C’est finalement Kent Hughes qui sera le nouveau directeur général du Canadien de Montréal. L’équipe en a fait l’annonce mardi matin. Il s’agit d’un contrat de cinq ans.

Mis à jour le 18 janvier
Guillaume Lefrançois
Guillaume Lefrançois La Presse

Hughes, 51 ans, était connu comme agent de joueurs depuis des années, au sein de la firme montréalaise Quartexx Management. Natif de Montréal, il habite à Boston depuis plusieurs années, mais il a conservé une bonne maîtrise de la langue française.

Mathias Brunet : Le Canadien a fait un brillant choix
Patrick Roy flatté d’avoir été considéré pour le poste
Alexandre Pratt : L’avantage d’embaucher un agent comme DG

« Nous sommes très enthousiastes à l’idée que se joigne à notre organisation un homme de hockey aussi respecté que Kent Hughes, qui s’est forgé une excellente réputation à titre d’agent de joueurs dans la LNH depuis maintenant plus de 25 ans », a déclaré Geoff Molson par communiqué. Molson, Hughes et Jeff Gorton, vice-président exécutif des opérations hockey, rencontreront les médias mercredi à Montréal.

« Le processus d’embauche de notre nouveau directeur général nous a permis de rencontrer plusieurs candidats hautement qualifiés. Kent est […] la personne toute désignée pour occuper le poste de directeur général du Canadien. Sa grande expérience acquise à titre d’agent constituera un atout important pour notre organisation », a pour sa part déclaré Gorton.

Molson a rencontré Hughes samedi, dans la région de Boston, pour la deuxième entrevue, et il semble que Hughes ait pris sa décision lundi en soirée.

Hughes a signé une entente de cinq ans, soit la même durée que le contrat de Gorton. La durée de l’engagement était forcément un enjeu, car en acceptant le poste, Hughes renonce à une sécurité d’emploi à vie. De plus, les circonstances particulières de son changement de carrière font en sorte qu’il ne pourra évidemment pas redevenir agent de joueurs si son séjour à Montréal n’est pas un succès.

Longue relation

Hughes et Gorton entretiennent des liens étroits depuis des années. Selon nos informations, Gorton avait tenté, en vain, d’attirer Hughes chez les Rangers, à l’époque où Gorton travaillait comme DG à New York. Toujours selon nos informations, Gorton le tenait en haute estime. D’ailleurs, à son premier point de presse, après sa nomination, le vice-président des opérations hockey du Tricolore avait évoqué la possibilité, sans que ce soit évoqué dans une question, d’embaucher « un agent ».

« On veut vraiment trouver quelqu’un qui a un regard différent, avait dit Gorton, en décembre dernier. J’ai été dans le hockey toute ma vie. Ça pourrait être un agent, ça pourrait simplement être un ancien joueur. Je n’ai jamais été agent ni joueur… Ça pourrait être quelqu’un avec un bagage différent. »

Hughes et Gorton se sont connus à Boston, ville dont Gorton est originaire. Le frère de Kent Hughes, Ryan, a été repêché par les Nordiques en 1990, mais s’est ensuite retrouvé dans l’organisation des Bruins alors que Gorton y était directeur du recrutement.

Gorton et Hughes ont aussi fait affaire ensemble notamment par l’entremise de Patrice Bergeron, l’un des plus gros noms que Hughes représente. Gorton était adjoint au directeur général à Boston quand les Bruins ont repêché Bergeron en 2003.

Une fois devenu directeur général des Rangers de New York, Gorton a conclu une transaction avec les Hurricanes de la Caroline pour obtenir le 216e et avant-dernier choix du repêchage de 2018. Avec ce choix, les Rangers ont repêché Riley Hughes, le fils de Kent. Selon le site spécialisé Puckpedia, en plus de Bergeron, Hughes représentait notamment Kristopher Letang, Anthony Beauvillier, Marco Scandella, Michael Matheson, Samuel Blais et William Carrier.

Chez le Canadien, Hughes ne compte personnellement aucun client, mais sa firme représente Josh Anderson et Michael Pezzetta.

En plus des noms susmentionnés, Hughes est également l’agent de Darnell Nurse, de Drake Batherson et du prometteur attaquant de l’Avalanche Alex Newhook.

Des précédents

Comme Lacroix, Hughes fait donc le saut inusité de la représentation des joueurs à la direction d’une équipe. C’est également ce qu’avait fait le défunt Pierre Lacroix, en 1994, lorsqu’il a été nommé directeur général des Nordiques.

Depuis, d’autres agents sont devenus directeurs généraux, notamment Bill Zito chez les Panthers de la Floride. Zito a cependant été adjoint au directeur général chez les Blue Jackets pendant sept ans avant de devenir DG.

Peter Chiarelli, ancien DG des Bruins et des Oilers, a lui aussi d’abord travaillé comme agent. Mais avant de devenir DG, il a agi comme directeur des affaires légales et DG adjoint chez les Sénateurs d’Ottawa.

Contrairement aux principaux candidats au poste de DG, Hughes n’a jamais joué dans la LNH. Sur le site Elite-Prospect, ses statistiques de joueur sont répertoriées jusqu’en 1991-1992, la dernière de ses quatre saisons à Middlebury College, une université du Vermont. Il a auparavant été le capitaine des Lions du Lac Saint-Louis, dans l’ouest de l’île de Montréal, avant de se joindre à l’équipe du cégep de Saint-Laurent.

Kent Hughes en vrac

- Né à Beaconsfield, dans l’ouest de l’île de Montréal, en 1970.

- Joue au hockey mineur au sein des Lions du Lac Saint-Louis.

- Membre des Patriotes du cégep de Saint-Laurent pendant une saison, puis des Panthers du collège Middlebury (Vermont), dans la NCAA, pendant quatre ans. Il en devient le capitaine à son ultime campagne là-bas, en 1991-1992.

- Il décroche un diplôme en droit de l’Université de Boston en 1996 et est admis au Barreau du Massachusetts la même année. Selon la plupart des notes biographiques le concernant, c’est à cette époque qu’il plonge dans l’industrie du sport professionnel.

- Pendant ses études en droit, il s’est surtout intéressé aux contrats et aux lois du travail étant donné leur impact dans le sport, lit-on dans l’invitation à une conférence organisée, l’hiver dernier, par l’Association de droit du sport et du divertissement de l’Université McGill.

- En 2016, l’agence qu’il dirige, MFive Sports, fusionne avec Quartexx, qui l’employait toujours avant sa nomination chez le Canadien de Montréal.