Des spécialistes s’affairent déjà, trois ans plus tard, à refaire le repêchage de 2018. De telles analyses font jaser, mais le dernier chapitre est loin d’être écrit.

Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

Prenons le repêchage de 2016. Même après cinq ans, on commence à peine à y voir plus clair.

Si on avait tiré des conclusions il y a deux ans, comme certains le font aujourd’hui avec le repêchage de 2018, il aurait fallu retourner à la table à dessin et refaire complètement le travail.

Le choix d’Auston Matthews au premier rang ne faisait évidemment aucun doute. Ni celui de Patrik Laine au second rang. Ce colosse finlandais avait obtenu 110 buts à ses 237 matchs dans la LNH.

Le troisième choix, Pierre-Luc Dubois, avait cimenté sa place au sein du premier trio des Blue Jackets de Columbus et était l’un des favoris de l’entraîneur John Tortorella.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Patrik Laine, Auston Matthews et Pierre-Luc Dubois, les trois premiers joueurs sélectionnés au repêchage de 2016.

Le quatrième choix, Jesse Puljujarvi, était déjà considéré comme un échec. Après trois années en demi-teinte, ballotté entre la Ligue américaine et la LNH, celui qui avait éclipsé Laine au Championnat mondial junior avec la Finlande à son année de repêchage venait de bouder le camp des Oilers d’Edmonton et exigeait un échange. Il a passé l’hiver 2020 en Finlande.

À son retour, l’an dernier, Puljujarvi a marqué 15 buts en 55 matchs, soit 27 au prorata d’une année de 82 rencontres.

Pendant ce temps, Jets et Blue Jackets s’échangeaient deux joueurs problématiques pour leurs organisations respectives… Laine pour Dubois. Les deux ont cherché leurs repères toute l’année.

Puljujarvi a commencé la saison actuelle sur les chapeaux de roue. Il a déjà six points en trois matchs. Le jeune homme a évidemment le privilège de jouer avec Connor McDavid. Mais il ne produisait pas pour autant avec lui en début de carrière. Et enlève-t-on du mérite à Leon Draisaitl parce que McDavid et lui s’amusent comme larrons en foire ?

Autre preuve qu’il ne faut jamais conclure trop rapidement: après un mois dans la LNH en 2018, le défenseur Dennis Cholowski, premier choix des Red Wings, 20e au total, jouait 24 minutes par match au sein du premier duo de défenseurs et les observateurs voyaient déjà en lui un éventuel numéro un, tandis que le choix de deuxième ronde, troisième joueur choisi par Detroit après Cholowski et Givani Smith en 2016, Filip Hronek, était discrètement relégué à la troisième paire.

Hronek est le défenseur numéro un des Wings aujourd’hui. Il a joué 25 minutes lors du match inaugural et a terminé au premier rang des compteurs du club l’an dernier.

PHOTO JEROME MIRON, USA TODAY SPORTS

Filip Hronek

Cholowski n’a pas été protégé lors du repêchage de l’élargissement des cadres. Seattle l’a choisi, mais l'a soumis au ballottage avant de le renvoyer dans les mineures. Washington l’a réclamé et le jeune homme tentera de relancer sa carrière avec les Capitals.

Cholowski est d’ailleurs l’un des nombreux joueurs de cette curieuse cuvée à avoir changé de camp depuis le repêchage. Sept des 13 premiers choix ont été échangés : Laine, Dubois, Olli Juolevi (en Floride depuis peu), Alexander Nylander, Mikhail Sergachev, Logan Brown et Jake Bean.

On retrouve aujourd’hui quatre défenseurs numéro un, Charlie McAvoy, Jakob Chychrun, Adam Fox (le plus récent gagnant du trophée Norris) et Hronek, avec Samuel Girard pas très loin derrière, mais aucun de ceux-ci repêché avant le 14e rang. Comme quoi il ne suffit pas toujours de choisir parmi les deux ou trois premiers pour obtenir un joueur dominant.

Un p’tit dernier ? Jordan Kyrou, 23 ans, choix de deuxième ronde des Blues, 12 points à ses 44 premiers matchs dans la LNH, ballotté entre les mineures et la Ligue nationale pendant deux ans, finalement l’éclosion à 22 ans l’an dernier avec 35 points en 55 matchs et un départ hallucinant cette année : 7 points à ses 3 premières rencontres…

Rien ne sert de courir, il faut partir à point.

Un point de presse salutaire

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Marc Bergevin

Le Canadien a pris la bonne décision en organisant une conférence de presse improvisée avec le DG Marc Bergevin. Le directeur général du CH était en contrôle et a envoyé un message sans équivoque sur son ascendant sur l’équipe et sur son intérêt de demeurer à Montréal au-delà de la saison. Il était temps de voir le patron assumer ainsi son leadership en cette période difficile. Sans expliquer entièrement les insuccès du club, une trop grande incertitude au sein de la direction peut avoir des effets négatifs sur les troupes.

(Enfin) le début d'un temps nouveau à Detroit

PHOTO PAUL SANCYA, ASSOCIATED PRESS

Lucas Raymond (23)

La patience du DG Steve Yzerman sera bientôt récompensée. Deux des plus prometteuses recrues de l’équipe, Lucas Raymond et le défenseur Moritz Seider, deux hauts choix au repêchage, ont amorcé la saison à Detroit et ont un impact immédiat. Raymond, 19 ans, quatrième choix en 2020, a marqué son premier but dans la LNH mardi, au sein du premier trio avec Dylan Larkin et Tyler Bertuzzi. Il a trois points en autant de rencontres. Seider, 20 ans, sixième choix en 2019, a joué plus de 21 minutes et a amassé trois aides jusqu’ici. Les Wings n’ont pas encore perdu. Que de mauvaises nouvelles pour le CH qui jouent dans la même division…

La citation du jour

Toujours agréable d’en obtenir une (première victoire). Nous avons bien joué, bien défendu, je voyais bien tous les tirs, et la plupart provenaient de zones en périphérie. 

L’ancien gardien des Sharks de San Jose, Martin Jones, embauché cet été par les Flyers pour appuyer le jeune Carter Hart.

Les Flyers ont battu les Bruins 6-3 mercredi. Jones relancera-t-il sa carrière à Philadelphie ?

À lire

1- Bonne nouvelle pour le CF Montréal: après Ahmed Hamdi, Joaquín Torres, jusque-là en prêt du club argentin Newell’s Old Boys, a signé une entente permanente avec l'équipe. Jean-François Téotonio explique.

2- Simon-Olivier Lorange nous plonge dans l'univers du club de hockey le plus québécois du monde professionnel !

3- L'état des forces dans la NFL avec Miguel Bujold, qui place les Cardinals en tête !