Pierre-Luc Dubois fait rêver bien des fans du Canadien depuis quelques jours.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

L’analyste Nick Kypreos en a ajouté une couche jeudi : « La destination prioritaire de Pierre-Luc Dubois demeure le Canadien. Les Blue Jackets veulent obtenir Nick Suzuki et d’autres éléments en retour. Alexander Romanov serait un intouchable. »

Depuis, les scénarios d’échange se multiplient sur les réseaux sociaux chez les partisans…

D’abord un rappel : offrir Suzuki ou Kotkaniemi au directeur général des Blue Jackets, Jarmo Kekalainen, pour obtenir Dubois aurait un impact sur le plafond salarial du CH.

La vedette des Jackets touche cinq millions cette saison et la prochaine. Suzuki et Kotkaniemi possèdent un contrat de recrue dont le salaire se situe sous le million par saison. Suzuki est encore sous contrat pour une autre année, tandis que Kotkaniemi n’a pas encore le droit à l’arbitrage avant quelques années.

PHOTO DAN HAMILTON, USA TODAY SPORTS

Nick Suzuki

Même en cédant en plus Paul Byron et son salaire de 3,4 millions, par exemple, le compte n’y est pas encore. Il faut regarder la prochaine saison aussi. Le salaire de Brendan Gallagher passera de 3,7 à 6,5 millions. On voudra sans doute retenir au moins l’un des trois joueurs autonomes sans compensation, soit Phillip Danault, Tomas Tatar ou Joel Armia.

Si le Canadien offre Suzuki pour Dubois, avec une augmentation de salaire probable pour Kotkaniemi, Montréal ne pourra se permettre de garder Danault l’an prochain. Le CH se retrouverait avec une ligne de centre composée de Kotkaniemi et Dubois, et il faudrait probablement promouvoir Poehling ou Evans au centre du troisième trio.

Si on maintient le statu quo, il est encore possible de faire signer une prolongation de contrat à Danault et garder une ligne de centre forte pour les prochaines saisons.

Il y a aussi un certain risque à échanger un jeune joueur, même si Pierre-Luc Dubois, 22 ans, demeure un formidable centre de 6 pieds 3 pouces et 220 livres.

Dubois a amassé 49 points en 70 matchs à Columbus l’an dernier. Il a obtenu 61 points la saison précédente, mais Artemi Panarin était encore avec les Blue Jackets.

Suzuki, un droitier de 21 ans, a obtenu 41 points en 71 rencontres. Kotkaniemi a eu 20 ans cet été. Il montre une progression constante. Il a un gros gabarit. Qui sait où en sera sa production dans deux ans, à l’âge de Dubois ? Le Kotkaniemi que nous avons sous les yeux actuellement ne sera pas le même Kotkaniemi à 22 ans.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Jesperi Kotkaniemi

Il y a aussi le facteur de la quarantaine dans un échange de la sorte. Le Canadien veut atteindre les séries cette année. Il devra attendre deux semaines avant de pouvoir compter sur Dubois si un tel échange se concrétisait.

Les Blue Jackets de Columbus ne sont pas en position de force dans ce dossier. Déjà, l’entraîneur John Tortorella a dévoilé publiquement les intentions de son premier centre et lui a reproché de ne pas avoir expliqué ses motivations.

Dans un monde idéal, Marc Bergevin offre à Kekalainen l’occasion de renégocier une prolongation de contrat avec Danault et lui propose un espoir de premier plan dans sa banque parmi ses défenseurs gauchers (Kaiden Guhle, Mattias Norlinder, Jordan Harris ou Jayden Struble), assorti d’un bon choix au repêchage.

À Kekalainen d’accepter ou de refuser. Le Canadien n’a pas le fusil sur la tempe et peut très bien s’accommoder du statu quo.

* À son premier match à Columbus, Max Domi a joué seulement 12:57, dans une défaite de 3-1 aux mains des Predators de Nashville. Seuls deux membres du quatrième trio ont joué moins souvent. John Tortorella a expliqué vouloir changer le momentum du match en troisième période pour justifier la faible utilisation de Domi. Une punition inutile en territoire offensif avec huit minutes à faire en troisième période et un déficit d’un but (Domi a accroché Ryan Johansen avec le bras alors qu’il était en poursuite de rondelle en échec-avant) ne l’aidera pas à gagner le cœur de son nouveau coach. Sans surprise, Pierre-Luc Dubois a obtenu le plus de minutes de jeu chez les attaquants suivi de… Mikhail Grigorenko, de retour de la KHL.

À lire

Malgré un premier match de trois points, Jonathan Drouin a reçu quelques critiques jeudi. Guillaume Lefrançois a été surpris de le constater dans sa boîte de courriels en se levant ce matin-là. Sans le savoir, ce lecteur a-t-il inspiré son texte du jour ?