoire, ça ne lui tentait pas d’être là.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Mathieu Germain

« C’est une manque de respect envers moi, les fans, et Eye of the Tiger, son promoteur, de ne pas être présent (lundi) et de ne pas vendre le combat. On est en pleine pandémie, vous organisez des combats, des shows et lui ne se force même pas pour être présent.

« Le mental, mon cœur feront une différence. Je vais être là pour gagner et à ce niveau, il est plus faible que moi. »

« Il était pourtant bien au courant, a admis le directeur exécutif d’EOTTM, Antonin Décarie. Je ne sais pas s’il ne pouvait pas ou ne voulait pas repousser cette rencontre, je ne vais pas m’avancer là-dessus. »

Et ça s’est poursuivi. Par moment ça avait l’air d’un procès sur la place publique.

« Je ne parlerai pas pour lui, mais je trouve ça plate », a ajouté son entraîneur, Rénald Boisvert. J’aurais aimé que Junior ait une autre attitude par rapport aux médias, mais depuis quelques années, il est comme ça tout le temps. Il ne va plus dans les bars, il ne sort pas beaucoup, il est plus casanier. Mais il ne faut pas trop tirer de conclusion par rapport à cela. »

Bisbille au sein de l’équipe

Le temps n’est par ailleurs pas au beau fixe dans le clan d’Ulysse. À la suite de sa contre-performance de mai dernier face à Ismael Barroso (une défaite par décision unanime), ça a brassé entre Boisvert et lui.

« On a eu beaucoup de discussions Junior et moi et je lui ai moi-même conseillé d’aller voir ailleurs. J’ai eu des mots très durs à son égard. Lui a été dur avec moi et moi j’ai été dur avec lui. Ça n’augurait pas pour qu’on revienne ensemble, a raconté Boisvert.

« Junior est quelqu’un qui est très difficile à’coacher ». Il veut que l’entraîneur suive ses directives, mais ça ne marche pas comme ça. C’est normal qu’un boxeur d’expérience émette ses opinions ; on n’est plus à l’époque où les entraîneurs dirigeaient de façon totalitaire les boxeurs. Par contre, je ne suis pas un bouffon. Faut que l’entraîneur soit capable de diriger certaines parties de l’entraînement. »

Ulysse a pourtant tenté de trouver mieux ailleurs : il s’est rendu au gymnase de Mike Moffa, mais ça n’a pas cliqué entre l’entraîneur montréalais et lui.

« C’est un athlète doué et talentueux, on ne peut pas lui enlever, mais il a un caractère de cul ! », a dit sans ambages le vétéran entraîneur.

Ulysse s’est ensuite rendu aux États-Unis, où il a travaillé avec John Scully. Or, voilà que ça n’a pas fonctionné avec ce dernier non plus et qu’Ulysse a demandé à Boisvert de reprendre le travail avec lui, ce qu’il a accepté. Sa présence dans son coin, samedi, pourrait toutefois être la dernière.

« Le problème est qu’il n’écoute pas toujours dans les combats. Le prochain combat dictera si je serai avec lui ou non par la suite, a renchéri Boisvert. J’ose espérer que oui. »

La Presse Canadienne a offert à Ulysse de livrer sa version des faits, mais le porte-parole d’EOTTM a simplement indiqué qu’il ne serait pas disponible avant le combat.

Théroux en ajoute

Il ne faut pas penser que le reste de la carte sera morne pour autant : David Théroux, qui doit affronter Steve Claggett en demi-finale, estime quant à lui que toute la promotion du tournoi d’EOTTM s’effectue autour du choc Ulysse-Germain et il n’a pas manqué de le faire savoir à Camille Estephan, président d’EOTTM, et Décarie.

« Je vais m’arranger pour qu’on parle de mes combats dorénavant », a indiqué Théroux, avant d’admettre qu’il n’a pas toujours affiché le sérieux nécessaire à l’entraînement.

Si les boxeurs mettent autant d’énergie sur le ring qu’ils ont du ressentiment à quelques jours de ce gala, la soirée promet.

Ulysse (18-2, 9 K.-O.) et Germain (18-1-1, 8 K.-O.) tenteront de mettre la main sur les titres vacants de la NABF et WBC francophone des super-légers. Claggett (28-6-2, 18 K.-O.) et Théroux (16-3, 11 K.-O.) voudront quant à eux remporter la ceinture NABA des super-légers, également vacante.

Les autres combats de la soirée opposeront les super-mi-moyens Raphael Courchesne (8-0, 3 K.-O.) et Josh Wagner (6-0, 5 K.-O.), ainsi que les lourds Adam Dyczka (2-0, 1 K.-O.) et Jaye Byard (0-1).