La chute brutale du Canadien cette saison s’explique de plusieurs façons, mais il ne faut pas occulter non plus le creux de vague au plan du repêchage et du développement entre 2008 et 2015.

Publié le 26 nov. 2021
Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

Le CH a atteint la finale de la Coupe Stanley entre autres grâce à de formidables cuvées en 2005 et 2007. Carey Price et Shea Weber, celui-ci obtenu pour P. K. Subban, constituaient les piliers de l’organisation. Max Pacioretty, repêché en 2007 comme Subban, a rapporté Nick Suzuki. Imaginez si Bob Gainey n’avait pas bêtement échangé Ryan McDonagh, le premier choix de 2007.

Trevor Timmins a trop souvent repêché tard en première ronde entre 2008 et 2015, il n’a d’ailleurs pas eu de choix de première en 2008, ni de choix de deuxième en 2009, 2011, 2014, 2015 et 2016 (on exclut 2010, car le choix de deuxième a été échangé pour s’avancer de quelques rangs et repêcher Jarred Tinordi).

En dépit de ces circonstances atténuantes, trop peu de joueurs sont venus pourvoir des postes importants au sein de l’équipe.

Au cours de cette période, seul Brendan Gallagher est devenu un joueur de premier plan à Montréal, et Jake Evans et Artturi Lehkonen constituent de bons soldats.

Alex Galchenyuk est toujours le troisième compteur de sa cuvée, et il a rapporté ultimement Josh Anderson (après avoir été échangé pour Max Domi), mais il n’est jamais devenu le grand centre espéré.

L’organisation n’a pas été chanceuse dans le cas de Noah Juulsen. Il semblait en voie de s’établir au sein du top quatre défensif lorsque deux rondelles reçues coup sur coup au visage ont fait dérailler sa carrière.

L’un des meilleurs joueurs repêchés au cours de cette période, Mikhail Sergachev, a été échangé à Tampa pour Jonathan Drouin. Ce jeune défenseur russe a déjà deux bagues de la Coupe Stanley et joue en moyenne plus de 22 minutes par match.

Marc Bergevin a permis à Timmins de repêcher plus souvent depuis 2018. Lors des quatre dernières cuvées, le CH a eu 38 choix (10 en moyenne par année). Il en a repêché 50 en huit cuvées entre 2008 et 2015 (6 en moyenne par année).

Il a aussi repêché seulement 14 fois dans les deux premières rondes en neuf cuvées entre 2008 et 2016, et 15 fois en seulement cinq cuvées depuis 2017.

Et on en ressent les effets. La relève actuelle montre certaines promesses. Cole Caufield a un potentiel indéniable. Ryan Poehling semble en voie de s’établir en permanence dans la LNH. Le gardien Cayden Primeau poursuit bien sa progression.

On espère mettre sous contrat Jordan Harris, le meilleur défenseur de la NCAA. Alexander Romanov est déjà un régulier dans la Ligue nationale et sera appelé à gravir les échelons. Le défenseur Kaiden Guhle sera vraisemblablement le capitaine de l’équipe canadienne au Championnat mondial junior.

On verra ce que les Ylonen, Tuch, Kidney, Roy, Mysak, Biondi, Farrell, Struble, Norlinder, Mailloux et Kapanen auront à offrir ces prochaines années. Du lot, il en ressortira peut-être deux ou trois, si tout va bien.

Mais le creux de vague évoqué ci-haut a empêché le Canadien de faire une transition efficace entre la fin du cycle de Price et Weber et l’équipe actuelle en raison du trop peu de jeunes joueurs promus à Montréal, en attendant que les joueurs de la nouvelle mouture soient prêts.

En espérant, bien sûr, que les Caufield, Guhle, Poehling, Romanov et compagnie remplissent leurs promesses à long terme.

Les effets à long terme de l’échange de Ryan O’Reilly

L’échange de Ryan O’Reilly à St. Louis en juillet 2018 devait rapporter des dividendes à court terme aux Blues et à long terme aux Sabres. Les Blues ont déjà eu leur Coupe grâce à O’Reilly en 2019. Les Sabres commencent enfin à en tirer profit. L’espoir obtenu pour O’Reilly, Tage Thompson, 24 ans, 6 pieds 7 pouces, 220 livres, sera au centre du premier trio vendredi soir contre le Canadien. Il occupe le premier rang des compteurs de l’équipe avec 13 points, dont 8 buts, en 19 matchs. Le choix de fin de première ronde obtenu dans la transaction, le défenseur Ryan Johnson, 20 ans, progresse bien à l’Université du Minnesota. Le choix de deuxième ronde a permis à Buffalo d’acquérir le défenseur offensif Colin Miller, 11 points en 19 matchs cette saison.

À ne pas manquer

  1. Le ministre des Finances Eric Girard gonfle les attentes quant au retour d’une équipe de hockey de la LNH : il souligne que de nombreux investisseurs souhaitent participer à l’aventure et il rencontrera le commissaire de la Ligue, Gary Bettman, en janvier. Un texte de Charles Lecavalier.
  2. Jeff Petry a fait son mea culpa jeudi et il attend avec impatience le retour au jeu de son partenaire Joel Edmundson. Richard Labbé a recueilli ses propos.
  3. Des nouvelles de ski alpin et de Valérie Grenier avec Simon Drouin !