Georges St-Pierre laisse planer le mystère sur ses plans de retraite, mais il dit comprendre ceux qui, comme son mentor, souhaitent qu'il se retire.

Mis à jour le 14 nov. 2013
Gabriel Béland LA PRESSE

«Les gens qui m'aiment n'apprécient pas trop que je monte dans l'octogone. Ma mère, par exemple! Ils veulent que je me retire. Mais celui qui va décider, c'est moi», a dit St-Pierre, 32 ans.

St-Pierre réagissait aux propos de son mentor publiés dans La Presse+ dimanche. Kristof Midoux disait espérer que son protégé annonce sa retraite, samedi, à l'issue du combat contre Johny Hendricks.

«Kristof, c'est mon mentor. C'est celui qui a la plus grosse influence sur moi, a précisé St-Pierre. Reste qu'on va voir après le combat. J'adore ce que je fais. On ne vit qu'une seule fois, alors je veux aller au bout de ce que je fais.»

«Je prends un combat à la fois. Ça fait trois combats que les gens disent que je vais me retirer, poursuit-il. Pour l'instant, je n'ai pas perdu l'amour de mon métier.»

Et serait-il du genre à annoncer son départ à chaud dans l'octogone, ou plutôt à mûrir sa décision? «Je prendrais mon temps, je pense», a-t-il déclaré, avant d'inviter les journalistes à changer de sujet. «Mais je me prépare pour mon prochain combat, pas pour ma retraite.»