Marc Bergevin est de nouveau à l’emploi d’une équipe de la LNH. Les Kings de Los Angeles ont annoncé dimanche que l’ancien directeur général du Canadien a été embauché à titre de conseiller sénior au DG Robert Blake.

Publié le 9 janvier
La Presse
(Re)lisez « Grand ménage chez le Canadien : Marc Bergevin et Trevor Timmins congédiés »
(Re)lisez « Les 10 saisons de Bergevin »
(Re)lisez « Les bons et moins bons coups de Marc Bergevin »

« Marc amène avec lui un important bagage de connaissances et d’expérience pour nos opérations hockey, et il sera un ajout important à notre groupe, a dit Blake par voie de communiqué. Nous avons hâte de pouvoir profiter de sa contribution. »

« J’ai apprécié ma pause, mais je suis heureux de rejoindre les Kings et de les aider à accomplir leurs objectifs, a dit Bergevin. J’ai beaucoup de respect pour Luc Robitaille, Rob Blake, toute l’équipe en place, et c’est un honneur de pouvoir aider ce groupe tenu en très haute estime. »

Le communiqué des Kings précise qu’outre ce communiqué, il n’y aura pour l’instant aucune disponibilité média avec l’ancien patron du Canadien.

Comme de fait, Bergevin se retrouve donc dans la même organisation que son ami, le président des Kings Luc Robitaille. Ce dernier niait d’ailleurs en octobre dernier toute possibilité que Bergevin se retrouve à Los Angeles, au moment où les rumeurs s’enflammaient à mesure que la saison du Canadien s’enlisait.

« Marc est un très bon DG dans la LNH, l’un des meilleurs, avait-il toutefois déclaré au Journal de Montréal. Quand tu regardes son historique pour les transactions, il a fait de très bons coups. Il a une bonne vision. C’est un gestionnaire de talent et il connaît tout le monde dans la LNH. À mes yeux, il est clairement parmi les dix meilleurs de sa profession. »

Bergevin retrouve aussi, forcément, Phillip Danault. L’attaquant québécois avait signé un contrat de six ans et de 33 millions de dollars avec les Kings, en juillet dernier, après avoir été incapable de s’entendre avec le Canadien.

Marc Bergevin avait été congédié par Geoff Molson le 28 novembre dernier. Il en était à sa dixième saison à la barre de l’équipe. Avec le Canadien, Bergevin a maintenu un dossier de 344-265-81. Son plus haut fait d’armes restera cette participation à la finale de la Coupe Stanley la saison dernière.

Avant d’accepter le poste à Montréal le 2 mai 2012, Bergevin a passé quatre campagnes dans l’organisation des Blackhawks de Chicago, où il a occupé les rôles d’entraîneur adjoint, de directeur du personnel des joueurs et de DG adjoint. L’ancien défenseur a joué 20 saisons dans la LNH entre 1984 et 2004.

Aubaines

Marc Bergevin s’est bâti la réputation d’un DG particulièrement habile pour conclure des transactions. À ce jour, parmi ses gestes importants, seul l’échange de Mikhail Sergatchev contre Jonathan Drouin, conclu en 2017, semble donner un avantage évident au Lightning de Tampa Bay.

L’échange qui a envoyé Max Pacioretty à Vegas continue de bien servir le Tricolore, qui a obtenu en retour Nick Suzuki, en plus de Tomas Tatar, qui a connu deux saisons de 20 buts à Montréal.

Son meilleur coup reste probablement celui qui a envoyé Dale Weise et Tomas Fleischmann, deux vétérans sur le déclin, aux Blackhawks de Chicago, en échange de Phillip Danault et d’un choix de deuxième tour qui a servi à repêcher Alexander Romanov.

Adepte des acquisitions à bas prix, mais assorties d’un fort retour potentiel, Bergevin a toujours démontré du flair pour les aubaines. Ilya Kovalchuk a signé un contrat au salaire minimum prévu par la convention collective. Tomas Vanek, Mike Weaver, Torrey Mitchell, Nicolas Deslauriers, Mike Reilly, Nate Thompson et Marco Scandella ont tous rendu de fiers services au Tricolore tout en n’ayant coûté en retour que des choix au repêchage relativement éloignés ou encore des joueurs marginaux. Jeff Petry, Joel Armia, Brett Kulak, Jake Allen et Joel Edmundson, qui sont encore avec l’équipe, pourraient eux aussi être classés dans cette catégorie.

Bergevin et son adjoint Trevor Timmins laissent par contre une empreinte autrement plus mitigée sur le plan du repêchage.

(Re)lisez « L’héritage mitigé de Trevor Timmins »