Les Flyers de Philadelphie sont désormais exclus mathématiquement des séries éliminatoires.

Publié le 30 mars
Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

Pour la première fois depuis 1994, ils rateront le détail pour une deuxième saison consécutive.

Ça n’était évidemment pas le plan lorsque Chuck Fletcher a remplacé Ron Hextall à titre de directeur général des Flyers, en décembre 2018. Fletcher devait plutôt permettre à ce club bourré de jeunes de talent de passer à un autre niveau.

Mais les Flyers ont raté les séries trois fois lors des quatre dernières années, tout en sacrifiant leur choix de première ronde, 13e au total, en 2021, de deuxième ronde en 2019 et 2022, de troisième ronde en 2020, en alourdissant sa masse salariale avec Kevin Hayes et Ryan Ellis, 31 ans, encore une fois blessé et sous contrat jusqu’en 2027 à 6 millions par année.

Fletcher a aussi échangé Ryan Hartman aux Stars de Dallas en 2019 pour obtenir Tyler Pitlick. Celui-ci n’a fait que passer à Philadelphie. Vous l’avez vu brièvement avec le Canadien la semaine dernière, avant qu’il ne se blesse. Le cousin de Rem Pitlick avait été envoyé à Montréal par les Flames pour équilibrer les salaires dans la transaction de Tyler Toffoli.

Les Stars de Dallas n’ont pas cru en Hartman eux non plus. Il s’est retrouvé au Minnesota où il occupe désormais le poste de premier centre, à 27 ans. Hartman a 50 points, dont 27 buts, en 65 matchs, en route vers une année de 34 buts.

Mais cessons de ressasser le passé. Que feront Fletcher et les Flyers à compter de maintenant ? Fletcher gagne du temps, et sauve probablement temporairement son emploi, en annonçant une réinitialisation.

Le capitaine Claude Giroux vient d’être échangé aux Panthers pour un choix de (fin) première ronde en 2024, le jeune ailier Owen Tippett et un choix de troisième ronde en 2023.

Tippett, 23 ans, repêché dixième au total en 2017, l’année de Nick Suzuki et Ryan Poehling, avait amassé 14 points en 42 matchs avec les Panthers. Il a une aide en six rencontres depuis son arrivée à Philadelphie. Il sera probablement à la croisée des chemins l’an prochain. Fletcher a aussi récupéré des choix de troisième et quatrième ronde pour Justin Braun et Derick Brassard.

La fin de saison des Flyers servira à construire l’avenir de l’équipe, a déclaré Fletcher aux journalistes récemment. On verra comment Fletcher s’ajustera dans son nouveau rôle et s’il sera plus patient que lors de son règne au Minnesota et de celui-ci.

Voilà sans doute pourquoi on a décidé de muter le jeune attaquant Joel Farabee, un choix de première ronde en 2018, de l’aile au centre et augmenté le temps d’utilisation d’un autre choix de première ronde, cette fois en 2017, Morgan Frost. Avec le retour au jeu de Sean Couturier l’an prochain, et la présence de Kevin Hayes, les Flyers auront des options à cette position.

Le choix de première ronde en 2019, 14e au total (un rang devant Cole Caufield), Cam York, a aussi été rappelé de la Ligue américaine récemment et l’entraîneur Mike Yeo l’utilise au sein de la première paire avec Ivan Provorov et de la première vague en supériorité numérique.

D’autres bons jeunes attendent en coulisses. Le choix de première ronde en 2020, Tyson Foerster, a impressionné dans la Ligue américaine l’an dernier avec 17 points en 24 matchs à seulement 19 ans, mais il a subi une grave blessure à l’épaule en début de saison. Il vient de revenir au jeu et on l’a prêté à son club junior pour retrouver la forme.

Bobby Brink, un ailier dans le moule de Cole Caufield, devrait rejoindre les Flyers après sa saison collégiale. Ce choix de deuxième ronde en 2019 domine la NCAA avec 56 points en 39 matchs.

Devant le filet, Carter Hart, 23 ans, ne connait pas une si vilaine saison. Il donne plus de trois buts par match, mais son taux d’efficacité de .909 indique un certain aplomb dans les circonstances.

Les Flyers auront aussi l’occasion de repêcher tôt cet été. Si la séance avait lieu aujourd’hui, et sans loterie, ils détiendraient le cinquième choix au total.

Voyons si Fletcher, mais aussi les propriétaires des Flyers, se montreront patients afin de bâtir un club solide à long terme. Les raccourcis n’ont pas fonctionné, c’est l’évidence.

Un contrat bien mérité pour Joshua Roy !

Parmi les 19 Québécois francophones repêchés depuis 2003 par le Canadien, seulement deux, Guillaume Latendresse et Maxim Lapierre, ont connu une carrière durable dans la LNH. Mais les deux ont été échangés par l’organisation à 25 ans ou moins. Trevor Timmins aura peut-être finalement réussi à dénicher son meilleur lors de son dernier repêchage avec le Canadien. Joshua Roy, choisi en cinquième ronde, 150e au total, vient de signer son premier contrat professionnel avec l’organisation. À 18 ans seulement, il totalise désormais 92 points en seulement 50 matchs à Sherbrooke dans la LHJMQ. Il en avait amassé 35 en autant de rencontres l’an dernier. Une telle production ne garantit pas une carrière grandiose dans la LNH, mais constitue néanmoins un signe très encourageant pour la suite des choses, surtout que le jeune homme domine ainsi à 18 ans et non à 20.

À ne pas manquer

  1. Grosse primeur de Denis Lessard, les Sénateurs d’Ottawa pourraient disputer des matchs au Centre Vidéotron de Québec la saison prochaine !
  2. Après Jordan Harris, son coéquipier en défense à Northeastern, Jayden Struble, sera-t-il le prochain à s’entendre avec le Canadien ?
  3. Dure soirée pour le Canadien et sa défense, mardi soir à Sunrise.